Introduction

Presque absent de la scène européenne depuis plus d’un an, ZTE revient aujourd’hui avec une nouvelle gamme Axon affirmant sa volonté de se positionner dans le secteur du haut de gamme. Retour réussi d’une marque chinoise dont la suprématie a été entamée par l’ascension de Huawei ? La réponse dans ces lignes.

Caractéristiques techniques

Cela faisait bien longtemps que l’on n’avait pas vu ZTE dans nos contrées avec un smartphone se voulant sérieusement du petit monde du haut de gamme. Son Blade S6 nous avait certes convaincus, mais visait un milieu de gamme à bas prix, tandis que cet Axon Elite cherche à concurrencer les flagships premium de Samsung, Sony et consorts. On retrouve donc un SoC Snapdragon 810, les dernières technologies en matière de capteurs, mais sans fioritures. On se « contentera » ainsi d’un écran Full HD et de 3 Go de RAM.

Modèle ZTE Axon Elite
Version d'AndroidAndroid 5.0.2 Lollipop
avec MiFavor UI 3.2
Type d'écranIPS LCD
Taille d'écran5,5 pouces
Définition d'écranFull HD (1080 x 1920 pixels)
Résolution d'écran401 PPP
ProtectionGorilla Glass anti-bactérien
SoCSnapdragon 810
CPU4x Cortex-A53 @ 1,25 GHz et 4x Cortex-A57 @ 2 GHz
GPUAdreno 430
Mémoire RAM3 Go RAM
Mémoire interne32 Go
Carte microSDOui
Appareil photo dorsalDouble capteur de 13 et 2 Mégapixels
Flash Dual LED
Vidéo2160p @30 FPS
Appareil photo frontal8 Mégapixels
Batterie3000 mAh Li-ion non amovible, QuickCharge 2.0
Lecteur d'empreintes digitalesOui
4G LTEOui, cat. 4 (150 / 50 Mb/s)
800 / 1800 / 2600 MHz
Wi-Fi802.11 b/g/n
NFCOui
Bluetooth4.0 + A2DP + LE
GPSa-GPS
USBMicroUSB 2.0
SIM 2x nano SIM
Dimensions 154 x 75 x 9,3 mm
Poids170 grammes
Couleursdoré, argenté
Prix 419,99 euros

Le choix audacieux de l’originalité

Là où les derniers terminaux ZTE ne brillaient pas par leur originalité – le dernier Blade S6 ressemblait plus à un iPhone qu’à autre chose – la gamme Axon vise le renouveau. On a donc affaire à un téléphone qui ne pourra pas se voir reprocher une ressemblance trop flagrante avec un autre smartphone, avec les difficultés que cela peut créer.

axon-elite-20

Autant le préciser d’emblée : passez directement votre chemin si vous êtes du genre à aimer la sobriété. Tandis qu’il existe en bleu nuit outre-Atlantique, l’Axon Elite n’est disponible chez nous qu’en coloris or et argent, avec moult petits détails à remarquer.

Commençons par les points les plus discutables. À l’arrière, ZTE a opté pour des bandes situées en haut et en bas de la coque, ton sur ton dans notre version dorée, et imitant le cuir. Un choix qu’avait fait Samsung sur son Galaxy Note 4 notamment, et qui nous avait laissés plus que perplexes, et que quelques rares marques asiatiques (Asus, sur sa récente ZenPad S8.0) ont également fait, généralement sans grand succès. Associé à un coloris doré plutôt bling-bling et à une façade où l’on retrouve un motif à petits triangles pas franchement discret, autant dire que cet aspect cuir contribue à produire un effet « mauvais goût » faisant l’unanimité à la rédaction. Concédons toutefois à ZTE que dans d’autres coloris, ce design est peut-être moins douteux, et que cela n’ôte rien à la qualité de finition globale du téléphone.

