Introduction

Le Diamond S d’Archos a été annoncé par le constructeur en août et nous avions ensuite pu prendre en main le smartphone lors de l’IFA quelques jours plus tard. Archos compte bien surfer sur le succès du très apprécié 50 Diamond premier du nom. Les deux smartphones ont au moins un point commun : un prix de vente de 199 euros. Ils ne partagent toutefois pas la même fiche technique et il semble qu’Archos mise davantage sur le design que sur les caractéristiques techniques du Diamond S pour s’imposer. Pari réussi sur ce segment tarifaire ultra compétitif ?

Archis Diamond S (1 sur 10)

L’Archos 50 Diamond nous avait vraiment plu lors de notre test complet au début d’année. Il faut dire que pour 200 euros, le smartphone d’Archos bénéficiait d’une fiche technique digne d’un smartphone milieu de gamme. Pour le Diamond S, Archos a revu un peu ses ambitions à la baisse, mais maintient le même prix de vente de 200 euros. Comme on peut le voir sur sa fiche technique, on passe d’une dalle 5 pouces Full HD IPS à une dalle AMOLED HD de 5 pouces. On perd donc en définition et on espère que le rendu de l’AMOLED sera convaincant. Au rayon du SoC, Qualcomm a été recalé puisque le Snapdragon 615 a été remplacé par la puce MT6753 de MediaTek, mais on conserve les 2 Go de RAM et les 16 Go de ROM avec un emplacement microSDXC en FAT32.

ModèleArchos Diamond S
Système d'exploitationAndroid 5.1 Lollipop
Interface constructeurAndroid Stock (aucune interface constructeur)
Taille d'écran5 pouces
Technologie d'écranAMOLED
Définition1280 x 720 pixels
Résolution294 PPP
Traitement anti-rayuresCorning Gorilla Glass 3
SoCMediaTek MT6753
Nombre de coeurs8 Cortex-A53 @ 1,3 GHz
Puce graphique (GPU)Mali-T720 MP3
Mémoire vive (RAM)2 Go LPDDR3
Mémoire interne (ROM)16 Go
Micro-SDOui
Appareil photo (dorsal)16 mégapixels
Appareil photo (frontal)8 mégapixels
Wi-FiWi-Fi 802.11 a/b/g/n (2,4 GHz)
Bluetooth4.0
NFCNon
Port infrarougeNon
4G catégorieCatégorie 4 (150 / 50 Mbps)
4G bandes800 / 1800 / 2600 MHz
SIM1 Micro-SIM 4G/3G/2G
1 Micro-SIM 2G
LocalisationGPS
USBmicro-USB 2.0
Batterie2300 mAh
Dimensions145 mm × 71,4
5 mm × 6,5 mm
Poids118 grammes
CouleursNoir
DASTête : 0,331 W/Kg
Corps : 1,66 W/Kg
Prix conseillé200 euros environ

 

Du verre et du plastique

Dès la première rencontre avec le Diamond S, on sent qu’Archos a tout misé sur le design avec un smartphone au poids plume et à la finesse exemplaire. Certains pourraient même reprocher à Archos d’avoir trop allégé le Diamond S, qui ne donne pas une sensation de solidité dès les premières secondes de prise en main. Mais avec le temps, on apprécie la coque en verre (Gorillas Glass 3 à l’avant et à l’arrière) qui ne fait pas du tout cheap, bien au contraire. Dommage qu’Archos se soit contenté de plastique sur les côtés, mais à ce prix, on ne va pas trop chipoter.

Archis Diamond S (9 sur 10)

L’Archos Diamond S nous rappelle d’ailleurs fortement les Sony Xperia Z, eux aussi tout de verre vêtus. On note en effet la position identique de l’appareil photo et du flash, mais aussi le logo Archos sur la coque en verre. Le smartphone d’Archos fait un peu moins « pavé » une fois tenu en main, un point appréciable. La légèreté de l’ensemble doit beaucoup y jouer. Les côtés sont également un peu différents, avec un plastique brillant. On trouve tout en bas deux sorties pour les haut-parleurs, mais il n’y en a malheureusement qu’un seul.

