Les deux premières montres connectées sous Android Wear sont passées sous le scalpel d’iFixit, le célèbre évaluateur de réparabilité des objets électroniques. Et elles s’en sont très bien sorties.

LG G Watch ifixit

Comme tout appareil qui se respecte – ou non – les premières montres sous Android Wear se sont fait démonter, avec tout le respect qui leur est dû, par iFixit. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on s’attendait à pire. La G Watch et la Gear Live ont obtenu de très bonnes notes en réparabilité, ce qui n’est pas toujours le cas des appareils soumis à ces démonteurs fous. On se souvient toutefois que la Gear 2 de Samsung, sortie il y a quelques mois, s’en était elle aussi très bien tirée.

La G Watch a donc obtenu le score de 9/10 et frôle l’excellence. L’équipe d’iFixit explique notamment que la batterie est très facilement remplaçable en raison d’une disposition pratique avec peu de matière adhésive. Seul reproche : s’il arrivait malheur à l’écran, il pourrait être compliqué et coûteux de le remplacer.

La LG G Watch obtient 9/10

La LG G Watch obtient 9/10

La Gear Live s’en sort à peine moins bien, avec un score de 8/10. Ici aussi, la construction de l’écran le rendra extrêmement difficile à réparer. Par contre, la batterie est très facilement démontable, et l’ouverture du boitier est un jeu d’enfant. Ce qui n’est d’ailleurs pas forcément rassurant sur l’étanchéité de l’appareil.

La Samsung Gear Live obtient 8/10

La Samsung Gear Live obtient 8/10

Si ces deux montres sont si faciles à réparer, on suppose que leur format rectangulaire y est aussi pour quelque chose. On s’évitera des paris sur la note qu’obtiendra la Motorola Moto 360 qui, avec son format rond, part ici avec un handicap.