Un Luxembourgeois aurait découvert que Samsung donnait un coup de pouce aux résultats de benchmark du Galaxy S4 en boostant la fréquence de son GPU.

android samsung galaxy s4 gt-i9506 antutu

Samsung aurait-il influé sur les résultats de benchmarks ? C’est en tout cas ce que pense le site AnandTech, qui reprend la découverte d’un Luxembourgeois. En effet, après avoir effectué quelques tests, le site en est arrivé à la conclusion que le Samsung Galaxy S4 favorisait les résultats de différentes applications de benchmark par rapport aux autres applications qui tournent sur le téléphone. Le constructeur coréen aurait fait en sorte que son smartphone haut de gamme dans sa version équipée d’un processeur huit coeur Exynos 5 affiche des résultats, authentiques toutefois, en-dessus de la puissance réellement livrée sur les applications normales, elles-mêmes légèrement bridées.

macgpic_1375250656_scaled_optim

La puce est composée de quatre processeurs ARM Cortex-A15 cadencés à 1,6 GHz et de quatre autres processeurs ARM Cortex-A7 cadencés à 1,2 GHz, supportés par un GPU PowerVR SGX 544MP3 dont la cadence est plafonnée à 532 MHz. Et c’est là que se pose justement le problème : les résultats de benchmark sur AnTuTu, GLBenchmark et Quadrant affichent la cadence maximale c’est-à-dire 532 MHz sur les applications, alors qu’en réalité, cette cadence maximale n’atteint que 480 MHz sur les jeux les plus gourmands. On assiste alors à une puissance boostée de près de 11 % lors des tests.

Pour AnandTech, la raison est à chercher du côté du code du smartphone. C’est en examinant celui-ci que les spécialistes du site ont réussi à trouver une liste d’applications de benchmark ! Le système du Galaxy S4 autoriserait le processeur graphique à pousser sa fréquence au maximum pour ces applications et non pour le reste des logiciels qui tournent sur le smartphone.

Screen Shot 2013-07-17 at 6.57.13 PM

A titre d’exemple, AnandTech a comparé deux versions d’un même logiciel : GLbenchmark 2.5.1 et GLbenchmark 2.7, qui a été rebaptisé GFXBench. Le second est la mise à jour du premier et ne figure pas dans la liste du code du smartphone. On se retrouve donc avec un Galaxy S4 bien plus puissant sur la première version que sur la seconde.

Toutefois, il est important de se demander pourquoi Samsung aurait décidé de maquiller la puissance de son haut de gamme. La concurrence est certes une raison viable à cette question, mais pour quelle raison le géant coréen briderait-il  la fréquence du GPU de son smartphone alors que celui-ci est réellement capable de faire mieux ? Samsung craint peut-être pour une surchauffe du matériel et une explosion qui s’en suivrait, comme ce l’on a pu voir cette semaine ou, tout simplement, peut-être souhaite-t-il garder quelques surprises dans sa manche face à une concurrence qui lui mène la vie dure dans la course aux performances brutes. Gardons toutefois à l’esprit qu’en marge des benchmarks, c’est l’expérience utilisateur qui doit primer.

En réponse à ces allégations, Samsung a déclaré que « dans des conditions normales d’utilisation, le Galaxy S4 pouvait atteindre une fréquence de 533 MHz ». Les applications concernées sont l’appareil photo, le navigateur, le lecteur vidéo et les outils de benchmark. Le constructeur a ajouté que beaucoup de jeux n’exigeaient pas autant de performance pour pouvoir tourner normalement.