axon-elite-11

Cette qualité est d’ailleurs là. Même si ses 173 grammes n’en font pas un modèle de légèreté et son épaisseur de 9,3 mm est plutôt élevée comparée aux standards actuels, l’Axon Elite est bien fini et agréable à tenir en main. Son lecteur d’empreintes, d’ailleurs très efficace, est bien placé au dos du smartphone, et tombe parfaitement sous le doigt. On sera plus circonspect concernant le placement des boutons de réglage du volume qui, quand la touche Power est située sur sa tranche droite, se situe sur le côté gauche de l’appareil. Autant dire que ce n’est pas très pratique. En revanche, l’écran 2,5D du téléphone assure un bon confort en main. Bref, même s’il répond à des canons de beauté qui nous échappent un peu et s’il présente quelques petits défauts d’ergonomie, cet Axon Elite montre que ZTE maîtrise son sujet.

axon-elite-12

Écran

Le ZTE Axon Elite ne fait pas d’esbroufe côté écran, puisqu’il affiche une définition Full HD sur une diagonale de 5,5 pouces, pour une résolution totale de 401 ppp, ce qui reste amplement suffisant. Cet écran IPS présente un contraste correct (1046:1) et une luminosité dans la moyenne de ses concurrents, à 475 cd/m2, ce qui demandera, en cas de forte luminosité extérieure, de la pousser à son maximum. Les angles de vision sont quant à eux convaincants, et les couleurs sont vives, et les blancs corrects, même s’ils tirent très légèrement vers le rose. On notera, comme cela se fait de plus en plus au sein des interfaces constructeurs, la présence d’un outil de personnalisation de l’affichage situé dans les paramètres du téléphone (Paramètres > Affichage > Température des couleurs… puis une page non traduite de l’anglais).

axon-elite-7

Dernier point sur le revêtement de l’écran, un Gorilla Glass anti-bactérien. On ne pourra pas vous dire grand-chose à ce sujet, n’étant pas équipés pour vérifier si, oui ou non, notre exemplaire grouillait un peu moins de germes que les téléphones habituels. On se bornera à constater que le doigt glisse agréablement sur la vitre, que l’aspect anti-rayures de la chose fonctionne bien, et que l’écran est réactif. C’est déjà bien en soi.

Logiciel : un MiFavor au goût d’inachevé

C’est certainement le point sur lequel nous émettrons le plus de réserves. Quand ZTE nous avait habitués à une interface pas trop chargée, certes sans tiroir d’applications, mais avec une barre de notifications proche de l’Android stock, cet Axon Elite mise sur l’interface MiFavor en version 3.2 habillant Android Lollipop en version 5.0.2, quand la 5.1 devient aujourd’hui la norme. Passons sur ce détail et voyons ce que cela donne.

screen-inferface-3

Tandis que l’on retrouve certains éléments aperçus chez le Blade S6, lui-même sous MiFavor 3.0, des détails ont (malheureusement) été revus. On pense notamment à la barre de notifications qui, initialement basée sur Android stock, est désormais customisée. Les raccourcis sélectionnés s’affichent ainsi dans un bleu roi au goût douteux, et pas du tout assorti au reste de l’interface, mais pouvant être customisé en passant par le menu dédié. Toujours dans cette barre, certains éléments n’ont pas été traduits (le verrouillage devient « lock »), la date s’affiche en anglais, mais on ne peut qu’apprécier la richesse des icônes présentes. Notez que dans la barre de notifications, l’affichage de la vitesse du réseau est activé d’office, mais qu’il peut être désactivé dans la section Affichage des Paramètres.

parametres

Les paramètres auxquels on accède ensuite sont tout aussi originaux, puisque l’on aboutit d’emblée sur un onglet « Commun » renvoyant aux paramètres les plus fréquemment utilisés, et présentés sous forme de grille. On appréciera ou on détestera… L’onglet « Tous », lui, permet d’accéder à l’ensemble des paramètres, enrichis d’ailleurs de quelques nouveautés maison. Un bouton flottant MiPop, et personnalisable (il peut se voir affecter la fonction Home ou Retour) peut être activé, de même qu’une reconnaissance oculaire pour déverrouiller le smartphone ou accéder à des données sécurisées. On ne peut que constater l’efficacité de cette fonctionnalité, qui fonctionne même avec des lunettes, mais elle nécessite d’appuyer sur la touche power puis de réaliser un swipe vers le bas avant de se déclencher. Pour un déverrouillage, c’est beaucoup trop long, et passé l’effet wow, on repassera au lecteur d’empreintes ou au bon vieux code numérique.

