Introduction

Voilà trois ans que HTC n’avait pas sorti de tablette. Le constructeur revient sur le devant de la scène avec un produit qui a fait grand bruit lors de son officialisation : la Nexus 9. En partenariat avec Google, HTC a tenté de concevoir une tablette résolument tournée vers le haut de gamme pour promouvoir comme il se doit une version d’Android totalement revue et corrigée avec l’arrivée de Lollipop. Le produit final est-il à la hauteur du pari ?

Nexus 907

Sur le papier, la Nexus 9 du couple HTC / Google à tout pour plaire : un écran 8,9 pouces doté d’une définition élevée (2048 x 1536 pixels) et un puissant Tegra K1 en version 64 bits, parfait pour aller de pair avec Android Lollipop qui supporte, enfin, les processeurs 64 bits. Mais la fiche technique ne fait pas tout, comme nous allons le voir dans notre test.

 

Une fiche technique au top

ModèleHTC Nexus 9
Version Android 5.0 Lollipop
Interface constructeur-
Taille d'écran8,9 pouces
Définition2048 x 1536 pixels (QXVGA)
Densité de pixels289 PPP
TechnologieIPS
Traitement anti-rayuresGorilla Glass 3
SoCNvidia Tegra K1
Processeur (CPU)2 x Denver 64 bits @ 2,3 GHz
Puce Graphique (GPU)Kepler GK20A
Mémoire vive (RAM)2 Go LPDDR3
Mémoire interne (ROM)16 ou 32 Go
MicroSDNon
Appareil photo (dorsal)8 mégapixels (f/2.4)
Appareil photo (frontal)1,6 mégapixels (f/2.4)
Enregistrement vidéoFull HD (1080p)
Wi-FiWi-Fi 802.11 a/b/g/n/ac (2,4 + 5 GHz et MIMO 2x2)
Bluetooth4.1
Réseaux-
SIM-
NFCOui
CapteursLuminosité, Gyroscope, Accéléromètre, Magnétomètre
Ports
(entrées/sorties)
Micro USB 2.0
GéolocalisationGPS
Résistance à l'eauNon
Batterie6700 mAh inamovible
Dimensions153,68 x 228,25 x 7,95 mm
Poids425 grammes (Wi-Fi)
436 grammes (4G)
CouleursNoir bleuté, blanc lunaire, sable
Prix conseillé399€ (16 Go Wi-Fi)
489€ (32 Go Wi-Fi)
569€ (32 Go 4G)

 

Une conception (trop) perfectible

La Nexus 9 ne revoit pas entièrement les codes de la Nexus 7 2013, et conserve ses bons points, tout en en ajoutant de nouveaux. On conserve un poids très raisonnable (ici 425 grammes pour une tablette WiFi et 436 grammes pour sa version 4G), un dos soft touch agréable à la prise en main et un format resserré.

c_FrAndroid-test-DSC05753

Alors bien sûr, on passe d’une tablette 7 pouces à une ardoise de 8,9 pouces, ce qui impose un changement de format notoire : on passe à un produit mesurant 228,2 x 153,7 x 7,9 mm. Ce n’est donc pas la tablette la plus fine du moment. En main, on frise la perfection : un dos doux au toucher, des tranches en métal élégantes et un écran qui laisse agréablement glisser le doigt. Si ce n’était des arêtes qui accrochent chouïa le doigt, on approcherait du sans faute, d’autant plus que le cadre noir entourant l’écran est suffisamment fin. Sur la version noire, le dos en soft touch marque malheureusement trop les traces de doigts.

c_FrAndroid-test-DSC05788

Au rang des petits défauts, cette très légère impression de creux au centre de la tablette, sous la coque arrière. Lorsqu’on appuie sur le logo Nexus, on sent que le plastique s’affaisse de quelques millimètres. Sur notre version noire achetée dans le commerce, le problème est moins prononcé que sur la version blanche de prêt. Mais dans les deux cas, la sensation de solidité n’est pas au rendez-vous, à cause de ce plastique pas assez dur. Un problème qui nous rappellera la Shield Tablet de Nvidia qui avait le même problème de finition. Pour illustrer ce petit défaut, voilà un GIF réalisé par un utilisateur de Google+. On espère que HTC parviendra à régler rapidement ce petit défaut.

