Introduction

Review of: Fairphone 2
testé par:
Romain Challand

Reviewed by:
Rating:
3
On 15 février 2016
Last modified:15 février 2016

Summary:

Mitigées. Voilà comment on pourrait résumer nos impressions lors de ce test du Fairphone 2. Le mobile souffre d'une autonomie très médiocre, et ne répond pas vraiment à toutes les attentes que l'on peut avoir autour d'un smartphone qui se positionne sur le haut de gamme, du moins en matière de tarif.

Le Fairphone premier du nom n'était pas forcément un esthète, et ce modèle sacrifie un peu plus cette notion pour son concept modulaire. Un concept qui est encore jeune dans le monde de la high-tech, et qui devrait avoir du mal à séduire beaucoup de monde. Chose qui changera certainement lorsque le Projet Ara aura accouché de son premier modèle commercial.

Parce qu'à moins d'être véritablement séduit par la démarche écoresponsable (sur laquelle nous reviendrons en détail dans un article dédié), il nous est bien difficile de conseiller ce produit à l'achat. Le choix d'intégrer un Snapdragon 801 dans ce smartphone est assez judicieux, à l'image de ce qu'a fait OnePlus avec son X, mais le reste des caractéristiques (à part l'écran) est en retrait.

Évoqué dès 2014, le Fairphone 2 est désormais disponible à la vente en France. Il reprend le leitmotiv de son prédécesseur, à savoir qu’il se présente comme un smartphone équitable dans un monde de brutes. Ce n’est ni une bête de course ni un top model, mais un smartphone répondant à une démarche écoresponsable. Il prend la relève d’un premier Fairphone qui, en 2013, avait été écoulé à 60 000 exemplaires le constructeur a cherché à booster un peu les performances du produit, tout en s’appuyant sur une conception très novatrice où des éléments du smartphone peuvent être changés très facilement. Mais le Fairphone 2 répond-il à ce que l’on attend d’un smartphone classique ?

Fairphone 2-13

Test vidéo

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Fiche technique

ModèleFairphone 2
Version AndroidAndroid 5.1 Lollipop
Interface constructeurFairphone Onion 1.0
Taille d'écran5 pouces
Définition1080 x 1920 pixels
Densité de pixels446 ppp
TechnologieIPS LCD
Traitement anti-rayuresGorilla Glass 3 - 0,7mm
SoCSnapdragon 801
Processeur (CPU)4 x Krait 400
à 2,26 GHz
Puce Graphique (GPU)Adreno 330
Mémoire vive (RAM)2 Go LPDDR3
Mémoire interne (flash)32 Go eMMC5
Micro-SDOui
Appareil photo (dorsal)8 mégapixels
Omnivision OV8865
f/2.2
Appareil photo (frontal)2 mégapixels
Omnivision OV2685
Enregistrement vidéo1080p
Wi-Fi802.11 b/g/n/ac
2,4 et 5 GHz
Bluetooth4.0 LE
RéseauxLTE Cat. 4 - 50/150 Mbps
SIM2 x micro SIM
NFCNon
CapteursLumière ambiante, proximité, boussole, accéléromètre, gyroscope
Ports
(entrées/sorties)
microUSB 2.0
GéolocalisationGPS, A-GPS, Glonass
Batterie2420 mAh
Dimensions143 x 73 x 11 mm
Poids168 grammes
CouleursNoir
Prix conseillé529 euros

Le sacrifice esthétique

Habillé

C’est quoi ce truc ? Le Fairphone 2 est certainement l’un des téléphones les plus laids qu’on ait pu rencontrer, mais derrière ce look très discutable, il y a un grand cœur qui bat. Le pari de la firme n’est ici pas de fournir un beau téléphone, mais un produit durable et écoresponsable. Et du coup, difficile de concilier esthétisme et modularité, bien que les premiers aperçus du Projet Ara ne soient pas déplaisants à l’œil.

Fairphone 2-16

Le mobile affiche donc d’imposantes dimensions (143 x 73 x 11 mm), et un poids assez conséquent (168 grammes). La coque est faite de plastique rigide – il existe également des modèles transparents -, et enveloppe littéralement l’écran grâce à des extrémités en caoutchouc flexible permettant de pouvoir la retirer facilement, et de la remettre. Une chose pas forcément facile à faire d’ailleurs, et on conseille de commencer la manœuvre par le bas du mobile. Sachez également qu’au bout de quelques essais, les bords de la coque (ceux qui sont vers l’écran) commencent à prendre des formes un peu aléatoires.

