Google a revu la façon de procéder à des mises à jour d’Android avec Android N. A l’avenir, les mises à jour systèmes se feront en arrière-plan, sans avoir que l’utilisateur fasse quoi que ce soit. Au redémarrage suivant du téléphone, ce dernier sera installé sous une nouvelle version. Une fonctionnalité qui ne sera toutefois pas disponible pour les smartphones actuels.

installation tampon rouge

Si Google s’est montré particulièrement bavard concernant sa nouvelle IA , Google Assistant, ses nouvelles applications de messageries, Allo et Duo, ou la réalité virtuelle, avec DayDream, les annonces concernant Android N se sont révélées jusqu’à présent assez pauvres. Mais en posant des questions aux développeurs d’Android N, certains journalistes sont parvenus à dénicher de nouvelles fonctionnalités croustillantes. L’une d’entre elles est sans conteste l’arrivée des mises à jour silencieuses pour les prochains smartphones installés sous Android N.

 

Il suffit de redémarrer son téléphone pour passer à la nouvelle version

Le principe est simple et directement inspiré des mises à jour de Chrome OS. Concrètement, les mises à jour système de l’OS s’effectueront en arrière-plan, lorsque le téléphone est allumé. Lors du prochain reboot de l’appareil par l’utilisateur, ce dernier sera directement installé sous la prochaine version de l’OS, et ce, sans avoir à passer par un quelconque écran anxiogène « Installation de la mise à jour du système en cours » et d’attendre parfois une demi-heure avant de pouvoir réutiliser son téléphone.

Par quelle magie Google est-il parvenu à cela ? Selon Ars Technica, en s’inspirant fortement de la façon dont se met à jour Chrome OS. Plus qu’une inspiration, Dave Burke a avoué au média américain avoir directement utilisé du code de Chrome OS pour le transposer sur mobile. Ces mises à jour silencieuses reposeront en fait sur un système de double partition système, cet espace réservé à l’installation et au lancement de l’OS.

 

Deux partitions système qui se relaient

Android N aura deux partitions système. L’une sera active (« online ») tandis que l’autre sera désactivé (« offline »). Lorsque le téléphone est allumé, la partition active s’occupera de faire tourner l’OS sur le téléphone de façon tout à fait classique. Lorsqu’une mise à jour sera détectée, cette dernière sera alors installée sur la partition désactivée, en arrière-plan. L’installation et les mises à jour de l’OS se passeront alors intégralement sur la seconde partition, sans jamais gêner l’utilisateur.

IMG_1409

Ce genre de message ne devrait plus apparaître avec ce nouveau système de mise à jour.

Lorsque l’utilisateur redémarrera son téléphone, Android va alors « échanger » les deux partitions. La partition active va être désactivée et la partition désactivée, mise à jour, va devenir active. Le tout devrait se faire sans aucun temps mort, sans aucun écran de mise à jour. Comme on le sait déjà, avec Android N, l’optimisation des applications après une mise à jour sera beaucoup plus rapide. Quant à la partition désactivée, elle va attendre une nouvelle mise à jour pour échanger sa place avec l’active.

 

Quid de l’espace de stockage ?

Si ce nouveau système de mise à jour est alléchant, il n’est pas sans poser de nombreux problèmes à Google. Le premier est sans conteste celui de la place sur la mémoire interne. Avoir deux partitions système, c’est bien, mais quand on sait qu’une grande majorité des smartphones Android se contente de 8 ou 16 Go de mémoire interne (si ce n’est moins) et que passé plusieurs mois, le moindre Mo devient précieux, cela peut devenir gênant pour l’utilisateur. Google utilise actuellement un système de fichiers compressé SquashFS pour ses partitions système. Mais sera-ce suffisant pour réduire au maximum l’espace ? Mystère.

Deuxième problème : ce nouveau système d’installation ne sera jamais disponible sur les appareils Nexus actuels et très probablement sur aucun smartphone actuellement en vente. Si Google insiste sur le fait que ces nouvelles mises à jour silencieuses pourront être effectuées sur tous les smartphones Android, même les appareils qui ne sont pas des Nexus, la mise en place de ce nouveau système d’installation serait trop compliquée à mettre en place sur les appareils actuels.

 

Un nouveau système de mise à jour trop difficile à mettre en place sur les smartphones actuels

Google a ainsi expliqué aux journalistes d’Android Police que si ce système d’installation ne verrait pas le jour sur les appareils Nexus actuels (ni d’aucun autre constructeur), c’est parce que la mise en place d’une double partition système sur un Nexus 6P ou 5X, par exemple, obligerait l’utilisateur à repartitionner entièrement son smartphone et donc à passer par un PC, d’installer des programmes ou de le faire en ligne de commande. Autrement dit, de demander à l’utilisateur de se transformer en ingénieur, quelque chose de fondamentalement impossible quand on vend des smartphones au grand public.

Bref, le plus probable est que les appareils qui bénéficieront de ce nouveau système d’installation seront des smartphones ou des tablettes qui seront directement installés sous Android N. Les prochains Nexus, très probablement devraient être les premiers à en bénéficier, et leur sortie n’est pas prévue avant la fin de l’année.