Qualcomm pourrait être condamné à verser au gouvernement chinois une amende de plus d’un milliard de dollars pour pratiques anti-concurrentielles. L’entreprise de San Diego pourrait également être forcée de revoir à la baisse ses royalties en Chine.

qualcomm-logo

L’information semble authentique puisqu’elle provient de deux sources différentes : Reuters d’une part et Bloomberg d’autre part. Les informations sont plus ou moins concordantes mis à part le montant de l’amende. Si Reuters avance un chiffre d’un milliard de dollars, Bloomberg va plus loin avec l’obligation pour Qualcomm de signer un chèque de 10 milliards de Yuan au gouvernement chinois, soit environ 1,6 milliards de dollars. La raison : les pratiques anti-concurentielles mises en place par le géant de San Diego en Chine.

L’enquête aurait débutée en novembre 2013 et les raisons de l’amende ne sont pas encore très claires mais seraient liées au système de licence mis en place par Qualcomm pour autoriser un constructeur à avoir accès à ses puces. D’ailleurs, le montant des royalties perçues par Qualcomm de la part des constructeurs chinois pourraient être revu à baisse d’environ un tiers. Une situation qui supprimerait alors une part importante des revenus de Qualcomm en Chine qui ont tout de même représenté environ 50 % de son chiffre d’affaires pour la dernière année fiscale, avec 26,5 milliards de dollars. D’autres pays pourraient en faire de même en demandant à Qualcomm d’abaisser le prix à payer pour se procurer ses SoC. Un cercle vicieux qui risquerait fort d’amputer une partie du budget Recherche et Développement du géant américain.

Il va maintenant falloir attendre une prise de position officielle de la part de la Chine pour en savoir un peu plus sur cette amende et ses conséquences sur les royalties de Qualcomm. Décidément, l’entreprise doit se battre sur de nombreux fronts en ce moment, elle qui doit faire face à des problèmes rencontrés par le Snapdragon 810. Une situation qui pourrait faire les affaires du Coréen Samsung avec ses Exynos, mais aussi du Taïwanais MediaTek.