Lors d’une interview avec Hugo Barra, le site Android Authority a eu quelques informations sur les plans de Xiaomi pour les années à venir sur sa stratégie de déploiement à l’international. Selon les informations, Xiaomi ne prévoit pas de commercialiser ses produits en Amérique du Nord en 2014 et 2015. Mais l’entreprise chinoise commercialisera des produits compatibles avec les fréquences 4G des USA.

Hugo Barra

Les produits Xiaomi défraient la chronique. Ils possèdent des composants très performants pour un prix vraiment plancher. La finition est au rendez-vous et MIUI, la ROM custom Android, semble plaire à la majorité des utilisateurs, avec un design clairement inspiré d’Apple. Le patron de la marque ne cache d’ailleurs pas son culte pour Steve Jobs. Le problème, c’est que mis à part en Asie, les produits de la marque ne sont pas distribués de manière officielle à l’international.

Pour 2014, Xiaomi compte s’implanter dans certains pays du monde comme la Russie ou le Brésil, mais il faudra encore attendre pour les États-Unis. En effet, Hugo Barra a indiqué que des produits compatibles avec les réseaux 4G des USA seront proposés dès l’an prochain, mais le porte-parole de l’entreprise s’est empressé d’indiquer qu’aucun lancement commercial n’était prévu pour les Américains.

Des raisons cachées de cette absence à l’international ?

Hugo Barra indique que Xiaomi est pour le moment trop occupé pour se lancer aux Etats-Unis de manière sereine. En effet, l’entreprise souhaite commercialiser ses produits dans 10 pays supplémentaires pour l’année 2014 comme la Turquie ou encore la Russie.

Mais les véritables raisons d’un lancement hors de l’Union Européenne et des États-Unis pourraient être à chercher ailleurs. Pour pouvoir commercialiser des produits électroniques dans ces deux espaces géographiques, il faut que les constructeurs fassent passer à leurs appareils de nombreux tests et certifications. Et ces derniers peuvent être extrêmement coûteux, ce qui pourrait mettre à mal les marges du constructeur chinois qui pourrait être obligé de se détacher de son image de vendeur de produits haut de gamme à bas coût. Cela rendrait alors ses produits moins intéressants, d’autant plus qu’il faudra payer les taxes d’importations de l’Union Européenne ou des Etats-Unis.

La compatibilité avec les fréquences 4G des États-Unis permettra en revanche de se procurer les appareils avec des canaux d’importation alternatifs. Il serait intéressant de savoir si Xiaomi souhaite également s’ouvrir vers l’Union Européenne qui ne possède pas les mêmes fréquences pour la 4G.