Introduction

Review of: Acer Predator 8
testé par:
Gaël Weiss

Reviewed by:
Rating:
3
On 28 novembre 2015
Last modified:30 novembre 2015

Summary:

La Predator 8 serait sortie un mois plus tôt, en dépit de son design qui plaira aux amateurs de tuning, elle nous aurait très facilement séduits. Certes, ce n’est clairement pas un exemple de discrétion, de beauté, de prise en main et sûrement pas d'autonomie. Mais du point des vues des promesses, qui présentent la Predator 8 comme une tablette gamer, ces dernières sont tenues.

À commencer par les performances, qui sont bien au rendez-vous. Un bon cran en dessous de l’indépassable Tegra K1 de la Shield Tablet mais légèrement au-dessus des tablettes équipées d’un Snapdragon 810. Surtout, contrairement à ces dernières, la Predator 8 a le bon goût de ne pas flancher du point de vue des performances passé quelques minutes de jeu.

On apprécie également qu’Acer ait fourni des efforts pour le reste des composants. Les haut-parleurs sont peut-être très moches, mais ils assurent une partie sonore excellente. L’écran n’est qu’en Full HD mais il est de qualité. Enfin, c’est Android Lollipop en version presque Stock qui est installé. L’appareil en lui-même est donc plutôt bon.

Le problème de cette Predator 8, c’est la concurrence et plus particulièrement l’arrivée récente de la Shield Tablet K1. Non seulement cette dernière est vendue près de 150 euros moins chère, mais en plus elle bénéficie de performances bien meilleures. Et l’on ne parle pas des services et applications présentes dessus, qui la rendent encore plus intéressante pour un gamer. La tablette de Nvidia enfonce littéralement la Predator du point de vue qualité-prix. Le jour où la Predator 8 sera moins chère que la Nvidia Shield Tablet, on considérera que la note pourra être augmentée de deux points.

S’il n’est pas vraiment connu dans le monde du mobile, Acer s’est fait une petite réputation dans le monde du gaming. Le Taïwanais réalise en effet quelques accessoires de joueurs et commercialise des laptops et des tours de PC aux designs agressifs et facilement reconnaissables. Le voilà qui étend désormais sa gamme Predator, connue essentiellement pour ses PC de joueurs, aux tablettes avec la Predator 8. Coup marketing ou véritable tablette de jeu ?

test acer predator 8 android 13

 

Caractéristiques techniques

ModèleAcer Preadator 8 (GT-810)
Version AndroidAndroid 5.1 Lollipop
Ecran8 pouces
Définition1920 × 1200 (WUXGA)
TechnologieIPS LCD
Densité de pixels283 ppp
Traitement contre les chocs & rayuresN/A
SoC (System on a Chip)Intel Atom x7-Z8700
Processeur (CPU)4 × Airmont (1,6 GHz/2,4 GHz)
Chipset graphique (GPU)Intel HD de 8ème génération
Mémoire vive (RAM)2 Go LPDDR3
Mémoire Interne32 Go
Support microSD-HC-XCOui, jusqu'à 128 Go
APN / Caméra8 mégapixels (f/2.0, sans flash)
Webcam (caméra frontale)2 mégapixels
Capteur d'empreintes digitalesNon
WiFi802.11 a/b/g/n
BluetoothOui (4.1 LE)
NFC (Near Field Communication)Non
Boussole / GPSOui
Accéléromètre / GyroscopeOui
Capteur de lumièreNon
Sortie jack 3,5 mmOui
Port micro-USB / HDMIMicro-USB 2.0
Tuner FM (Radio)Non
Batterie4550 mAh
Dimensions218 × 127 × 8.7 mm
Poids350 grammes
Prix (lors de sa sortie)350 euros environ

Étrange tablette que cette Predator 8. D’un côté se trouve le parfait attirail de la tablette puissante. Acer a en effet opté, pour la première fois dans le monde de la mobilité, pour un processeur de nouvelle génération d’Intel, un Atom X7. Un processeur annoncé comme très puissant. Acer a ajouté à tout cela un tas d’accessoires et de promesses brillantes censées faire de cette tablette la Rolls des tablettes de jeux. Elle contiendrait d’ailleurs une demi-dizaine de technologies miraculeuses telles que les Predator Quadio, ColorBlast, MediaMaster, TacSense, Precision Plus, autant de termes nébuleux qui cachent pourtant de nombreuses spécificités. Ou des gadgets ?