Archis Diamond S (6 sur 10)

Au final, le Diamond S est très agréable à utiliser, mais les petites mains auront un peu de mal à atteindre le haut de l’écran de 5 pouces, à cause des bordures d’écrans un peu trop grosses à notre goût. Sur ce point, la concurrence fait mieux sur cette gamme de prix. De même, ceux qui n’aiment pas tenir un poids plume entre leurs mains auront du mal avec le Diamond S, contrairement aux allergiques des phablettes dotées d’un peu d’embonpoint.

 

De l’AMOLED un brin décevant

Pour le Diamond S, Archos a délaissé l’IPS au profit d’une dalle AMOLED. On profite d’une luminosité correcte (350 cd/m2) assistée par un très bon contraste (qui tire vers l’infini) qui permet de bénéficier d’une bonne luminosité sous le soleil. En revanche, le rendu des couleurs laisse à désirer, avec un rendu gris / vert vraiment dérangeant qui tire un peu trop vers le bleu. Le mal de l’écran AMOLED dans toute sa splendeur. La sonde reconnaît cet écart colorimétrique puisqu’elle relève une température des couleurs trop froide (plus de 8000°K) et une surreprésentation de bleu et de vert par rapport au rouge. On évitera donc de retoucher des photos Instagram avec le Diamond S.

Archis Diamond S (1 sur 10)

En termes de définition, Archos a choisi une dalle HD (720p) et n’a pas voulu succomber à la tentation d’intégrer du Full HD sur une diagonale de 5 pouces. Cela commence à être limite, et certaines paires d’yeux bien affutées pourront commencer à éprouver quelques gênes, comme lors de la lecture de sites web non optimisés pour le mobile, à une distance assez proche de l’œil.

L’écran de l’Archos Diamond S est donc bon si l’on met de côté l’aspect rendu des couleurs. L’œil sera flatté par un rendu peu naturel, mais les amateurs de couleurs fidèles repasseront. On est tout de même au-dessus d’un Wiko Fever en termes de rendu colorimétrique, sans teinte jaunâtre ni rosâtre.

 

Android 5.1 Lollipop à la barre

Pour la partie logicielle, Archos propose Android 5.1 Lollipop sans aucune interface ajoutée. On se trouve donc avec une interface très proche d’AOSP, avec le launcher Google par-dessus. Tant mieux, puisque l’interface est légère, que ce soit visuellement ou même en performances. Le revers, c’est qu’Archos n’a pas pris la peine d’intégrer des fonctionnalités spéciales sur le Diamond S. Il faudra donc passer par des applications alternatives si vous voulez personnaliser un peu plus Android.

Archos-Diamond-S

On trouve en fait un lecteur multimédia dénommé Archos Vidéo assez succinct, mais qui permet la lecture de nombreux formats vidéo avec des réglages intéressants, comme le décodage logiciel ou l’audio passthrough pour les connaisseurs cinéphiles, ou encore le support des sous-titres, leur téléchargement automatique, le support des torrents, des partages SMB, ou encore le service Trakt pour ne pas louper les nouveaux épisodes des séries grâce à des notifications. Archos propose également une application appareil photo, que nous verrons plus en détail un peu plus bas.

Au final, la partie logicielle est très convaincante pour les utilisateurs aguerris d’Android avec une interface simple, ergonomique et pratique. Les utilisateurs un peu paresseux, qui aiment bien être assistés par de nombreuses fonctionnalités parfois (souvent ?) inutiles, seront un peu déçus. Mais l’immensité du Play Store permettra de combler ce manque.

 

MediaTek remplace Qualcomm

Du point de vue des performances, Archos a opté pour une puce MediaTek, la MT6753 très à la mode en ce moment sur le segment entrée de gamme. On trouve huit cœurs Cortex-A53 cadencés à 1,5 GHz assisté par 2 Go de mémoire vive LPDDR3 et un Mali T720-MP3 en guise de puce graphique. La même configuration que le Wiko Fever récemment testé ou aussi du Meizu M2 Note. Contrairement à ces derniers, Archos a choisi une dalle 720p, moins gourmande en termes de puissance.

