Le téléviseur QLED 8K que Samsung a dévoilé à l’IFA 2018 s’accompagne d’une belle promesse : après l’achat, sa qualité d’affichage devrait continuer à s’améliorer grâce une innovation alléchante sur le papier. Au lieu de vieillir, la TV est donc censée se bonifier. Petite explication.

L’IFA 2018 a été l’occasion pour Samsung de présenter ses ambitions concernant les assistants intelligents qui devraient être au cœur de nos usages de demain et de la maison connectée du futur. De beaux discours ponctués d’éloges sur le frigo, la machine à laver et le four connectés proposés par la marque.

Le propos était très intéressant, mais pas vraiment très concret. Cependant, en plus de tout cela, le géant sud-coréen a également dévoilé ses tout nouveaux téléviseurs QLED 8K sobrement nommés Q900R. Et l’un des arguments les plus mis en avant par le constructeur est le fait que la qualité d’images va s’améliorer au fil des années. Une perspective alléchante qui semble promettre un renouvellement moins effréné de la TV qui traîne dans le salon.

Intelligence artificielle ?

Et comment cela est-il possible ? L’intelligence artificielle pardi ! Bon, je vous vois rouler des yeux de manière exaspérée. Et vous avez peut-être en partie raison, car on entend cette notion utilisée à tort et à travers. Mais l’innovation de Samsung sur ce plan-là mérite un petit coup d’œil appuyé.

Commençons par rappeler les bases. Il faut savoir que les différentes déclinaisons du Q900R sont dotées d’un processeur particulier qui a lui aussi hérité d’un sobriquet en toute simplicité : le Quantum Processeur 8K. Ce dernier permet d’upsacler toutes les images diffusées à l’écran pour qu’elles soient toujours affichées en 8K — même si la vidéo d’origine est en SD ou Full HD.

Autrement dit, grâce au processeur, chaque image est traitée pour être affichée dans une définition 8K. Le semiconducteur stocke en effet environ 200 filtres eux-mêmes conçus par un algorithme entraîné par des millions d’images différentes. Lesdits filtres permettent ainsi de s’adapter à plusieurs types d’images (paysages, JT, match de football, plan rapproché avec un effet net/flou…) pour les retranscrire au mieux.

En plus de cela, le processeur est connecté à des serveurs basés essentiellement en Corée du Sud où l’algorithme continue d’être entraîné pour toujours affiner ce fameux upscaling. Les filtres nouveaux ou améliorés sont ensuite transmis au Quantum Processeur 8K via des mises à jour OTA.

Sur la bonne voie

De cette manière, au fil des mises à jour, le téléviseur améliore sa qualité d’images et donc dans deux ou trois ans il proposera une 8K encore plus belle qu’au moment de son lancement (sauf si évidemment vous ne prenez jamais la peine de connecter l’appareil). Voici la promesse de Samsung et on a vraiment envie qu’elle soit respectée. Alors évidemment, logique commerciale oblige, la marque renouvellera forcément cette gamme et trouvera des arguments pour convaincre que la prochaine génération sera meilleure.

Aussi, même si les tarifs restent compétitifs pour des téléviseurs 8K, tout le monde ne peut pas débourser entre 5000 et 15 000 euros pour ce genre de produits. Il faut donc rappeler que cette technologie n’est pas encore totalement prête à se démocratiser, mais qu’elle reste très encourageante et qu’elle est amenée à se décliner sur des TV 4K déjà un peu plus accessibles.

À lire sur FrAndroid : IFA 2018 (jour 3) : retrouvez toutes les actualités du salon de la high-tech berlinois