D’un autre côté, Acer n’a pas vraiment cherché à impressionner le technophile. Alors qu’il est le premier constructeur à intégrer le dernier processeur haut de gamme mobile d’Intel, il épaule le SoC avec deux petits Go de mémoire vive et embarque un écran « seulement » Full HD alors que les tablettes haut de gamme sont généralement QHD. Le bon point dans tout cela, c’est que sa batterie est plutôt honorable, sur le papier du moins, pour une tablette de 8 pouces puisqu’elle affiche une capacité de 4 550 mAh.

Un design agressif et une prise en main peu confortable

Chez FrAndroid, on se plaint souvent du manque d’originalité des appareils que l’on reçoit. Tous sont bien trop semblables et ressemblent à des pavés noirs sans imagination. La Predator 8 a au moins un mérite : elle nous rappelle que sortir des sentiers battus est un exercice difficile. Pour rester poli, le design de cette Predator 8 est très discutable. À titre personnel, je la trouve vraiment moche. Mais de nombreux membres de la rédaction trouvent qu’elle n’est pas laide ou, en tout cas, en accord avec l’aspect gamer – qui répondrait à un stéréotype agressif – qu’Acer veut lui donner.

test acer predator 8 android 2

Les quatre coins rouges correspondent aux quatre haut-parleurs.

test acer predator 8 android 3

La tablette ne dispose pas de capteur de luminosité, traditionnellement à côté du capteur photo frontal.

Avec la Predator 8, Acer a voulu reprendre les codes de design de sa gamme de PC Predator. Des angles marqués, un peu de couleur, un logo futuriste et un aspect métal, voilà ce qui décrirait le mieux cette gamme d’appareils gamers. Le problème, monsieur Acer, c’est que, contrairement à une tablette de 8 pouces pour jouer sur PC, il n’est pas nécessaire de regarder ou de tenir le PC. Et ce qui peut d’abord sembler un oubli amusant se transforme rapidement en désastre ergonomique.

test acer predator 8 android 8

La coque arrière est un mélange de plastique et de métal.

Prenons par exemple les quatre haut-parleurs situés en façade. Non seulement ils défigurent la façade, mais en plus ils sont pointus. Et ils piquent littéralement les mains lorsque l’on tient la tablette en mode paysage. Un mode que l’on utilise très souvent lorsqu’on joue sur tablette justement. Une véritable erreur de design.

test acer predator 8 android 11

Les haut-parleurs ont tendance à piquer les mains quand on jour en mode paysage.

Qu’on ne s’y méprenne pas non plus, malgré son coloris gris métal, la quasi-totalité de la tablette est en plastique. L’unique bande de métal se trouve sur le dos de la tablette, là où est le logo. Sur le dos de l’appareil se trouvent deux bandes de plastique noir légèrement gommé afin de permettre une meilleure prise en main. C’est bien simple, cette tablette a été conçue dans l’optique d’être utilisée comme une manette de jeu où l’on poserait systématiquement ses deux mains sur les côtés. C’est oublier un peu vite que les jeux d’actions ne représentent qu’une toute partie des jeux mobiles.

 

test acer predator 8 android 5
test acer predator 8 android 9

On termine par les tranches de l’appareil, qui n’ont rien de vraiment particulier. Sur la tranche gauche de l’appareil se trouve un port carte microSD sans trappe (attention aux saletés), tandis que le port micro-USB 2.0 et la prise jack se situent au sommet. Les boutons d’allumage et de réglage du volume, en plastique, sont présents sur la tranche droite de la tablette. Dans l’ensemble, il faut bien reconnaître que la tablette bénéficie de finitions solides et qu’elle ne fait pas trop plastique une fois en main.

test acer predator 8 android 4

Les boutons sur la tranche sont en plastique.

Un bon écran de tablette de jeu

Pour la Predator 8, Acer a fait le choix d’intégrer un écran Full HD (1920 × 1200 pixels), lui conférant une résolution de 283 ppp. Un choix qui s’avère finalement assez judicieux pour une tablette gamer. Acer aurait très bien pu utiliser un écran QHD (2560 ×1440), certes plus fin, mais cela aurait fatalement handicapé les performances.

test acer predator 8 ecran1

De surcroît, cet écran se montre plutôt satisfaisant au quotidien. Sa luminosité est tout à fait correcte (403 cd/m² au maximum, ce qui est dans la moyenne) et ses couleurs sont relativement homogènes malgré une légère tendance à tirer sur le bleu. Acer a d’ailleurs intégré une application intitulée MediaMaster permettant de modifier la température et de la saturation des couleurs afin de trouver le bon équilibre.

acer predator 8 ecran

MediaMaster permet de régler sommairement la température des couleurs.