ModèleArchos Diamond SWiko FeverBQ Aquaris M5Motorola Moto G 3e Gen
SoCMediatek MT6753Mediatek MT6753Qualcomm Snapdragon 615Qualcomm Snapdragon 410
Définition d'écran720p1080p1080p720p
AnTuTu 6.x37 689 points36 139 points--
AnTuTu 5.x34 44533 585 points32 380 points23 860 points
PCMark3 695 points3 916 points3 313 points4 134 points
3DMark Ice Storm Unlimited6 884 points6 870 points7 940 points4 447 points
GFXBench T-Rex (onscreen / offscreen)21 / 12 FPS13 / 12 FPS15 / 15 FPS9,4 / 5,3 FPS
GFXBench Manhattan (onscreen / offscreen)9 / 4,2 FPS4,4 / 4,2 FPS5,7 / 5,8 FPS3,7 / 1,7 FPS

Comme on le voit dans le tableau, le Diamond S dispose d’une puissance brute similaire au Wiko Fever, mais inférieure au BQ Aquaris M5 avec son Snapdragon 615. Toutefois, grâce à sa définition « seulement » HD, le Diamond S réussit à repasser devant tout le monde. C’est donc clairement le terminal à privilégier parmi les quatre du tableau si vous avez l’habitude de jouer à des jeux un peu gourmands et que vous privilégiez la fluidité à la définition. Au quotidien, le smartphone est parfaitement fluide, il n’y a pas de soucis.

3DMark
  • Diamond S : 6884
  • Wiko Fever : 6870
  • Aquaris M5 : 7940
  • Moto G 3e Gen : 4447

 

16 mégapixels mais un traitement limité

Archos a choisi un capteur de 16 mégapixels à l’arrière contre 8 mégapixels pour les selfies. À l’arrière, un flash LED permet d’assister le capteur lors des sessions en basse luminosité. Ces situations ne sont clairement pas le point fort du Diamond S. Avec une bonne luminosité, le Diamond S se débrouille plutôt bien malgré un manque de détails sur les bords et une balance des blancs un peu trop capricieuse.

Le mode HDR permet de rehausser le niveau de détails, d’éviter de surexposer les zones claires et de faire ressortir les zones ombragées. Il fonctionne plutôt bien, avec un rendu pas trop surnaturel. Le mode macro fonctionne lui aussi plutôt bien, avec de jolis flous d’arrière-plan.

Pour la partie logicielle, Archos propose une solution différente de celle de Google. On trouve alors une application photo dotée d’une fonction de suivi du sujet : on peut demander à l’appareil photo de réaliser un suivi d’un objet ou d’une personne. La mise au point se fera donc sur ce sujet, même s’il sort du cadre puis qu’il y rentre par la suite. Dans notre exemple, le sujet suivi était le camion jaune de La Poste.

Screenshot_2015-12-10-14-29-09

Screenshot_2015-12-10-14-29-16

Exemples de photos prises avec le Diamond S d’Archos :

Archos DIamond S jour 1 HDR

Mode HDR

Archos Diamond S jour 1

Mode classique

Archos Diamond S macro 2 Archos Diamond S macro ARchos Diamond S nuit

 

4G et Wi-Fi

Le Diamond S est compatible avec la 4G de catégorie 4 (150 / 50 Mbps) sur les bandes 800, 1800 et 2600 MHz. Aucun problème de réception n’est à signaler. En revanche, la qualité des appels laisse à désirer : ce n’est pas le micro qui est en cause, puisque les correspondants entendent assez bien, et la réduction de bruit fonctionne bien. En revanche, on entend très mal les correspondants depuis le Diamond S. Concernant la réception de la géolocalisation, elle est bonne, notamment grâce à la collaboration du A-GPS avec le GLONASS. La puce qui prend en charge le Wi-Fi supporte uniquement la bande 2,4 GHz avec les normes 802.11a/b/g/n.