Nexus 9 défaut

Autre point noir : le capteur photo un peu protubérant et assez peu esthétique. Cela rompt avec l’impression d’épure que laisse cette tablette.

c_FrAndroid-test-DSC05757

Pour le reste, on trouve la prise jack au sommet de l’appareil tenu en mode paysage, à droite de la tranche, les boutons power et barre de réglage du volume se trouvent sur le côté droit (pratique pour un usage en mode portrait, moins en mode paysage). Petit point noir : sur nos 3 exemplaires de test, les boutons d’un exemplaire étaient mal finis puisqu’ils sont, de base, légèrement enfoncés, rendant leur usage peu pratique. Le port micro-USB se situe quant à lui en bas. On remarquera également la présence de haut-parleurs en façade, entre la coque et l’écran, qui recueilleront sans faillir les poussières environnantes. Bon point pour son appareil photo : il est assorti d’un flash LED.

Un écran qui déçoit

L’écran de la Nexus 9 est plutôt impressionnant grâce à sa définition très élevée (2048 x 1536 pixels), autant que l’iPad Air. Son écran est plus petit que le concurrent direct (9,7 pouces), donnant alors une résolution supérieure à la Nexus 9 : 288 PPP contre 264 PPP. La luminosité semble également élevée, mais c’est bien le seul argument de la dalle IPS de l’appareil de HTC. Pour la température des couleurs, le contraste, le clouding et les fuites de lumière, c’est tout simplement mauvais.

Nous allons tempérer légèrement notre jugement : sur les trois exemplaires que nous avons reçus, les trois avaient les mêmes problèmes, plus ou moins prononcés : des fuites de lumière en haut et en bas de la dalle et du clouding (nuages de couleur qui résultent d’un défaut d’uniformité de la dalle). Le blanc n’a rien à voir d’un exemplaire à l’autre, et tire vers le bleu, ou vers le jaune. Malheureusement, nous ne disposons pas (encore) des outils nécessaires à des mesures objectives, mais il est clair qu’aucune des trois dalles n’est parfaite, et loin de là. La dalle de la Nexus 9 se fait tout de même repêcher grâce à de bons angles de vision, merci à la dalle IPS.

Nexus 9 21

 

Android Lollipop : la raison d’être de la Nexus 9

Au niveau de la partie logicielle, il y a beaucoup à dire. Et pour cause : c’est le premier appareil disponible à être équipé d’Android Lollipop, en version 5.0. La première chose qui saute aux yeux lors de l’allumage de l’appareil, c’est le design d’Android qui fait la part belle au Material Design. Le fond d’écran par défaut y est pour quelque chose, tout comme l’écran de verrouillage. On se sent tout de suite sur un système d’exploitation bien plus évolué, moins désuet, rien qu’avec les notifications qui apparaissent dorénavant sur l’écran de verrouillage. D’ailleurs, le centre des réglages rapide est également disponible depuis l’écran de verrouillage. Encore plus pratique : un raccourci permet de lancer l’appareil photo directement depuis cet écran.

Android-Lollipop-Bienvenue

L’initialisation d’un appareil sous Lollipop

Une autre nouveauté intéressante, c’est Google Now qui se trouve maintenant tout à gauche de l’écran d’accueil et qui permet d’avoir accès plus rapidement à ses cartes. La fonctionnalité reste toujours accessible avec un appui long sur le bouton (tactile sur la Nexus 9) accueil. Le drawer prend désormais la forme d’un popup avec un fond blanc, laissant de côté le vieillissant fond noir en plein écran. L’interface graphique d’Android stock avait vraiment besoin d’un petit coup de pinceau et Lollipop apporte la touche de couleur et d’ergonomie qu’il manquait à KitKat pour séduire plus que les power users. Le besoin des interfaces constructeur pour le grand public se fait moins ressentir avec cette nouvelle itération de l’OS de Google. À titre d’exemple, le pourcentage de batterie et le raccourci pour la lampe torche sont enfin présents de base ! Ou plutôt pratiquement présents, puisque le pourcentage de batterie ne s’affiche pas encore dans la barre de statut, mais dans les réglages rapides, après deux manipulations.

