J’ai testé le Nokia 3310 2017 pendant deux semaines. Voici un retour d’expérience approfondi, avec un récapitulatif des fonctions, et le bilan de cette période de détox.

Il s’agit d’un article invité proposé par un lecteur de FrAndroid qui a souhaité rester anonyme.

Après mon article sur le passage à l’iPhone, Ulrich m’a demandé si j’avais envie de remettre ça. Romain m’a alors proposé de façon directe : « 15 jours avec le « nouveau » Nokia 3310, t’es chiche ? 😉 ». Même si son smiley aurait pu m’alerter, j’ai tout de suite été séduit par l’idée, 15 jours sans smartphone, ça me ferait du bien, et en plus avec ce revival du mythique 3310, why not ? Me voici parti à passer 15 jours totalement sans smartphone, avec en poche uniquement le tout nouveau 3310 de HMD. Ceci est la synthèse de mes impressions sur cet objet purement marketing, mais a priori assez séduisant.

Déballage

On commence tout naturellement avec l’unboxing. Unboxing est un terme anglo-saxon qui veut dire ouverture de la boite. Dans notre cas, l’ouverture se pratique en soulevant deux scotchs de qualité moyenne qui permettent d’ôter un couvercle en plastique translucide qui s’en ira polluer nos océans d’ici quelques mois. On trouve dans la boite un Nokia 3310 2017 de couleur bleue, une paire d’écouteurs stéréo au format obsolète mini-jack (les plus anciens d’entre-nous s’en souviennent peut-être…), un chargeur 240V/ 5V 550 mA Made in India au format obsolète micro-USB (on en trouvait encore sur certains téléphones il y a quelques années). A noter que le câble USB n’est pas dissociable de sa fiche 240V, il vous faudra donc utiliser un autre câble micro-USB vers USB, non fourni, pour connecter votre téléphone à un PC.

Une boîte parallélépipédique

Mise en route

Après avoir ouvert amoureusement cette boîte, observons de près cet appareil.

Pour une fois, la mini-notice fournie n’est pas totalement inutile, surtout pour ceux qui auraient oublié comment fonctionnaient les téléphones mobiles de l’époque héroïque. Le Nokia 3310 a en effet une batterie amovible ! A-MO-VI-BLE ! Il n’y a pas si longtemps, subsistaient encore quelques irréductibles acharnés de la batterie amovible, persuadés que leur salut passait par cette possibilité somme toute amusante de déclipser la face arrière de son téléphone, ôter la batterie dudit téléphone, souffler un bon coup pour faire s’envoler les poussières disgracieuses qui viennent se loger dans les interstices des entrailles de la bête, remettre amoureusement la batterie puis reclipser la face arrière de son téléphone, satisfait du travail accompli. Alléluia ! Si vous connaissez quelques survivants adeptes de cette pratique déviante, prévenez-les qu’ils peuvent sortir d’hibernation : le Nokia 3310 comblera leurs désirs !

Trois objets pré-2005 se cachent dans cette image, saurez-vous les trouver ?

Autre particularité qui satisfera une autre frange exigeante de la faune qui s’agite autour de chaque nouvelle sortie de téléphone, la présence d’un double emplacement SIM ET d’un emplacement microSD. Grands dieux, vous pouvez avoir les trois à la fois ! Jusqu’ici, il fallait importer d’obscurs téléphones chinois aux noms imprononçables pour avoir le droit d’utiliser deux cartes SIM et une carte SD en même temps. Aujourd’hui, Nokia vous le permet, pour à peine plus de 69 € ! Elle est pas belle la vie ? (En même temps, les 16 Mo de mémoire interne du 3310 rendent l’utilisation de la carte SD quasi-obligatoire, alors…)

Un très bon point qui aurait pu me valoir des sueurs froides : l’importation des contacts. N’ayant plus aucun contact stocké dans ma carte SIM depuis des années, j’avais peur de devoir taper à la main tous mes contacts pour pouvoir utiliser le 3310. Mais l’appairage en Bluetooth est là pour me sauver. A peine le temps pour le Huawei Mate 9 de me demander dédaigneusement : « Êtes-vous vraiment sûr de vouloir laisser un Nokia 3310 aspirer tous vos contacts ? » que tout est réglé : je peux utiliser les deux principales killer-features du Nokia 3310 : appeler des vrais gens et leur envoyer des SMS !