 

Autonomie

Sur notre test d’autonomie habituelle (1 heure de vidéo YouTube en 720p avec la luminosité réglée à 200 cd/m2 et le volume à 85 dBA), la batterie de 2300 mAh a perdu 15% de sa capacité. C’est tout juste dans la moyenne des smartphones. Le smartphone n’aura donc pas de mal à tenir une journée entière pour une utilisation intensive. Les moins gourmands pourront sûrement atteindre les deux jours d’autonomie. Le 50 Diamond se place tout de même devant en terme d’autonomie. Malheureusement, le téléphone n’est pas compatible avec la charge rapide.

Autonomie
  • Diamond S : 85
  • Wiko Fever : 87

 

Verdict Archos Diamond S

design
8
Le Diamond S est doté d'un design ergonomique, confortable, plaisant visuellement et qui fait plutôt haut de gamme. Certains reprocheront peut être à Archos de s'être trop inspiré des Sony Xperia, mais c'est réussi.
écran
7
Une dalle AMOLED est rarement synonyme de bonne calibration. C'est encore le cas ici, même si on n'observe pas les travers du Wiko Fever. Si le rendu des couleurs n'est pas fameux pour les plus puristes, on apprécie toutefois le très bon contraste et la bonne luminosité.
logiciel
8
Pour la partie logicielle, on trouve Android 5.1 Lollipop stock, sans interface constructeur. Une bonne nouvelle même si on espère qu'Archos va vite proposer une mise à jour vers Android 6.0 Marshmallow.
performances
7
La puce MT6753 du Diamond S est moins performante que le Snapdragon 615 de Qualcomm. Elle reste tout de même une bonne puce milieu de gamme et fera tourner la plupart des jeux et applications. Il faudra juste se contenter de graphismes en baisse avec quelques titres gourmands.
caméra
6
On ne choisira pas le Diamond S pour sa qualité photo. Le capteur de 16 mégapixels permet d'avoir des résultats correctes, mais il faudra faire attention à la balance des blancs. Le mode HDR est toutefois assez convaincant, et permet de rehausser la qualité globale du cliché.
autonomie
7
L'autonomie du Diamond S est dans la moyenne, correcte, sans plus. Elle est moins bonne que celle du 50 Diamond et que celle du Wiko Fever. La batterie parviendra toutefois à tenir une journée entière, et même plus pour les moins gourmands.
Note finale 8/10
Au final, l'Archos Diamond S n'a pas de défaut rédhibitoire. Il constitue un smartphone milieu de gamme parfait pour des clients cherchant un joli téléphone pas trop cher. Vendu 200 euros, il ne fait pas d'ombre au 50 Diamond qui conserve sa référence d'excellent rapport - qualité prix.

Le Diamond S impose quelques concessions, comme un rendu des couleurs imparfait à cause de sa dalle AMOLED, qui lui confère toutefois un excellent contraste. Sa partie logicielle est très bonne, avec Android stock et son autonomie est correcte.

En revanche, on aurait préféré un Snapdragon 615 pour pouvoir profiter de titres graphiques un peu plus gourmands, même si dalle 720p limite les ralentissements. L'appareil photo mériterait une mise à jour du firmware afin de mieux gérer la balance des blancs.

Face au Wiko Fever, le Diamond S sort néanmoins clairement gagnant. Face au 50 Diamond, on choisira le Diamond S pour son design, en espérant qu'il ne subisse pas les mêmes soucis d'approvisionnement que le 50 Diamond.
  • Points positifs
    • Prix très avantageux
    • Autonomie correcte
    • Android 5.1 Lollipop
    • Design de qualité
    • Le contraste de l'AMOLED
  • Points négatifs
    • Appareil photo pas toujours au top
    • Des performances inférieures au Snapdragon 615
    • Le rendu des couleurs de l'écran

 

Prix et disponibilité

L’Archos Diamond S est déjà disponible pour 199 euros, chez les différents distributeurs dont notamment Amazon.