Google n’aime pas que l’on ignore ses conditions d’utilisation et l’a prouvé en bannissant le compte de centaines d’utilisateurs. Leur faute ? L’achat de Pixel dans l’objectif de générer un bénéfice en les revendant.

google-pixel-vincent1

Les conditions d’utilisation de Google sont parfois très strictes et certains utilisateurs, plus de 200 au total, en ont fait les frais. Comme le précise le site Dan’s Deals, un grand nombre d’utilisateurs ont vu leur compte suspendu par la firme de Mountain View. Leur point commun était d’avoir acheté un Pixel pour l’expédier à un revendeur de New Hampshire — un état sans taxe — qui se chargeait de la revente puis qui partageait ensuite les bénéfices.

Les conditions d’utilisation, acceptées aveuglément sans lecture préalable par la plupart des acheteurs, sont pourtant très claires à ce sujet : « vous pouvez uniquement acheter des terminaux pour votre utilisation personnelle, vous ne pouvez pas les revendre, mais vous pouvez les offrir en cadeau ». Ainsi, tous ceux qui ont fait expédier leur Pixel directement chez le revendeur, y compris ceux pour qui la livraison a été annulée, se sont vu refuser l’accès à leur compte Google et à tous les services concernés (Gmail, Drive, Google Photos…).

 

« L’équivalent d’un incendie domestique »

Si certains utilisateurs ont eu la bonne idée de créer un compte à cette seule fin, d’autres en revanche ont utilisé leur compte personnel. Ils ont ainsi perdu l’accès à leurs photos stockées sur Google Photos, leurs documents sur Drive, leurs archives d’e-mails, etc. Les nouveaux e-mails étaient quant à eux renvoyés à l’expéditeur, empêchant certains utilisateurs de se connecter à des services tiers par absence de confirmation ou en raison de l’impossibilité de récupérer leur mot de passe.

Dan’s Deals compare cette perte à « l’équivalent au 21e siècle de la perte de souvenirs inestimables dans un incendie domestique ». Imaginez perdre l’accès à toutes vos photos et vos documents personnels et professionnels…

 

Tout est bien qui finit bien

Fort heureusement, l’histoire a rapidement fait le tour de la Toile et, après investigation, Google a réactivé les comptes concernés. Les fautifs ont tout de même reçu un message leur rappelant que « des violations répétées des conditions d’utilisation [de Google] peuvent entraîner la résiliation du compte ». Une assertion que beaucoup n’essayeront certainement pas de confirmer en retentant l’expérience…

 

 Une question éthique ?

Au-delà de ces violations, cela soulève quelques questions éthiques concernant les services de Google. Le géant de la recherche a beau rappeler que nos données personnelles nous appartiennent, leur accès en revanche reste totalement dépendant du bon vouloir de la firme. Par ailleurs, le seul moyen de les récupérer et de les sauvegarder est de passer par Google TakeOut, un service qui nécessite de s’identifier, et donc de posséder un compte actif.

Cela nous rappelle que certaines sociétés privées possèdent un pouvoir énorme aujourd’hui et peuvent à elles seules décider de la pérennité de nos données personnelles ou encore de l’information que nous consommons.