Lollipop est disponible sur la Shield Tablet en mise à jour OTA depuis lundi dernier. Nous avons passé quelques heures avec la tablette de Nvidia sous Android 5.0 pour juger des nouveautés apportées par la nouvelle version du système d’exploitation et notamment Grid, le service de cloud gaming.

Shield Tablet Lollipop 1

Nous avions déjà testé la Shield Tablet de Nvidia il y a quelques mois. La tablette était alors sous KitKat et nous avait séduite par son rapport performances – prix. Quelques semaines plus tard, c’était au tour de la Shield Tablet en version 4G de se faire tester. Cette variante nous avait moins plu à cause d’un écosystème pas vraiment au point pour les fonctionnalités de streaming en 4G. Avec Lollipop, Nvidia frappe fort puisque c’est le premier constructeur à proposer Android 5.0 sur une tablette (en dehors des produits Google Nexus). De plus, avec Lollipop, le Californien a fait évoluer deux fonctionnalités phares de la tablette : Dabbler passe en version 2.0 et surtout le service de cloud gaming Grid ouvre enfin ses portes en Europe, offrant un surcroît d’intérêt à l’écosystème Nvidia.

Android Lollipop en version stock

Concernant les aspects de Lollipop sur la Shield Tablet, on va passer très rapidement dessus puisque Nvidia ne propose pas d’interface constructeur. On trouve donc toujours Android en version stock comme sur les produits de la gamme Nexus. Ce qui explique en partie pourquoi Nvidia a pu sortir très rapidement la mise à jour Lollipop pour la Shield Tablet. Toujours est-il qu’il existe d’autres constructeurs – qu’on ne citera pas – qui utilisent Android stock mais qui n’ont toujours pas parlé d’une éventuelle mise à jour OTA de Lollipop pour leurs terminaux. Nvidia a donc envoyé un geste fort à la communauté Android et les Tegra Note 7 et Shield Portable devraient suivre rapidement.

Lollipop Shield Tablet

On trouve donc sur la Shield Tablet sous Lollipop tous les éléments que nous avons détaillés lors de notre dossier complet paru ce week-end. Nous invitons donc les plus curieux à lire ce dossier pour savoir ce que renferme la Shield Tablet sous Lollipop. Nvidia a également mis à jour Dabbler, l’outil de dessin, en version 2.0. Au menu des nouveautés : le support des calques pour des dessins plus complets ainsi que le support de Twitch pour streamer en direct ses créations. L’interface de l’application a également été revue. Selon moi, la force de la Shield Tablet n’est pas dans Dabbler, mais si Nvidia trouve un public intéressé, pourquoi pas.

À lire : Lollipop tout sur la plus grosse mise à jour d'Android

Dabbler 2.0

 

Des performances similaires à KitKat

L’une des grandes questions que nous nous posions concerne les performances. En théorie, Android 5.0 permet d’augmenter les performances et notamment grâce à la nouvelle machine virtuelle ART qui remplace Dalvik. Son fonctionnement ahead-of-time permet de compiler les applications lors de leur installation et non pas lors de leur lancement. Malheureusement, la majorité des jeux gourmands et des benchmarks ne profitent pas de cette nouveauté puisqu’ils sont déjà compilés lors de leur installation étant donné qu’ils n’utilisent pas la machine virtuelle (du fait de l’utilisation du NDK et d’un langage natif en lieu et place du SDK et de Java). Dans les benchmarks, on trouve donc à peu de chose près les mêmes résultats que sous KitKat. Nous n’avons pas pu mesurer les performances en jeu puisque les outils de mesure du framerate ne sont pas encore disponibles sous Lollipop.

Le cloud gaming arrive en Europe

Nous avons également profité d’avoir une Shield Tablet 4G sous la main pour tester la nouvelle fonctionnalité phare : Grid, le service de cloud gaming de Nvidia. Ce dernier permet de jouer à des jeux PC sur sa Shield Tablet. Les jeux tournent sur les serveurs de Nvidia et sont envoyés via Internet sur la tablette. Auparavant, le service était uniquement basé aux États-Unis, avec donc une latence énorme pour les joueurs européens. Depuis la semaine dernière, Nvidia a ouvert ses serveurs en Europe, à Dublin en Irlande. Cela change la donne avec une latence bien plus faible : entre 45ms et 15 Mbps avec une connexion fibrée. En H+, les chiffres étaient respectivement de 73ms et 13 Mbps. Mais le plus gênant réside surtout dans la perte d’images : autour de 0-1 % pour notre connexion câblée avec un très bon réseau Wi-Fi 802.11ac et jusqu’à environ 6 % pour la connexion H+. Pour ne rien arranger, le comportement était différent sur les deux jeux testés (Race Driver Grid et Dirt 2). Sur le premier, les pertes d’images étaient davantage marquées alors que sur le deuxième, quasiment aucune perte d’image n’était à signaler.