Nexus-9-Android-Lollipop

Les notifications sur l’écran de verrouillage, les réglages rapides et les multiples utilisateurs

Les nouveautés logicielles sont nombreuses et nous ne pourrons pas toutes les traiter dans le test de la Nexus 9. Des dossiers plus complets sont à prévoir, mais on peut citer à la louche une nouvelle gestion des utilisateurs, des notifications ou encore de la restauration des appareils. Un mot tout de même sur la fonctionnalité d’économie d’énergie qui fait enfin son arrivée sous Android stock. Celle-ci permet de limiter les performances, la luminosité maximale, mais également les données en arrière-plan. Nous avons aussi remarqué que les animations lors de l’ouverture/fermeture des applications étaient désactivées, rendant la navigation dans l’interface un peu plus brute. On peut décider de l’activer automatiquement lorsque la capacité de la batterie atteint un certain seuil (5 ou 15 %) ou même à tout moment de manière manuelle. Lorsque le mode d’économie d’énergie est activé, deux barres rouges viennent prendre place en haut et en bas de l’interface pour rappeler qu’elle est en place. Dans les faits, les performances sont bien amputées puisque le score sous PCMark passe de 5 800 à 3800 points. L’explication est rapide : le processeur limite sa fréquence à 1 GHz contre 2,5 GHz en mode standard.

Nexus-9-Android-5.0

Les notifications, le multitâche et le drawer

Enfin, l’autre grande nouveauté de Lollipop, c’est la gestion du multitâche. Au lieu de se retrouver avec des cartes rangées à la verticale comme sous KitKat, les cartes sont ici empilées les unes sous les autres avec la possibilité de voir davantage d’applications et de pouvoir fermer plus rapidement les applications les plus anciennes. Un multitâche vraiment plus pratique que celui de KitKat et qui ressemble beaucoup à ce qui se fait déjà sur TouchWiz en version Galaxy Note.

 

Une tablette davantage tournée vers la productivité que le multimédia

Côté multimédia, la Nexus 9 a quelques éléments à faire valoir. Pour l’audio, on peut faire confiance à deux haut-parleurs stéréo situés à gauche et à droite de la tablette lorsqu’on la tient à l’horizontale. Le son délivré est puissant, mais pas non plus renversant. Le rendu stéréo est en revanche appréciable par rapport à des tablettes équipées d’un seul haut-parleur.

Nexus 905

Pour la partie photo, le capteur de 8 mégapixels ne fait pas des merveilles. L’ouverture à f/2.4 permet de réaliser des macro avec des effets de flou sympathiques, à condition de profiter d’une excellente luminosité. Sinon, le grain est beaucoup trop présent sur la photo. Dans tous les cas, les photos manquent clairement de détails pour être exploitées ailleurs que sur la tablette. Et encore, la définition élevée de la dalle met un peu trop en exergue les défauts des photos. Bon point pour la Nexus 9 : on note la présence d’un flash à l’arrière.

Enfin, terminons par la partie vidéo. Le format 4/3 de la Nexus 9 n’est pas ce qui se fait de mieux pour la lecture des films et à ce petit jeu, une dalle 16/9 voire 16/10 sera plus adaptée. La raison : une dalle 4/3 sera obligée d’ajouter des bandes noires horizontales pour afficher un film en format original ou en 16/9. En revanche, pour une utilisation bureautique et sur Internet, le format de la Nexus 9 est un régal puisqu’on pourra s’en servir à la verticale.

 

Le Tegra K1 et les cœurs Denver 64 bits font parler la poudre

Sur le papier, la Nexus 9 promet des performances de premier ordre grâce au nouveau Tegra K1 dans sa version dual-core 64 bits couplé à la puce graphique Kepler qu’on trouvait déjà dans la version 32 bits du Tegra K1 (présent dans la Shield Tablet et la Xiaomi Mi Pad). Pour évaluer les performances de la Nexus 9, nous avons utilisé notre suite habituelle de benchmarks. Nous avons commencé avec AnTuTu pour les performances synthétiques, PCMark pour les performances applicatives puis 3DMark et GFXBench pour les performances graphiques. Une fois cette session terminée, nous avons soumis la Nexus 9 à deux tests vidéoludiques pratiques en mesurant les performances sous Nova 3 et Real Racing 3, deux jeux gourmands. Nous avons comparé avec deux tablettes en Tegra K1 32 bits : la Shield Tablet de Nvidia et la Mi Pad de Xiaomi, mais aussi avec la Z3 Compact de Sony en Snapdragon 801.