On notera également que le Nokia 3310 n’accepte que les micro-SIM et pas les nano-SIM ! Il vous faudra donc fouiller dans vos tiroir pour trouver un adaptateur nano-SIM vers micro-SIM, sachant que ces ustensiles sont une malédiction absolue, la nano-SIM ayant une fâcheuse tendance à se désolidariser de son emplacement au moment précis où vous tentez d’insérer le tout dans le logement prévu à cet effet. Le 3310, ça se mérite !

Prise en main

Le Nokia 3310 est petit et très léger (79 g malgré tout !). Si léger qu’on oublie qu’on l’a dans la poche. Comme il ne sert pas à grand chose d’autre qu’à appeler et envoyer des SMS, on a aussi facilement tendance à l’oublier là où on le pose. Il m’est même arrivé d’oublier tout simplement de le prendre en sortant ! En cela, l’ergonomie de cet appareil est excellente : un appareil dont on se sert peu ne procure aucun désagrément d’usage, il ne vous dérange pas, il se fait vite encore plus petit qu’il n’est en réalité !

Cependant, vous risquez de pester au début contre cette couronne qui entoure le bouton central et qui est un poil trop fine pour être contrôlée facilement. Heureusement, après quelques jours, on s’y habitue et on n’y fait plus attention.

La personnalisation n’est bien sûr pas très poussée. On peut se choisir un fond d’écran, et choisir si on veut afficher 3×3 icones ou 4×4 icones sur l’écran d’accueil. C’est toujours un truc que ne permet pas l’iPhone aujourd’hui…

Une interface résolument moderne !

Solidité

Le 3310 était réputé pour sa solidité. Le nouveau, en polycarbonate, paraît beaucoup plus cheap, plus léger et donc plus fragile. Le téléphone ne m’appartenant pas, je ne l’ai pas lâché du troisième étage. Je n’ai pas fait un foot avec. Je ne l’ai pas fait tourner dans le lave-linge. Je n’ai pas essayé de le mettre dans un mixer. Je n’ai pas éprouvé sa résistance aux rayures avec un cutter. Je ne l’ai pas plongé pendant 30 minutes dans l’aquarium pour vérifier sa non-étanchéité et je n’ai pas tenté de le faire fonctionner dans le micro-onde. Il apparaît donc que le 3310 résiste parfaitement à l’usage d’une personne saine d’esprit telle que moi.

Le téléphone n’est pas franchement beau, mais il est passe-partout, et il rappelle bien le 3310 d’antan. Il ne craque pas, les finitions sont très correctes. Quelque part, je suis quand même assez satisfait de son design.

Écran

Le Nokia 3310 possède un écran 256 couleurs QVGA de 2,4 pouces qui vous fera un choc certain après des années d’écrans HD, puis FHD, puis QHD. Il n’est pas ‘Infinity’, il n’est pas ‘Retina’, il est ‘Basic’. Vous vous rendez compte que oui, on peut encore voir des pixels sur un téléphone en 2017 ! L’avantage, c’est que tant que vous n’avez pas transféré vos photos sur votre ordinateur, vous gardez le secret espoir que celles-ci seront de meilleure qualité sur un bon écran que sur celui du téléphone. En outre, l’écran est disposé assez loin de la vitre, pendant les premiers jours j’avais toujours l’impression d’avoir oublié d’enlever le film de protection. Et bien sûr il n’est pas tactile, et vous allez vous en rendre compte régulièrement à chaque fois que par habitude vous allez essayer de cliquer sur un truc. Et oui, le sevrage ne se fait pas d’un seul clic !

Musique

Le Bluetooth permet d’écouter votre musique sur une enceinte Bluetooth ou dans votre voiture. Il faudra par compte se contenter de fichiers type MP3 puisque il faut bien-sûr faire une croix sur les applications Spotify ou Deezer. En plus de vous ramener 10 ans en arrière en termes de fonctionnalités et d’ergonomie, le 3310 vous fera donc effectuer un voyage dans le temps musical, vous obligeant à déterrer tous vos mieux mp3 de vos vieux disques durs. Merci Nokia de me remémorer Alanis Morissette, Dido, Travis, Placebo, Garbage, j’avais oublié que ces groupes existaient !

