Selon une étude publiée réalisée par Comscore, Apple s’octroierait plus de 90 % des profits réalisés dans le monde des smartphones, très loin devant Samsung et les autres principaux vendeurs. Le marché du smartphone sous Android semble plus embouteillé que jamais.

Apple iPhone 6 Samsung Galaxy S6-2

Ce n’est pas vraiment une surprise, le marché du smartphone est désormais tellement occupé qu’il est difficile d’y réaliser des bénéfices. Un constat qu’il est facile d’énoncer, mais sur lequel il est toujours difficile d’accoler des chiffres. Le cabinet d’étude Comscore s’est attelé à la tâche et affirme aujourd’hui que parmi les huit plus importants vendeurs de smartphones dans le monde, Apple empoche 92 % des profits. Samsung prendrait la seconde place du tableau avec 15 % des profits, soit un total de 107 % des profits de l’industrie. En fait, si les deux marques réalisent à elles deux plus de 100 % des profits, explique Comscore, c’est que les autres engendrent des pertes. La performance d’Apple est d’autant plus remarquable que la marque n’a représenté au premier trimestre de l’année « que » 18,3 % des ventes de smartphones dans le monde.

Les analystes de Comscore expliquent le règne sans partage d’Apple par le fait que ses smartphones, les iPhone, bénéficient de tarifs de vente élevés et de coûts de fabrication relativement modestes. En 2014, Apple vendait en moyenne un iPhone 624 dollars alors que le prix de vente moyen d’un smartphone sous Android était de 185 dollars. Et alors que les principaux constructeurs de smartphones sous Android peinent à trouver la croissance depuis le début de l’année (que ce soit chez Samsung ou chez HTC, entres autres), les ventes d’iPhone continuent d’augmenter chez Apple. Avec l’arrivée prochaine de l’iPhone 6S, la tendance n’est pas près de s’inverser.

Des conclusions discutables

L’étude est toutefois critiquable sur plus d’un point. Les informations à son sujet sont tout d’abord lacunaires puisque rapportées par le Wall Street Journal. Certes, Apple réalise 92 % des profits parmi les huit plus importants vendeurs de smartphones mondiaux, mais sans préciser qui sont ces constructeurs, à l’exception de Samsung. L’article du Wall Street Journal indique ainsi que ni Xiaomi, ni Micromax, deux acteurs majeurs du marché des smartphones en 2014, n’ont été pris en compte dans l’étude. Un des analystes de Comscore indique ainsi que « si ces sociétés réalisent des bénéfices, cela ne modifierait pas le constat réalisé par l’étude sur les profits ». Vraiment ?

Cette étude est d’autant plus critiquable que l’on ne connaît pas aujourd’hui exactement les profits générés ou non par les fabricants de smartphones chinois. Contrairement aux entreprises américaines, taïwanaises ou coréennes, les sociétés chinoises ne publient pas toutes des rapports financiers détaillés sur leurs activités. Impossible de savoir aujourd’hui ce que rapportent ou non exactement les branches mobiles d’acteurs majeurs comme ZTE, Xiaomi ou encore Huawei. Autant dire que l’étude de Comscore s’est uniquement basée sur des estimations. Certes, Apple s’octroie sans aucun doute la part du lion, mais il est peut-être exagéré de penser que tous les autres constructeurs essuient des pertes.