Logiciel : quand Acer abuse des applications pré-installées

Acer n’est pas franchement reconnu pour mettre souvent à jour ses appareils. C’est pour cette raison que trouver la Predator 8 sous la dernière version d’Android Lollipop (5.1) est une bonne surprise. Acer ne s’est pas officiellement prononcé sur la mise à jour de la tablette vers Android Marshmallow, mais son arrivée sera au mieux tardive, au pire inexistante.

acer predator 8 logiciel android lollipop

Acer a un peu trop copié Android Stock : le pourcentage de batterie et la possibilité de fermer les applications ne sont pas présents.

Acer a inclus une légère surcouche à cette version d’Android. Une interface qui mélange ce que l’on a vu sur les derniers appareils de la marque. Elle est dans l’ensemble assez légère puisque Acer s’est contenté de reprendre les icônes, la structure et le tiroir d’application d’Android Stock. Dommage qu’il ne soit pas possible d’afficher le pourcentage de batterie dans la barre d’état et que le mode multitâche ne propose aucun bouton pour fermer toutes les applications d’un coup.

acer predator 8 logiciel android lollipop 2

Une fois la tablette déballée, il ne reste déjà plus que 20 Go d’espace de stockage libre.

Comme sur les autres appareils de la marque, on trouve les fonctionnalités habituelles et toujours aussi pratiques, propres à Acer. Citons entres autres EZ Tasking qui permet d’afficher plusieurs fenêtres à l’écran, EZ WakUp pour activer la tablette avec une double tape ou une gesture ou encore Bluelight Shield qui est censé atténuer la couleur bleue de l’écran afin de rendre la lecture moins agressive.

acer predator 8 logiciel android lollipop 3

Beaucoup de jeux free to play sont préinstallés sur la tablette.

Tablette de jeu oblige, Acer s’est dit qu’il serait sûrement malin de la bourrer d’applications diverses et variées. On trouve donc au bas mot une bonne dizaine d’applications propres à Acer qui font pour la grande majorité d’entre elles doublon avec les applications de Google. De nombreux jeux sont également préinstallés (les icônes sont sur le launcher, mais il est nécessaire de télécharger le contenu des jeux) et pas moins de trois portails de jeux sont présents sur la tablette. C’est trop, beaucoup trop. Au final, la tablette dispose bien de 32 Go de mémoire interne, mais une fois déballée et les mises à jour effectuées, il n’en reste plus que 19,71 Go disponibles.

Des performances

La Predator 8 est le premier appareil de 2015 — et le premier tout court à notre connaissance — à embarquer un processeur Intel Atom x7, la dernière génération de SoC d’Intel. Cette puce est censée être le haut de gamme des processeurs mobiles d’Intel. Elle embarque ainsi des nouveaux cœurs Airmont gravés en 14 nm ainsi qu’un nouveau GPU Intel HD de 8e génération. Bref, une puce qui s’annonce performante. Mais dans quelle mesure ? Voici ce qu’en disent les benchmarks.

ModèleAcer Predator 8Shield Tablet K1Asus Zenpad S 8.0Sony Xperia Z4 Tablet
Soc embarquéIntel Atom x7-Z8700Tegra K1Intel Atom Z3580Snapdragon 810
AnTuTu51 217 points57 497 pointsN/AN/A
PCMark5623 points6 310 points5986 points4 488 points
3DMark Ice Storm Unlimited28 112 points31 618 points20 191 points24 210 points
3DMark Ice Storm Unlimited (Graphics)30 349 points37 456 points20 628 points35 463 points
3DMark Ice Storm Unlimited (Physics)22 346 points20 457 points18 796 points11 471 points
GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen)9,7 / 11 FPS14 / 15 FPSN/AN/A
GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen)16 / 19 FPS29 / 32 FPS- / 14 FPS- / 24,6 FPS
GFXBench T-Rex (onscreen / offscreen)30 / 42 FPS56 / 65 FPS- / 32 FPS- / 49,4 FPS
Real Racing 3 (XtraHigh, GameBench)44 FPS59 FPSN/A29,6 FPS

La Predator 8 se présentant comme une tablette de jeu, nous l’avons mise face à l’autre grande prétendante au titre : la Nvidia Shield Tablet, avec laquelle elle partage la même taille d’écran et la même définition. Les benchmarks montrent bien que le processeur d’Intel est encore un bon cran derrière celui de Nvidia, que ce soit en termes de puissance de calcul que de graphisme. Mais l’Atom x7 se montre supérieur au Snapdragon 810 en termes de puissance brute et légèrement derrière en termes de graphisme. C’est indéniablement une puce très performante.