Fairphone 2-15

En façade, à part un logo Fairphone intégré en bas, la firme a donné dans le minimalisme. On ne trouve guère qu’une sortie audio en haut, ainsi qu’un capteur photo frontal posté dans le coin supérieur droit. Un capteur qui doit d’ailleurs se situer quelques millimètres plus bas que la vitre, ce qui laisse vraiment une drôle d’impression. C’est dû à la modularité du mobile, le capteur étant intégré à « l’exosquelette » où se trouvent tous les composants.

Fairphone 2-10

À l’arrière, un autre logo Fairphone siège, tandis que la coque inclut une fenêtre rectangulaire pour laisser sortir le module comprenant le capteur photo et son flash LED simple. Une forme que l’on n’a que peu l’habitude de voir sur un smartphone. Les tranches du terminal comprennent les boutons d’allumage (en haut à droite), de volume (en haut à gauche) et d’accès rapide à la photo (en bas à droite).

Fairphone 2-12

Des boutons qui ne sont d’ailleurs pas forcément faciles d’accès puisqu’il faut aller chercher tout en haut du mobile pour allumer l’écran. Ils sont aussi du genre résistant sous le doigt. Dans l’ensemble, la prise en main n’a rien de très bon, le mobile glissant sous nos doigts (et sous son poids ?) et on a vraiment le sentiment d’avoir un jouet dans la main. On a beau se dire que c’est pour la bonne cause, cela fait mal aux rétines quand on débourse plus de 500 euros.

 

Dénudé

Ce qui rend ce smartphone « équitable », c’est également la possibilité de remplacer certaines pièces. La firme néerlandaise a du coup travaillé la conception, de façon à ce qu’il soit très simple de démonter le Fairphone 2. Une fois la coque retirée, on accède donc facilement aux entrailles de la bête. Il est alors possible de retirer la batterie, et de désolidariser l’écran en poussant les deux clips bleus vers l’intérieur, et en poussant l’écran vers le bas.

Fairphone 2-9 Fairphone 2-20

Une fois la manoeuvre effectuée, on observe que cet écran n’est relié au reste du mobile que grâce à des pins qui font contact avec des connecteurs. C’est extrêmement malin et pratique, et on comprend mieux pourquoi iFixit a mis une note de 10/10 en réparabilité à ce smartphone.

Fairphone 2-6 Fairphone 2-17

Ensuite, tout est indiqué, et les vis que l’on peut retirer sont marquées d’un cercle bleu. Fairphone a également placé des icônes représentant certains éléments (appareil photo, microphone, et prise Jack). Il suffit d’un tournevis cruciforme pour enlever aisément tous ces éléments

 

Full HD, oui, mais…

Malgré le fait qu’il soit détachable du reste du mobile, l’écran de ce smartphone fait plutôt bonne impression. L’intégration de la dalle est bien faite, sans fuite de luminosité à constater, et une dalle proche de la vitre, offrant une impression de qualité et des angles de vision très bons. La définition Full HD rend cet écran très agréable à l’utilisation, mais il est par contre très salissant, gardant invariablement toutes les traces de doigt possibles.

Ecran

Passé sous notre sonde colorimétrique, cet écran se révèle bien moins emballant. On lui mesure une luminosité de 406 cd/m2, plutôt bonne, mais un contraste de seulement 715:1, ce qui se situe dans la moyenne très basse des smartphones de 2015. La température des couleurs est légèrement trop haute, à 7500 K, et l’écran tire trop sur le bleu. Il est néanmoins plutôt agréable à regarder, et on doit même avouer que ces résultats nous ont un peu surpris.

 

L’Onion nouveau

Logiciellement, le Fairphone 2 est un peu particulier. Basé sur Android 5.1 Lollipop, il se pare de l’interface Fairphone Onion 1.0, et il faut un bon moment avant de la prendre en main. On commence par se demander où est bien passé l’app drawer. Mais c’est en glissant de la gauche d’écran vers la droite que celui-ci apparaît. Il est accompagné de quelques autres applications.

onion-3

On peut placer ici 4 applications en plus de l’app drawer, la 5e entrée étant réservée à l’ouverture du menu applicatif général. Cette page se découpe en deux, la première moitié affichant les applications récentes, et la seconde regroupant celles qui sont le plus souvent utilisées.

