SFR tenait aujourd’hui une conférence de presse pour faire le bilan de son année 2016 et annoncer ses ambitions pour l’année 2017. L’opérateur voudrait couvrir en 4G les 20 % restant de la population avant 2019.

Le Nouvel An passé, c’est l’occasion pour les opérateurs mobiles de faire le bilan du déploiement de leur réseau 4G. Après Bouygues Telecom, qui annonçait il y a quelques jours que son réseau mobile 4G couvrait 85 % de la population française, c’est maintenant à SFR d’annoncer ses chiffres.

 

Un contrat de mutualisation qui paye

L’opérateur au carré rouge accuse un léger retard sur son concurrent puisque l’entreprise annonçait ce matin couvrir seulement 81 % de la population. Il s’agit toutefois du chiffre de décembre 2016, mais impossible de savoir si c’était au 1er ou au 31 décembre. Bouygues Telecom a donc peut-être donné un chiffre avec un mois supplémentaire de déploiement comparé avec SFR.

Il n’est pas étonnant que les deux opérateurs soient proches en termes de déploiement, un contrat de mutualisation des réseaux mobile lie les deux acteurs depuis 2014.

 

99 % de la population couverte d’ici fin 2018

La conférence de SFR était également l’occasion pour l’opérateur de rappeler qu’il ne compte pas arrêter les investissements dans le secteur.

Il annonce vouloir couvrir plus de 90% de la population avant la fin de l’année, et atteindre 99% de couverture à la fin de l’année 2018. Concernant les zones rurales, le groupe indique déjà couvrir 50% de la zone de déploiement prioritaire.

 

La 4G+ UHD : après le son 4K, pourquoi pas ?

Après LG et « sa barre de son 4K » présentée au CES 2017, la palme de l’appropriation d’un terme marketing branché pour une technologie sans rapport est aujourd’hui attribuée à SFR. Le groupe annonce le déploiement de la « 4G+ UHD » (pour Ultra Haut Débit) sur 32 grandes villes pour couvrir 40% de la population en 2017.

Ceux qui s’imaginent voir des pixels flotter dans le ciel seront déçus, l’UHD n’a rien à voir avec l’Ultra Haute-Définition. Il s’agit simplement de l’agrégation de 3 bandes de fréquences 4G (800, 1800 et 2600 MHz) pour atteindre un débit de 337 Mbps. Le même principe que le Dual Carrier qui avait permis à la 3G HSPA d’atteindre 42 Mbps.

À lire sur FrAndroid : Itinérance et mutualisation, tout sur le partage des réseaux mobiles en France