<div<screen-yeux

On ne pourra pas toutes les citer, mais on note la présence de divers outils permettant de surveiller la consommation de RAM et de data, de créer un espace de stockage privé et de verrouiller des applications, et bien sûr les applications Google. L’application de messagerie préinstallée, couplée à un clavier TouchPal souffrant de nets ralentissements, ne nous a malheureusement jamais permis d’envoyer des MMS, et l’installation de Google Messenger comme messagerie par défaut a perturbé le système de notifications. Les icônes, elles, sont comme souvent chez les interfaces chinoises, inscrites dans ces carrés aux angles arrondis du plus mauvais effet, sans tiroir d’applications, et peuvent être personnalisées. Il faudra passer pour cela par le menu de personnalisation accessible par un clic sur la touche sensitive située à droite du bouton Home, à la place du multitâche.

Screenshot_2015-10-30-18-34-54

Car les contrôles de navigation, chez ZTE, se présentent sous la forme suivante : au centre, une touche ronde Home, et de part et d’autre, des points qui disparaissent lorsqu’ils ne sont pas utilisés, ce qui n’est pas évident à deviner pour les néophytes. À gauche, le bouton correspond au Retour et, par le biais d’un appui long, au multitâche, tandis que le bouton droit est dédié à la personnalisation. Il est possible de personnaliser le menu dans les paramètres… mais seulement pour inverser les touches Menu et Retour. En somme, n’espérez pas créer vous-même une touche multitâche digne de ce nom.

Un dernier point sur le lecteur d’empreintes, qui seconde l’authentification possible par reconnaissance de l’œil ou de la voix. C’est sans conteste l’option la plus pratique, d’autant que ce lecteur se montre très efficace, et permet de déverrouiller le smartphone sans avoir à cliquer au préalable sur la touche Power. Si on le compare à celui d’un Huawei Ascend Mate 7, on constate que ce capteur offre une plus grande efficacité.

Chaud devant

Comme beaucoup de ses compétiteurs haut de gamme, l’Axon Elite mise sur le Snapdragon 810 de Qualcomm (combiné à 3 Go de RAM), réputé pour ses problèmes de performances et pour sa tendance à la chauffe. Qu’on se le dise d’emblée : sur le point de la chaleur, le téléphone de ZTE ne fait pas mieux que les autres smartphones. Il chauffe beaucoup et rapidement, même lorsque l’on ne sollicite pas sa puce avec de gros jeux. C’est bien dommage, même si l’utilisation quotidienne reste fluide.

 ZTE Axon EliteLG G4Samsung Galaxy S6HTC One M9
PCMark4 1904 7205 0004 241
3DMark Ice Storm Unlimited (Global)25 40118 61922 26522 148
3DMark Ice Storm Unlimited (Graphics)36 11623 18223 63033 892
3DMark Ice Storm Unlimited (Physics)12 46111 02518 52110 009
GFXBench Manhattan 3.1 (onscreen / offscreen)19 / 19 FPS5,6 / 9,9 FPS6,6 / 15 FPS11 / 9,7 FPS
Lecture / écriture séquentielle213 / 121 Mo/s244 / 100 Mo/s318 / 143 Mo/s236 / 121 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire4 941 / 3 531 IOPS7 100 / 3 500 IOPS20 023 / 5 146 IOPS5 207 / 3 466 IOPS
Real Racing 3 (XtraHigh, Mod, GameBench)25 FPS25 FPS34 FPS28 FPS (HP)