onion-1

La page d’accueil du mobile comporte une application Updater, qui vous permettra d’effectuer les mises à jour et de checker que vous possédez bien la version la plus récente du logiciel. L’autre petite subtilité, c’est qu’un menu de sécurité vous alerte de l’impact sur la vie privée lorsque vous ouvrez une application. Autrement, l’interface est fluide et on ne rencontre aucun souci avec elle.

onion-2

 

Un Snapdragon 801 qui vieillit bien

Comme vu sur la fiche technique, le Fairphone embarque un SoC Snapdragon 801, haut de gamme de 2014, qui devrait octroyer à ce mobile des performances tout à fait honnêtes. C’est en plus une montée en gamme par rapport au premier Fairphone premier du nom, qui embarquait un processeur MediaTek MT6589, que l’on retrouvait également dans l’Alcatel One Touch Idol X, pour ceux qui s’en souviennent.

Benchmark / ModèleFairPhone 2OnePlus XSamsung Galaxy S6
PC Mark3 9904 4905 000
3DMark Ice Storm Unlimited16 63717 47122 265
3DMark Ice Storm Graphics19 46417 51323 630
3DMark Ice Storm Physics11 02917 32518 521
GFXBench T-Rex (onscreen / offscreen)13 / 11 FPS10 / 9,3 FPS36 / 53 FPS
GFXBench Manhattan (onscreen / offscreen)29 / 26 FPS23 / 21 FPS15 / 24 FPS

Avec un écran de 5 pouces Full HD, et un Snapdragon 801, il paraissait donc logique de comparer ce smartphone au OnePlus X. Mais au tarif où ce Fairphone se présente, il est à mettre en comparaison avec des terminaux très haut de gamme. D’abord, ce Snapdragon 801 est de version AB, avec une fréquence moins importante que sur la meilleure version, AC.

Les scores de benchmarks n’ont rien de particulier, et on voit bien que le Fairphone ne tient pas la comparaison avec un haut de gamme 2015. Alors oui, bien sûr, on sait que l’achat de ce smartphone ne repose pas sur ce critère, mais on ne peut pas faire sans. Le Snapdragon 801 est néanmoins suffisant pour profiter de jeux gourmands, et on a évidemment plaisir à s’amuser avec ce smartphone.

 

Réseaux

Le Fairphone 2 est compatible avec toutes les bandes de fréquence française. Il est compatible avec la 4G de catégorie 4 (50/150 Mbps). On a accès aux réseaux Wi-Fi 2,4 et 5 GHz (802.11 b/g/n/ac), le Bluetooth est de type 4.0, mais le mobile n’est pas compatible NFC. La qualité d’appel est tout à fait classique, et l’accroche GPS est digne de ce qu’on attend d’un terminal équipé d’une puce Qualcomm.

 

Peu d’ambitions multimédias

Photographie

Si ce mobile tente de jouer les gros bras sur certains composants, il ne le fait pas sur la partie photo avec un capteur de seulement 8 mégapixels. Mais comme on ne juge pas un appareil photo aux pixels, on passera sur ce détail. Ce qui fait peut-être un peu plus s’interroger, c’est le choix d’un capteur OmniVision 8865 (que l’on retrouve sur le Xiaomi Redmi 2) au dos, alors qu’on a plutôt l’habitude de voir Sony chez les milieux et haut de gamme. À croire que la firme ne correspondait pas aux critères de Fairphone.

IMG_20160212_171335 IMG_20160211_163237 IMG_20160211_163156 IMG_20160211_163258 IMG_20160211_163305

À la limite, ce n’est pas un problème, mais c’est plutôt l’intégration de l’application photo de Google qui pose souci. Certains ne seront peut-être pas d’accord avec nous, mais elle est très médiocre et peu évidente à prendre en main alors qu’elle se veut minimaliste. On ne sait jamais vraiment où aller lorsqu’il s’agit de régler la luminosité, la taille des clichés, ou chercher le mode HDR.

IMG_20160211_211756 IMG_20160211_213851 IMG_20160211_213629

Dans les faits, les photographies ont plutôt une bonne définition, et le mode HDR est très efficace. Le déclenchement est rapide, et la mise au point est plutôt bonne. Malheureusement, le mode automatiquement gère plutôt mal la luminosité des scènes de jour. Et la qualité de nuit est très discutable à moins d’avoir un trépied pour y mettre le téléphone…

 

Son

La sortie audio propose un volume sonore plutôt élevé, mais on a l’impression d’avoir en permanence un très léger grésillement. C’est ici aussi un peu décevant.