Grid 2

Nous avons voulu jouer en 4G mais cela ne nous a pas été possible. Nous avons dû dans un premier temps nous battre avec les APN pour réussir à capter la 4G (Orange). Malheureusement pour nous, après avoir réussi cette étape, la qualité de la connexion n’était plus suffisante pour faire tourner des jeux sur Grid. Le passage en 3G n’a pas réglé le souci et le souci ressemble donc plutôt à la saturation de l’antenne relais. Ce « problème » met le doigt sur le caractère trop aléatoire de la stabilité des connexions cellulaires pour pouvoir jouer aux jeux à distance.

Des jeux Android plus beaux que les jeux PC ?

La perte d’image n’est pas le seul élément à prendre en compte puisque la qualité visuelle dépend de la connexion. En Wi-Fi, ce n’est pas beau ni magnifique. C’est correct et on sent que l’image, rendue en 720p, subit une compression. Cette dernière varie selon la qualité de la connexion, et sur les réseaux cellulaires, on commence sérieusement à voir apparaitre les artefacts et autres pixels. Si on lance un beau jeu Android par la suite, c’est tout de suite plus joli puisque plus défini (1080p). Mais ce n’est pas un jeu PC et les effets d’ombre et de lumière sont moins présents, on a également moins d’objets par scène. Il faut donc choisir : des scènes jolies sur les jeux Android ou complètes en termes d’effets, mais en moins bonne définition, sur les jeux PC. L’autre solution, c’est de passer par la fonctionnalité GameStream qui permet de streamer des jeux en 1080p depuis son PC en réseau local.

Dirt 2

Dirt 2 avec Grid

Real Racing 3_20140801_135653

Real Racing 3 en natif

 

Pour le moment, le catalogue se compose de 22 titres : Alan Wake American Nightmare, Astebreed, Batman: Arkham Asylum, Batman: Arkham City, Borderlands, Borderlands 2, Brutal Legend, Darksiders, Darksiders 2, Dead Island, Dirt 2 LEGO Batman 2, LEGO Marvel Super Heroes, Psychonauts, Race Driver Grid, Red Faction: Armageddon, Saints Row:The Third, Street Fighter X Tekken, Strike Suit Zero, The Witcher 2: Assassins of Kings, Trine 2 et Ultra Street Fighter IV. Le catalogue sera justement l’élément déterminant de la réussite du service de cloud gaming, une fois qu’on sera certain de posséder une bonne connexion. À propos du catalogue, Nvidia promet de rajouter chaque semaine un titre supplémentaire, tous les mardis. D’ici le mois de juin, on devrait donc arriver aux alentours de 50 titres, en espérant que les derniers blockbusters soient présents. Allez, on peut même rêver : et si l’intégralité du catalogue Steam (ou du moins une grande partie) était présent ? La tablette de Nvidia deviendrait alors encore plus intéressante.

Une tablette toujours recommandable pour les joueurs

Au final, faut-il recommander la Shield Tablet sous Lollipop ? Oui, puisque l’expérience utilisateur est améliorée et que nous recommandions déjà l’appareil lors de notre test sous KitKat. Le rapport performances – prix est vraiment excellent. En revanche, nous maintenons la conclusion que nous avions rédigée à propos de Grid, le service de cloud gaming. Même si l’arrivée des serveurs en Europe permet enfin de jouer dans des conditions correctes avec une bonne connexion, ce n’est pas le cas avec une « petite connexion » (câble ou ADSL) ou une connexion cellulaire, qu’elle soit en 3G ou 4G. L’idée est vraiment bonne et séduisante, mais la mise en œuvre compliquée, voire impossible, si l’on ne se trouve pas dans les conditions idéales. La situation est donc à double tranchant : soit on adore le service puisqu’il fonctionne à peu près comme on le souhaite, soit on est frustré puisqu’on peut jouer à un jeu PC … dans des conditions décevantes.