Comme on peut le voir sur le tableau, le ZTE Axon Elite est très performant dans les benchmarks, se permettant de dépasser les autres concurrents en Snapdragon 810, tout comme le Galaxy S6 de Samsung. La vitesse de sa mémoire flash est en revanche un peu faiblarde. Et dans les jeux gourmands, c’est la catastrophe. Le Snapdragon 810 tombe à la renverse, et se place au même niveau que le Sanpdragon 808 du LG G4. La raison est simple et nous commençons à la connaître : les cœurs Cortex-A57 se désactivent très rapidement, laissent seuls les Cortex-A53 remplir leurs tâches. L’Adreno 430, quant à lui, passe une bonne partie de la session à 180 MHz, sa fréquence la plus faible. Au final, Real Racing 3 donne une sensation de lenteur, peu agréable sur des jeux de course. Le ZTE Axon Elite est donc sûrement le smartphone doté d’un Snapdragon 810 le moins performant.

Real Racing 3 (FPS)
  • ZTE Axon Elite : 25
  • LG G4 : 25
  • Galaxy S6 : 34
  • HTC One M9 : 28

Appareil photo

On retrouve chez cet Axon Elite un appareil photo dorsal de 13 mégapixels associé à un second capteur de 2 mégapixels, dans la mouvance (un peu passée de mode, mais pourquoi pas) de ces terminaux proposant un effet bokeh purement logiciel. Cela fait donc partie des atouts théoriques du smartphone, qui promet de fournir des clichés concurrençant presque ceux obtenus avec des reflex. Avouons tout de suite la vérité : ce n’est pas la peine d’y compter, même si ce bon ZTE ne démérite pas.

screen-photo

Commençons donc par cet usage du deuxième capteur photo, accessible par le biais du mode « bokeh » : divertissant à tester, il fournit malheureusement des résultats décevants. Associé au traitement logiciel, il parvient sans peine à créer un flou d’arrière-plan (ou au premier plan, selon la zone de mise au point) mais, dans la plupart des cas, parvient mal à définir les différents niveaux de profondeur. On se retrouve ainsi avec des éléments à mi-nets, mi-flous, pour un résultat tout sauf naturel. On apprécie néanmoins les efforts de ZTE pour se démarquer.

L’application photo de ZTE est plutôt bien faite, offrant un accès direct au fameux mode Bokeh, à l’automatique, et au modes prédéfinis (Panorama, Exposition multiple, Manuel, sport, Ralenti et Intervalle, correspondant à un mode rafale). L’ajout de filtres est également accessible à tout moment, de même que l’activation du mode HDR. Au rayon des défauts, l’imprécision des paramètres de l’application. Les débutants ne pourront pas deviner qu’en choisissant l’affichage en « plein écran », ils obtiendront des clichés en 10 MP, tandis qu’en le désactivant (format 4:3), ils pourront capturer leurs photos en 13 mégapixels.

Au final, qu’obtient-on ? Des clichés de bonne facture, quoique manquant de détails. La gestion de la luminosité est correcte, les performances en basse luminosité sont acceptables (en mode automatique), et le déclenchement est rapide. Toutefois, le mode HDR demande quelques secondes de traitement, et offre des résultats au traitement un peu trop poussés.

IMG_20151024_160935
IMG_20151027_202800

Avec le mode bokeh activé

IMG_20151027_143321

En mode automatique (4:3)

IMG_20151027_143326

En mode HDR

IMG_20151027_143315

Communications et réseaux

Le ZTE Axon Elite est comme il se doit compatible avec la 4G de catégorie 6 (4G+), pour ceux qui peuvent accéder à ce type de réseaux. Il offre une bonne accroche réseau, sans souci particulier. En revanche, en appels, on constate un son un peu étouffé et la nécessité de coller l’oreille parfaitement au niveau du haut-parleur, pas assez puissant, pour entendre son interlocuteur. Rien d’insurmontable, mais on a vu (ou plutôt entendu) mieux.

screen-gps

Côté GPS, très bonne nouvelle : que ce soit par le biais de tests théoriques ou à l’usage réel, on constate une très bonne performance. Il suffit de quelques seconde pour obtenir une localisation précise, et c’est tant mieux. On peut remercier le Snapdragon 810 sur ce point.