Et oui, il vaut mieux également oublier les podcasts de vos sites ou radios préférés. Il est par contre possible de revenir dans les années 90 et d’écouter la radio FM, ce qui devrait contenter cette autre frange exigeante de la population qui réclame toujours une radio FM dans les nouveaux flagships. Comme à chaque fois, ce sont les écouteurs filaires qui font office d’antenne. Mais même si vos écouteurs sont branchés, vous pouvez quand même écouter la radio FM sur votre enceinte BT ! Un bon point, que l’iPhone reste totalement incapable de faire pour plusieurs raisons (saurez-vous dire pourquoi ?) !

Applications

SMS

Le Nokia 3310 est pourvu de 12 touches alphanumériques digitales qui vous permettent de taper de courts messages appelés SMS à vos contacts. On va me dire que je râle, mais franchement, taper un SMS sur un Nokia 3310 est une horreur. Déjà qu’il faut oublier WhatsApp, Facebook Messenger et autres Google Hangouts, mais en plus, utiliser la fonction SMS pour communiquer avec le Nokia 3310 est un véritable calvaire. Alors d’accord, je l’avoue, même à l’époque de ces glorieux téléphones mobiles à touches, je n’ai jamais été une fusée pour écrire mes SMS. Mais là, toutes les petites habitudes perdues depuis l’avènement des smartphones sont très dures à récupérer. Écrire un message tout simple du style « Comment ça va, la forme ? » prend des plombes. Il faut oublier totalement l’idée d’une conversation à distance par textos.

Heureusement, le mode T9 paraît toujours aussi magique et permet sérieusement de réduire le temps moyen d’écriture d’un SMS, à condition de ne pas chercher à écrire de message trop élaboré du style « Trop chelou le nouveau HTC U11, nan ? » sous peine de s’arracher les cheveux. Le mode T9 est curieusement assez compliqué à débusquer dans le téléphone : il faut en effet installer d’abord le dictionnaire de votre langue natale avant que ce mode devienne disponible.

Snake

Snake est particulièrement mis en avant dans la grille du téléphone du fait de sa popularité devenue légendaire, mais d’autres jeux sont disponibles au téléchargement. Les puristes vont râler parce que ça ne ressemble pas au vrai Snake d’antan, mais je dois dire que j’ai apprécié ce petit jeu qui permet de tuer le temps. Et comme vous ne pouvez pas faire grand-chose d’autre avec votre Nokia 3310 quand vous avez besoin de tuer le temps, automatiquement vous êtes obligé d’aimer ce jeu. Un véritable tour de force marketing, en particulier pour les gens comme moi qui jouent très rarement.

Désolé, je n’ai pas regardé le framerate…

Calculatrice

Wouhou, une calculatrice ! Si vraiment vous ne savez pas quoi faire dans une salle d’attente, cette calculatrice sera un excellent compagnon de jeu. Elle vous aidera à réviser vos tables de multiplications, vous pourrez passer des heures à essayer de tester ses limites : division par zéro, valeurs maximales, gestion des priorités. Ça c’est de la détox les gars ! Pas de racines carrées cependant, pas de gestion des valeurs hexadécimales, ne rêvez pas trop !

Des heures d’amusement

GPS et podomètre

Et bien il n’y en a pas ! Quand vous partez courir, votre trajet ne sera pas enregistré sur votre appli préférée et vous ne saurez plus du tout combien de calories vous avez brûlé. Si la perte de cette fonctionnalité n’est pas la plus dure à surmonter, il est étrange de se retrouver avec un téléphone incapable de vous renseigner sur votre position.

Lampe torche

Hey, il y a une lampe torche, qui marche bien merci ! Elle est relativement facilement accessible, ce qui est un bon point. Dans le noir complet, elle vous éclairera correctement jusqu’à cinq mètres environ ! On en redemande, mais attention à l’autonomie, n’en abusez pas !