 

L’exemple à ne pas suivre

Voilà certainement le gros point noir de ce smartphone qui n’embarque qu’une batterie de 2420 mAh dans un si gros corps. Et face à notre test d’endurance, on pourrait bien croire que le terminal possède la pire autonomie du marché puisqu’on obtient une perte de 30 % de charge sur une heure de vidéo HD YouTube avec la luminosité réglée sur 200 cd/m2. C’est très mauvais et assez inexplicable.

Vidéo HD YouTube 1h
  • Fairphone 2 : 70
  • Huawei P8 Lite : 73
  • HTC One A9 : 77
  • Samsung Galaxy A5 : 90

En utilisation quotidienne, le constat n’est pas bien différent puisque, comme un HTC One A9 ou un OnePlus X, il faudra impérativement mettre le mobile à charger en rentrant chez soi le soir. Même le mode veille consomme bien trop d’énergie, alors on imagine mal ce mobile se retrouver en campagne à la recherche perpétuelle du réseau mobile. Quand on passe après un Samsung Galaxy A5, on s’attire forcément les foudres du testeur, et on ne félicite pas Fairphone pour cette piètre performance. À 529 euros, équitable ou pas, il y a un minimum à respecter.

 

Prix et disponibilité

Le Fairphone 2 est disponible à la vente sur le site de son constructeur, et il faudra débourser 525 euros pour en faire l’acquisition.

Il n' y a pas d'offres pour le moment

Verdict Fairphone 2

design
6
Si le Fairphone a la bonne idée d'être facilement réparable, et que son avenir sera peut-être fait de composants renouvelables (changement de capteur photo par exemple), il souffre pour le moment d'un aspect peu ragoutant. Et difficile d'invoquer "les goûts et les couleurs" dans ce cas de figure.
écran
7
Malgré une dalle Full HD offrant une belle résolution, et qui est globalement bien intégrée (tout en étant détachable du reste du mobile), l'écran n'est pas très bon élève à cause d'un contraste assez faible et d'une température des couleurs trop élevée. Mais pas de quoi tirer à boulets rouges dessus, la plupart des consommateurs ne s'en rendront même pas compte.
logiciel
6
On peut saluer l'effort fait par Fairphone en installant son mobile sous une interface maison, mais elle n'a en réalité rien de bien particulier ni de très pratique. La navigation est assez perturbante, et les fonctionnalités de sécurité sont trop minces pour être réellement pertinentes.
performances
7
Le Snapdragon 801 assure à ce mobile des performances tout à fait honorables en jeu, et une bonne tenue générale. Si on devait être pointilleux, on dirait qu'il est dommage que le Fairphone 2 ne soit pas sorti en 2014.
caméra
5
Fairphone a joué les petits bras sur la caméra de son mobile, en optant pour un capteur de 8 mégapixels. Il suffira pour faire des clichés corrects, mais n'offre pas grand-chose d'autre. On aurait aussi aimé voir le constructeur proposer sa propre application photo.
autonomie
3
Pour la formule relative à la déception générale, n'hésitez pas à demander à Fairphone. On espère sincèrement que ce problème pourra être corrigé de façon logicielle, car le mobile est vraiment handicapé par sa très mauvaise autonomie.
Note finale 5/10
Mitigées. Voilà comment on pourrait résumer nos impressions lors de ce test du Fairphone 2. Le mobile souffre d'une autonomie très médiocre, et ne répond pas vraiment à toutes les attentes que l'on peut avoir autour d'un smartphone qui se positionne sur le haut de gamme, du moins en matière de tarif.

Le Fairphone premier du nom n'était pas forcément un esthète, et ce modèle sacrifie un peu plus cette notion pour son concept modulaire. Un concept qui est encore jeune dans le monde de la high-tech, et qui devrait avoir du mal à séduire beaucoup de monde. Chose qui changera certainement lorsque le Projet Ara aura accouché de son premier modèle commercial.

Parce qu'à moins d'être véritablement séduit par la démarche écoresponsable (sur laquelle nous reviendrons en détail dans un article dédié), il nous est bien difficile de conseiller ce produit à l'achat. Le choix d'intégrer un Snapdragon 801 dans ce smartphone est assez judicieux, à l'image de ce qu'a fait OnePlus avec son X, mais le reste des caractéristiques (à part l'écran) est en retrait.
  • Points positifs
    • De bonnes performances (S801)
    • Aspect modulaire
    • Démarche éco-responsable
  • Points négatifs
    • Autonomie très décevante
    • Interface difficile à appréhender
    • Des capteurs photo peu élaborés
    • Et un logiciel photo très basique
    • Un design... particulier