 Nexus 9Shield TabletMi PadXperia Z3 Tablet Compact
AnTuTu54 10051 00050 50042 600
PCMark5 8004 7505 1003 800
Ice Storm Unlimited25 30030 70024 30018 300
Manhattan (onscreen / offscreen)22,4 / 31,2 FPS- / 31,1 FPS- / 27,2 FPS- / 11,9 FPS
T-Rex (onscreen / offscreen)47 / 62,7 FPS- / 64,9 FPS- / 53,4 FPS- / 28 FPS

Les résultats dans les benchmarks sont tout bonnement excellents et placent la barre très haut, bien au-dessus de tous les appareils sous Android que nous avons pu tester jusqu’à présent. Que ce soit sous AnTuTu ou PCMark, on voit que les deux cœurs Denver du Tegra K1 64 bits ne sont pas à la traine et n’ont rien à envier aux processeurs octo-core en Cortex. Nvidia a donc réussi à suivre Apple dans la voie des processeurs qui comportent peu de cœurs, mais des cœurs puissants.

T-Rex offscreen (Open GL ES 3.0)
  • Nexus 9 : 63
  • Shield Tablet : 65
  • Mi Pad : 53
  • Xperia Z3 Tablet Compact : 28

Dans les benchmarks graphiques, la puce graphique Kepler Mobile fait des merveilles. C’est la même que l’on trouve dans le Tegra K1 en version 32 bits qui équipe la Shield Tablet et la Mi Pad. Pourtant, à première vue, la Nexus 9 obtient un moins bon score sous 3DMark que la Shield Tablet. La raison ne provient pas des performances graphiques, mais du test physique, qui fait appel au processeur. Sur ce test, les quatre cœurs Cortex-A15 se révèlent plus performants que les deux cœurs Denver. Mais rare sont les moteurs physiques à tirer parti des quatre cœurs en même temps. Il faudra donc réaliser des mesures en jeux pour tenter de voir la différence.

Concernant GFXBench, le constat est à peu près similaire : les scores sont très proches entre la Nexus 9 et la Shield Tablet puisque ce benchmark fait massivement appel au GPU. En revanche, on peut noter que sur T-Rex, la Shield Tablet devance la Nexus 9 de quelques pourcents. Soucis d’optimisation ? On penche plutôt pour le fait que l’absence de deux coeurs supplémentaires se fait ressentir puisque moins le GPU est à la peine (ce qui se traduit dans les faits par un framerate plus élevé) et plus le CPU travaillera.

Real-Racing-3-GN4

Nous avons ensuite voulu mesurer les performances avec des jeux et non plus des benchmarks. Malheureusement, nous nous sommes confrontés à un problème de taille : notre logiciel de prédilection, GameBench, n’est pas encore compatible avec Android Lollipop, tout comme FPS Meter. Il nous a donc été impossible de relever le framerate (nombre d’images par seconde) moyen dans des jeux gourmands comme Real Racing 3 ou Nova 3. Nous avons alors procédé de manière empirique : en mettant côte à côte un Oppo Find 7 réputé pour ses performances. Dans les deux jeux, le framerate semblait être plus élevé sur la Nexus 9 que sur l’Oppo Find 7. Nous avions mesuré lors du test de ce dernier plus de 40 FPS et nous pouvons donc penser que la Nexus 9 se rapproche, voire atteint, les 60 FPS, barrière minimale pour les hardcore gamers.

 

Une autonomie qui fait tache

L’autonomie de la Nexus 9 n’est pas vraiment le point fort de la tablette. Nous avons réalisé deux tests de lecture vidéo : 1h de vidéo en 1080p sur YouTube via Wi-Fi et 1h de vidéo 1080p en local en mode avion. Pour les deux tests, la luminosité de l’écran était réglée à son maximum. Sur le premier test, la batterie de la Nexus 9 a perdu 16 % de sa capacité (de 99 à 83%) contre 14 % sur le second test (de 100 à 86 %). Dans les jeux gourmands comme Nova 3, il ne faut pas compter jouer plus de 2h30. Sans être catastrophiques, ces scores ne sont pas excellents, mais auraient pu être bien meilleurs à l’image de la Galaxy Tab S qui avait perdu 8 % sur le premier test. C’est toutefois dans la moyenne des tablettes équipées en Tegra K1 comme la Mi Pad de Xiaomi. On peut donc supposer que le SoC de Nvidia est performant, mais gourmand.