Alarme

Oui, c’est révolutionnaire, ce téléphone peut-être utilisé pour vous réveiller le matin, et OUI, il peut le faire même s’il est éteint ! C’est à dire qu’à l’heure dite, le téléphone va s’allumer tout seul et lancer une mélodieuse sonnerie monophonique ! Essayez de faire ça avec votre Galaxy S8 pour voir !!! Nokia is the best !

Navigateur internet, Facebook, Gmail…

Curieusement le Nokia 3310 se débrouille mieux en 2G que tous les smartphones que j’ai pu avoir quand j’ai tenté de surfer sur ce réseau. Il est possible avec le 3310 d’ouvrir dans Opéra la page d’accueil de FrAndroid (ou de tout autre site). C’est une version totalement allégée du site qui s’offre à vous, qui vous rappellera cette horreur absolue qu’était le WAP : quelques carrés de couleurs étalés sur un écran trop petit, des titres qui s’affichent lentement, une impossibilité totale de trouver l’information qui vous intéresse. Et une fois la page chargée, la navigation dans la page à l’aide de l’anneau de direction est tout simplement décourageante. On ne sait jamais où on est exactement dans la page, ni comment aller là où on voudrait aller. La navigation sur 3310, on essaye cinq minutes et on abandonne.

Dans le même ordre d’idée, le 3310 vous permet d’utiliser une application Facebook et Gmail. Rien que la perspective d’avoir à taper mon adresse mail puis mes mots de passe pour me connecter m’ont fait renoncer. Quand on utilise Dashlane ou tout autre gestionnaire de mots de passe sur son smartphone pour se connecter automatiquement à tous ces trucs, on préfère encore s’en passer que de tenter de rentrer un mot de passe qu’on ne connaît même pas par cœur et échouer à la fin.

Enfin entré dans le 21e siècle !

Appareil photo

On en vient à the fonctionnalité en plus par rapport au 3310 d’origine : un appareil photo 2 Mpx avec flash LED ! Et la déception est immédiate. L’appareil photo n’est même pas suffisamment bon pour des photos souvenir à l’arrache.

Par beau temps et avec une bonne luminosité, le résultat est pourri, même si, soyons honnête, en petit et vu de loin, ça passe ! Mais quand on regarde de près : manque flagrant de détails, flous artistiques épars, mauvaise gestion de la luminosité, compression JPEG excessive, tout y passe !

Impossible de lire les petites lignes !

 

Adieu brins d’herbe au premier plan !

N’essayez même pas de capter un objet en mouvement, le temps que la photo se fasse, votre sujet aura disparu. Si vous avez anticipé et réussi à capter votre sujet, celui-ci sera flou.

En situation de faible luminosité, on peut au moins se consoler en se disant que le résultat n’empire pas vraiment :

De nuit, il existe un mode nuit, qui sans vous sauver la mise, améliore tout de même les choses :

Sans mode nuit

Avec mode nuit

En tout cas, les feux d’artifices, cette année, n’auront pas été inoubliables sur cet appareil :

Pour en finir avec l’appareil photo, voici une photo prise dans un jardin à 22h30 quand la luminosité de juillet a déjà baissé très sérieusement mais qu’il fait encore à peu près jour.

Mais qu’est-ce que c’est ?

Difficile d’y voir quelque chose. La même chose avec le Huawei Mate 9 donne un tout autre résultat :

Ceci n’est pas une pomme.

Bien que ce ne soit pas non plus un résultat extraordinaire, on a au moins la satisfaction de reconnaître immédiatement le sujet sans avoir à jouer aux devinettes. S’il vous prenait l’envie de faire un selfie, vous découvririez assez rapidement que l’absence de capteur frontal vous compliquera sérieusement la tâche.

La vanité de notre époque…

Cette malheureuse expérience me rappelle que fut un temps, certains appareils avaient un minuscule miroir à l’arrière pour au moins pouvoir cadrer son visage en faisant un selfie. Étant donné la désormais monstrueuse popularité de cette pratique, il est curieux que Nokia se soit dispensé de mettre un capteur frontal, ou au moins ledit miroir mentionné ci-dessus. Mais en ce qui me concerne, ce n’est absolument pas un drame, et je remercierais même presque Nokia de contribuer à la dé-selfisation de la société.

