Les AirTags jugés dangereux pour les enfants en Australie à cause de leur pile

Une enseigne australienne en a déjà suspendu la vente

 

Et si Apple avait raté un épisode ? En Australie, une loi qui n'entrera en application que l'année prochaine impose l'ajout d'un encart sécurisé pour les piles bouton. L'idée ? Éviter qu'elles soient ingérées par des enfants en bas âge. Sur place, ce texte pose déjà problème aux AirTags, dont la pile serait trop facile d'accès.

Et si les AirTags étaient dangereux pour les enfants en bas âge ?

Et si les AirTags étaient dangereux pour les enfants en bas âge ? // Source : FRANDROID – Melinda DAVAN-SOULAS

De façon proactive, Officeworks, une chaîne de magasins australienne, a retiré les AirTags de ses rayons et de son site pour se mettre en conformité avec une loi locale. Votée en décembre 2020 et applicable à partir de juin 2022, cette dernière encadre l’intégration des piles boutons dans les accessoires électroniques (entre autres), qui devront les inclure au travers d’un encart sécurisé afin d’éviter les accidents avec les plus jeunes. Pour Officeworks, ce n’est pas le cas des jetons de tracking d’Apple, dont la pile serait trop facile d’accès.

« Nous enregistrons de plus en plus de blessures graves et de décès d’enfants dus à ces piles [bouton] », explique l’ACCC (l’Australian Competition and Consumer Commission). « Leur diamètre généralement plus grand signifie qu’elles sont plus susceptibles de se coincer dans l’œsophage d’un enfant si elles sont ingérées ; et leur tension plus élevée peut endommager les tissus plus rapidement », lit-on.

Les AirTags inquiétés sur le marché australien ?

De manière plus précise, la nouvelle réglementation australienne prévoit que les appareils utilisant des piles bouton soient à l’avenir équipés d’un compartiment sécurisé, capable de résister aux tentatives d’ouverture par des enfants. De nouveaux avertissements et symboles devront par ailleurs être ajoutés aux emballages des produits concernés.

Apple prévoit bien d’ajouter ces nouvelles mentions sur les emballages de ses AirTags en Australie, mais les AirTags en eux-mêmes se contentent d’un système d’ouverture en deux étapes pour accéder à la pile bouton. Il faut en effet appliquer une pression pour dévisser (dans le sens inverse des aiguilles d’une montre) une petite capsule. Pas sûr que ce soit suffisant pour les autorités australiennes, mais changer de mécanisme forcerait Apple à revoir en profondeur la conception du produit, ce qui paraît peu probable dans l’immédiat.

Contacté par Mashable, un porte-parole d’Apple assure pourtant que le système actuel est suffisamment sécurisé. « L’AirTag est conçu pour répondre aux normes internationales de sécurité pour les enfants, y compris celles de l’Australie, en exigeant une ouverture en deux étapes impliquant pression et rotation (…) ». « Nous suivons de près la réglementation et nous nous efforçons de faire en sorte que nos produits respectent ou aillent au-delà des nouvelles normes, y compris celles relatives à l’étiquetage de nos emballages, et ce bien avant le délai requis », a-t-il ajouté.

Notons que pour l’heure, les AirTags sont toujours commercialisés par plusieurs grandes enseignes australiennes, dont Harvey Norman et JB Hi-Fi. Reste donc à savoir si Officeworks fait de l’excès de zèle, ou si sa prise de position est bien annonciatrice de difficultés pour Apple et ses AirTags sur ce marché.

Les derniers articles