Nexus-9-batterie

Test Google Nexus 9 Le verdict

design
7
La Nexus 9 est plutôt jolie, même si elle rend légèrement moins bien en vrai que sur les photo presse. C'est d'autant plus vrai pour la version noire qui attrape trop vite les traces de doigt sur sa coque. La version blanche est un peu plus dans l'air du temps et donne une sensation plus premium. En revanche, ce beau design est totalement cassé par une qualité de fabrication aléatoire sur certains points. On peut citer les boutons de volume qui passent de bons à médiocres ou encore la coque arrière qui se déforme si l'on appuie trop dessus. Des petit détails, certes, mais qui empêche de parler d'une tablette premium malgré les efforts fournis, et notamment les bordures en aluminium.
écran
7
Comment faire confiance à un appareil qui ne dispose pas de la même dalle sur 3 exemplaires différents ? D'autant plus que les défauts constatés (fuites de lumières et clouding) sont vraiment handicapants. C'est également la loterie sur la balance des blancs. Dommage puisque la luminosité et la définition de la dalle sont vraiment bonnes.
logiciel
9
La tablette issue de la collaboration entre HTC et Google est le premier appareil grand public à bénéficier d'Android Lollipop. Alors forcément, on est ravi puisque cette nouvelle version de l'OS intègre de nombreuses nouveautés. Android stock rattrape son retard sur les ROM custom ou sur les interfaces constructeurs et ça fait du bien de déballer un produit qui n'a (presque) pas besoin d'applications supplémentaires pour les utilisateurs lambda. Nexus oblige, on pourra recevoir les mises à jour Android rapidement après leur sortie.
caméra
8
Plus que la caméra, nous notons ici la partie multimédia. Si l'appareil photo de la Nexus 9 ne brille pas par sa qualité, on apprécie la présence d'un flash. Les haut-parleurs stéréo permettent de profiter de la spatialisation du son dans les films, jeux et la musique. Dans les films, on regrettera le format 4/3 qui rajoute des bandes noires.
performances
10
Les performances du Tegra K1 en version 64 bits sont tout bonnement excellentes. Dans les applications qui ne tirent pas parti de plus de deux cœurs, les performances sont supérieure sur ce nouveau Tegra K1. La puce de Nvidia conserve sa place de leader pour les jeux gourmands dans l'univers Android, tout comme sur la Shield Tablet ou la Mi Pad. Le seul challenger possible est l'iPad Air 2, mais dans le monde iOS.
autonomie
7
L'autonomie de la Nexus 9 n'est pas son point fort. Malgré une batterie costaude, la tablette ne parvient pas à faire aussi bien que ses homologues équipées en Qualcomm ou en Exynos. La faute à un Tegra K1 trop gourmand ? Peut-être, en espérant que Google peaufine les optimisations pour augmenter l'autonomie de la Nexus 9.
Note finale du test 8/10
HTC a voulu se placer sur le segment premium avec la Nexus 9. Malheureusement, ce n'est pas tout à fait le cas, à cause de problèmes handicapants concernant l'écran et la variabilité de la finition. Ces défauts auraient pu être atténués avec un prix doux, mais à 400 euros, le rapport qualité - prix n'est pas en faveur de la Nexus 9.

Il ne faut toutefois pas rester sur une si mauvaise impression puisque la tablette issue de la collaboration entre Google et HTC a des atouts à faire valoir, pour le moment absents de tous les autres produits sur le marché. C'est tout d'abord le cas d'Android Lollipop qui marque un tournant important dans l'histoire du système d'exploitation mobile. Une fois qu'on y a goûté, on a du mal à revenir sur un KitKat, même modifié à la sauce interface constructeur ou ROM custom. La Nexus 9 pourra aussi convenir aux personnes à la recherche de performances excellentes puisque le Tegra K1 dans sa version 64 bits fait son job, et à merveille.

Si vous n'êtes pas à la recherche des performances absolues ou des nouveautés logicielles à tout prix, la Galaxy Tab S 8.4 qu'on peut trouver pour un peu plus de 250 euros avec ODR nous semble une option bien plus sage. Mais si la puissance brute et la promesse de faire tourner ce qui vous chantera voue séduit, c'est la tablette qu'il vous faut.
  • Points positifs
    • Les performances excellentes
    • La présence d'Android Lollipop
    • L'écran 4/3 pour la productivité
    • Les haut-parleurs stéréo
  • Points négatifs
    • Les fuites de lumière sur l'écran
    • La finition aléatoire selon les appareils
    • L'autonomie un peu limitée
    • L'écran 4/3 pour les films
    • Mémoire non extensible