3DMark Ice Storm Unlimited
  • Predator 8 : 28112
  • Shield Tablet : 31618
  • Sony Xperia Z4 : 24210

C’est aussi et surtout une puce qui se comporte très bien dans les jeux vidéo. Et c’est peut-être là l’essentiel. Notre traditionnel test de régularité des performances (un quart d’heure de jeu sur une version modifiée de Real Racing avec tous les paramètres graphiques au maximum) montre que l’Intel Atom x7, contrairement au Snadragon 810, ne flanche pas avec le temps. C’est ce qui explique pourquoi les FPS obtenus sur Real Racing 3 sont plus élevés dans ce benchmark.

Pourtant la Predator 8 est du genre à chauffer. Il suffit de jouer au moins 10 minutes à Hearthstone ou même Asphalt 8 pour que l’unique bande de métal présent à l’arrière de la tablette se mette à chauffer plus que de raison. Heureusement cela n’affecte pas les performances.

Le seul bémol concernant les performances de cette tablette concerne les 2 Go de mémoire vive, qui nous semblent un peu faibles pour une véritable tablette gamer. Ces 2 Go suffisent amplement dans la très grande majorité des jeux Android, mais ralentissent parfois légèrement la tablette lorsqu’on lance des jeux gourmands (Hearthstone, par exemple) ou que l’on passe en mode multitâche alors que des applications lourdes sont ouvertes. Un défaut qui apparait de façon marginale, certes, mais qui ne devrait pas apparaître sur un appareil se voulant très performant.

Des promesses de tablettes de jeu bien tenues

Avoir une tablette performante entre les mains, c’est bien, mais Acer vend sa tablette comme une tablette de Android ultime. Dans les faits, il faut bien reconnaître que tous les jeux que nous avons testés tournent parfaitement bien et sans aucun ralentissement. Comme nous le remarquions quelques lignes au-dessus, les performances sont vraiment très bonnes.

Mais Acer est allé encore plus loin dans sa campagne publicitaire et assure que sa tablette bénéficie d’un nombre incalculable de technologies lui permettant de mieux faire ressentir les sensations une fois dans les jeux. Concrètement, Acer a ajouté deux particularités à sa tablette : quatre haut-parleurs frontaux (Predator Quadio) et des « moteurs tactiles avancés », en fait des vibreurs supplémentaires.

test acer predator 8 android 12

Les haut-parleurs, pour commencer. On le disait dans la partie design, ils enlaidissent considérablement la façade, mais ils sont en revanche très bons. Le son à la fois clair et puissant et ne sature pratiquement jamais, même quand la jauge est au maximum. S’ils manquent un peu de basses, ils s’avèrent en tout cas excellents pour les jeux : sur un Real Racing ou un Horizon Chase, c’est un vrai bonheur que d’avoir un bon son qui n’est ni étouffé par les mains, ni lointain. Bon point supplémentaire, les films n’en sont que plus agréables à regarder.

test acer predator 8 android 7

Les haut-parleurs de la Predator 8 sont de bonne qualité.

Les moteurs tactiles supplémentaires tiennent en revanche plus du gadget que du réel argument différenciant. Pour avoir testé la tablette sur de nombreux jeux (Nova 3, Real Racing 3, HearthStone, Horizon Chase, Wayward Souls ou Asphalt 8), seul Asphalt 8 tirait parti de cette fonctionnalité. Concrètement, la tablette vibre de façon plus précise sur le côté droit ou gauche de l’appareil. C’est effectivement assez agréable en main et renforce légèrement l’immersion, mais, encore une fois ne fonctionne que sur un seul jeu. Un sympathique gadget qu’on oubliera vite.

test acer predator 8 android 10

 

Une autonomie désastreuse

Problème logiciel ? Hardware ? Impossible de le savoir en l’état, mais l’autonomie de la Predator 8 est tout simplement désastreuse, malgré sa batterie de 4550 mAh. Nous l’avons constaté d’abord au quotidien en utilisant la tablette « normalement », c’est à dire avec Chrome, quelques réseaux sociaux et quelques jeux, gourmands ou non. La tablette n’a alors jamais dépassé la journée sans avoir besoin d’être rechargée. Les jeux, tout particulièrement, drainent très rapidement l’autonomie de l’appareil. Je doute qu’il puisse ainsi être possible de jouer plus de deux heures d’affilée à HearthStone sans avoir besoin de la recharger.

