Intel l’admet : le 7 nm sortira au mieux en 2022, trois ans après AMD et ARM

 

Durant la présentation de ses résultats financiers, Intel a confessé que son passage au 7 nm serait en retard. Ce n'est pas totalement surprenant, mais la concurrence n'attend pas.

Intel accumule son retard. C’est l’une des choses que l’on pouvait tirer de la publication des résultats financiers du géant cette nuit.

Le 10 nm met du temps à gagner en volume de production

On sait que le fabricant a eu bien du mal à lancer son architecture Ice Lake, avec gravure en 10 nm, et sur ce point, Intel a confirmé que les prochains processeurs pour PC de bureau seront toujours gravés en 14 nm.

Il faudra attendre la seconde partie de l’année 2021 et l’architecture Alder Lake S, pour enfin avoir le droit à des processeurs 10 nm « Desktop ». En attendant, le 10 nm devrait se généraliser sur PC portable avec l’arrivée de la génération Tiger Lake dont l’annonce est prévue le 2 septembre lors d’une conférence en ligne.

Le 7 nm n’est pas prévu avant 2022

Intel n’a pas que du mal avec le process de fabrication en 10 nm. La firme est également en retard quand il s’agit du 7 nm. Dans ses résultats financiers, elle note « le calendrier des produits basés sur les processeurs 7 nm est décalé d’environ six mois par rapport aux prévisions antérieures ». Ces prévisions visaient la fin de l’année 2021, en décalant de 6 mois, on arrive donc au milieu de l’année 2022, au moins.

AMD a lancé ses premiers processeurs Ryzen en 7 nm en 2019. Lorsque Intel se lancera sur ce marché, la marque aura donc accumulé au moins 3 ans de retard sur son concurrent. Dans le monde ARM, le 7 nm est également devenu commun pour les processeurs haut de gamme chez Apple, Huawei ou encore Qualcomm.

La roadmap dévoilée par AMD en début d’année prévoit un lancement des premiers processeurs Ryzen en 5 nm (architecture Zen 4) avant 2022. La firme devrait donc garder son avance sur le process de fabrication des processeurs.

Les derniers articles