Autonomie

Alors oui c’est vrai, grâce à son énorme batterie de 1200 mAh, l’autonomie du 3310 est monstrueuse. En fait j’ai tenu quasiment 15 jours sans le recharger une seule fois. Contrairement à ce que beaucoup disent, forcez la 2G sur votre smartphone, utilisez seulement la fonction SMS et téléphone (et un peu de photos) et vous ne parviendrez pas à tenir aussi longtemps. C’est un fait. Mais c’est aussi un fait que vous passerez beaucoup moins de temps avec votre Nokia 3310 qu’avec votre smartphone, même bridé en 2G. L’écran du 3310 ne vous invite pas à admirer vos photos, et l’APN du 3310 ne vous encourage de toute façon pas à en prendre. Le clavier non tactile ne vous donne pas envie de vous lancer dans une battle de SMS avec votre meilleur pote. Au final on a une très bonne autonomie  parce que votre téléphone reste la plupart du temps en veille. Qui a dit révolution ?

Perception sociale et détox

Quand en 2012 on utilisait un Galaxy Note 2, on s’attirait immédiatement les regards, les questions ou les moqueries pour certains. Aujourd’hui, plus personne ne s’étonne de nous voir avec des écrans de 5,9 pouces. Par contre, s’afficher avec un Nokia 3310 attisera la curiosité de votre entourage à coup sûr. Certains vont le reconnaître (« Ah mais c’est pas le nouveau 3310 ? »), d’autres s’étonneront qu’on « fasse encore des appareils de ce type de nos jours », d’autres loueront la simplicité de cet appareil et leur envie de déconnexion tout en répondant à une notification WhatsApp.

Certains auront du mal à comprendre la démarche et auront même un certain mépris pour cette tentative de retour à l’âge de pierre. Et ce sont ceux-là qui auront raison. ‘Détox’, le mot est à la mode, dans toutes les bouches, le smartphone est accusé de nous rendre autiste. Le 3310 a été plus ou moins vendu comme un moyen de se forcer à une cure de désintoxication du smartphone. Mais on se rend vite compte que le problème ce n’est pas le smartphone, c’est le temps d’écran allumé. Je me suis forcé à ne plus utiliser mon smartphone, et alors ? J’ai rallumé mon PC, parce que internet est devenu indispensable. Je me suis d’ailleurs par cette occasion rendu compte que mon vieux PC était plus lent que mon smartphone (chérie, faudrait peut-être racheter un laptop non ?). Je me suis rendu compte que c’était idiot de me passer de ma musique en streaming, que c’était stupide de me priver de faire de belles photos ou vidéos de mes enfants, que c’était crétin de se passer d’un GPS quand on peut en avoir un. Certaines applications vraiment nomades (Deezer, APN, Google Fit, Waze, Shazam, Maps…) ont vraiment amélioré nos vies sans être envahissantes. Ce sont les autres usages chronophages (surf, jeux, messageries, réseaux sociaux) qu’il faut apprendre à dompter. Le Nokia 3310 2017 ne m’aura pas désintoxiqué du smartphone, il m’aura au contraire appris la vraie valeur du smartphone et m’aura fait reconnaître le vrai progrès qu’a été son avènement.

Conclusion

Petit objet marketing relativement réussi, le Nokia 3310 2017 n’aura pas beaucoup d’intérêt pour vous, lecteur averti de FrAndroid. Il est amusant une demi-journée d’essayer de vivre avec ce dumbphone, mais ensuite vous saisissez toute la vacuité de l’expérience. A quoi bon se passer du meilleur de ce que peut nous offrir la technologie ? Le Nokia 3310 ne vous apportera que frustration, désagréments, et aucunement cette félicité qu’on s’imagine trouver dans une illusoire « détox » ! Les écrans sont partout, il va falloir faire avec, et tant qu’à faire avec, autant faire avec les meilleurs d’entre eux plutôt qu’avec un bout de plastique, certes agréable et teinté de nostalgie, mais définitivement hors du jeu !

Et si votre première motivation est de réduire votre budget, on trouve des smartphones honorables à moins de 100 euros !

À lire sur FrAndroid : Quel smartphone choisir à moins de 100 euros ?