Notre traditionnel test d’autonomie confirme la chose. Après une heure de diffusion d’une vidéo YouTube en HD avec le son au maximum légal et la luminosité réglée à 200 cd/m², la tablette a perdu 40 % de batterie ! La moyenne se situe généralement aux alentours de 14 %. Impossible d’ailleurs de savoir d’où peut provenir une telle consommation. Espérons qu’Acer corrige ce défaut avec des mises à jour logicielles.

 

Prix et disponibilité

La Predator 8 est vendue 349,90 euros sur la grande majorité des boutiques de vente en ligne. La tablette est par ailleurs souvent vendue en cette fin d’année avec des bundles spéciaux comprenant des casques ou des jeux offerts.

Verdict Acer Predator 8

design
6
Le design de la Predator 8 est très discutable. On ne peut en tout cas pas lui reprocher de ne pas être cohérente avec la gamme de PC gamer Predator. On y trouve donc des angles agressifs, un peu de métal et un design très tranché par rapport au reste du marché. Dommage que cette originalité se paye au niveau de l’ergonomie.
performances
9
Les performances de la Predator 8 ne sont pas aussi bonnes que celles des appareils de Nvidia mais s’avèrent meilleures que les dernières puces de Qualcomm (Snapdragon 810). C’est une agréable surprise, les jeux les plus gourmands tournent très bien sur cette tablette. En dépit toutefois d’une chauffe assez prononcée.
logiciel
8
Acer a opté pour une version presque Stock d’Android Lollipop. On apprécie les nombreuses fonctionnalités que le constructeur à ajouter (partage d’écran, double tape de réveil) mais les applications préinstallées sont bien trop nombreuses.
écran
8
Acer a pris le parti d’intégrer un écran de 8 pouces Full HD et c’est une bonne initiative. Non seulement les jeux tournent mieux du fait de cette résolution plus raisonnable mais en plus l’affichage est très correct. Luminosité, contraste et couleurs sont bons et il est possible de régler sommairement la saturation et la température des couleurs.
autonomie
2
On a rarement vu une aussi piètre autonomie sur un appareil Android. La Predator 8 dépasse difficilement les deux heures de jeux et rarement la journée en restant allumée. Espérons qu'Acer corrige cela rapidement avec une mise à jour logicielle.
Note finale 6/10
La Predator 8 serait sortie un mois plus tôt, en dépit de son design qui plaira aux amateurs de tuning, elle nous aurait très facilement séduits. Certes, ce n’est clairement pas un exemple de discrétion, de beauté, de prise en main et sûrement pas d'autonomie. Mais du point des vues des promesses, qui présentent la Predator 8 comme une tablette gamer, ces dernières sont tenues.

À commencer par les performances, qui sont bien au rendez-vous. Un bon cran en dessous de l’indépassable Tegra K1 de la Shield Tablet mais légèrement au-dessus des tablettes équipées d’un Snapdragon 810. Surtout, contrairement à ces dernières, la Predator 8 a le bon goût de ne pas flancher du point de vue des performances passé quelques minutes de jeu.

On apprécie également qu’Acer ait fourni des efforts pour le reste des composants. Les haut-parleurs sont peut-être très moches, mais ils assurent une partie sonore excellente. L’écran n’est qu’en Full HD mais il est de qualité. Enfin, c’est Android Lollipop en version presque Stock qui est installé. L’appareil en lui-même est donc plutôt bon.

Le problème de cette Predator 8, c’est la concurrence et plus particulièrement l’arrivée récente de la Shield Tablet K1. Non seulement cette dernière est vendue près de 150 euros moins chère, mais en plus elle bénéficie de performances bien meilleures. Et l’on ne parle pas des services et applications présentes dessus, qui la rendent encore plus intéressante pour un gamer. La tablette de Nvidia enfonce littéralement la Predator du point de vue qualité-prix. Le jour où la Predator 8 sera moins chère que la Nvidia Shield Tablet, on considérera que la note pourra être augmentée de deux points.
  • Points positifs
    • Les performances au rendez-vous
    • Des haut-parleurs convaincants
    • Un bon écran
    • Une bonne tablette pour le jeu
  • Points négatifs
    • Prix trop élevé
    • Un design franchement discutable
    • Prise en main moyenne
    • Trop d’applications préinstallées
    • Autonomie lamentable