Autonomie

Avec sa batterie de 3000 mAh, le ZTE Axon Elite est très correctement armé pour offrir de bonnes performances. Mais au quotidien, pendant notre semaine d’utilisation, nous avons constaté, même en laissant la luminosité de son écran à 50 %, qu’il était bien difficile de dépasser vraiment la journée sans passer le soir par la case chargeur. Lors de notre test habituel (luminosité à 200 cd/m2) consistant à lire une vidéo Full HD pendant une heure en streaming, notre modèle a d’ailleurs perdu 18 % de batterie. Il se situe en deçà des smartphones concurrents sur ce point.

Prix et disponibilité

On trouve actuellement le ZTE Axon Elite en exclusivité sur eBay, en France comme en Espagne. Il y est facturé 419,99 euros dans une unique version 32 Go.

Verdict ZTE Axon Elite

design
7
Difficile de noter l'Axon Elite sur ce point, tant son design divise. On aime ou on déteste ce style très particulier, tout sauf discret, mais on constate une bonne qualité de fabrication globale. On apprécie moins l'emplacement de sa barre de volume, pas très ergonomique.
écran
8
Pas le plus lumineux mais très équilibré, cet Axon Elite ne déçoit pas en termes d'affichage. Sa dalle (probablement grâce au traitement de Corning) est agréable sous le doigt, et le format 2,5D est bien trouvé.
logiciel
4
Il y a des trouvailles chez ce logiciel, mais qui est beaucoup trop fouillis pour être pratique. Entre des icônes aux designs disparates, une barre de notifications elle aussi encombrée et une application de messagerie franchement pas pratique (il faut également en changer le clavier), l'Axon Elite est un appel au test de launchers. Ceci étant, il faudra se contenter de ses touches de contrôle tout sauf pratiques, sans bouton multitâche. Dommage également que le téléphone sorte sous Android 5.0.2 et non 4
caméra
7
Correct sans être exceptionnel, l'appareil photo de l'Axon Elite livre des résultats honorables. À condition d'oublier cette fonctionnalité bokeh sur laquelle mise pourtant ZTE, et qui est loin de convaincre.
performances
6
Le Snapdragon 810 fait ici encore des siennes, offrant des performances limitées dès que l'on cherche à en faire des usages demandant de la puissance, et avec, à la clé, une nette tendance à chauffer. C'est dommage, puisqu'à l'usage "normal", l'appareil est suffisamment performant.
autonomie
6
Malgré sa batterie conséquente, l'Axon Elite peine à dépasser réellement la journée d'utilisation, ce que laissaient pourtant présager ses 3000 mAh.
Note finale 6/10
ZTE n'était pas revenu sur le marché européen depuis longtemps avec un smartphone haut de gamme. Il a soigné sa copie, livrant un smartphone au design travaillé, en métal, doté de technologies de pointe. Un écran antibactérien qu'il sera difficile d'évaluer, un lecteur d'empreintes efficace, un SoC de dernière génération comptent parmi ses points forts.
En revanche, on déplore l'usage d'une interface MiFavor complexe, souvent chargée, parfois mal traduite, que l'on a immédiatement envie de transformer par le biais d'un launcher. Moins performant que prévu, mais aussi doté d'une autonomie moyenne et de performances photo pas aussi bonnes que prévu, cet Axon Elite laisse un goût d'inachevé. Il peine à tenir ses promesses, alors que son design plein de faste faisait espérer le meilleur. On le conseillera donc du bout des lèvres, et surtout en raison de son prix, situé en deçà de la moyenne des terminaux équipés en Snapdragon 810... à l'exception d'un OnePlus 2, un peu moins cher et plus équilibré.
  • Points positifs
    • Joli écran
    • Lecteur d'empreintes fiable
    • Application photo complète
    • Finition métal soignée
    • Mémoire extensible par un port microSD
  • Points négatifs
    • Chauffe trop importante
    • Interface brouillonne, mal traduite
    • Autonomie moyenne
    • Design très... segmentant