Après l’accident d’une voiture autonome d’Uber qui a coûté la vie d’une piétonne aux États-Unis, la police a publié une vidéo mettant en cause la responsabilité de l’entreprise VTC.

Il y a quelques jours, on apprenait qu’une voiture autonome d’Uber en test avait mortellement percuté une femme qui traversait la route dans la ville de Tempe, en Arizona. Ce drame relançait le débat sur la sécurité des véhicules qui se conduisent tout seuls et qui sont censés révolutionner le secteur des transports.

La police de Tempe mène évidemment l’enquête. Sur son compte Twitter elle a même publié une vidéo tirée des caméras embarquées sur et dans la voiture impliquée. Par décence, on n’y voit heureusement pas l’impact avec la victime, la vidéo est coupée juste avant. Nous préférons tout de même prévenir qu’elle reste perturbante à visionner.

En visionnant ces enregistrements, on découvre que contrairement à ce qu’énonçait la première hypothèse, la femme heurtée était déjà sur la route et rejoignait le trottoir au moment de la collision — et non l’inverse. Elle traversait cependant bel et bien en dehors d’un passage piéton.

La voiture est censée repérer ce que l’humain ne voit pas

La caméra filmant la route montre également que la victime était totalement invisible dans l’obscurité et ce n’est finalement qu’au moment précis de l’accident que l’on peut l’apercevoir dans la lumière des feux de la voiture. Autrement dit, un conducteur humain au sein d’un véhicule classique n’aurait sans doute pas pu éviter la collision.

Toutefois, une voiture autonome est bardée de capteurs dans tous les sens qui lui permettent justement de détecter ce que l’œil humain ne peut pas voir. Dans ce cas, il est très étrange de voir que l’Uber ne ralentit pas alors qu’il aurait dû être en mesure de repérer un piéton traversant la route dans l’obscurité, même en dehors du passage clouté. Il est aussi possible que la voiture autonome ait réussi à distinguer la femme, mais qu’une anomalie du système l’ait empêché d’actionner les freins.

Uber est-il en tort ?

La caméra dans l’habitacle, quant à elle, montre que la technicienne d’Uber au sein de la Volvo XC90 n’est pas vraiment concentrée sur la route. Quelques instants avant l’impact, elle regarde en bas, vers sa droite (peut-être pour consulter son téléphone). Il reste néanmoins impossible pour l’instant de déterminer si la passagère derrière le volant aurait pu éviter l’accident.

Comme on peut le lire dans The Verge, l’employée d’Uber explique que « la première alerte de la collision a été le bruit de la collision ». On peut d’ailleurs voir qu’au dernier moment, elle redirige son regard sur la route.

Alors que les premières estimations de la police de Tempe semblaient indiquer qu’Uber n’était pas en faute, ces enregistrements remettent en cause cette hypothèse. Rappelons qu’il est beaucoup trop tôt pour accuser qui que ce soit.  Simplement, le débat sur la sécurité des voitures autonomes est sans doute relancé.

À lire sur FrAndroid : Voitures autonomes : Alphabet (Google) ne fait pas confiance à l’humain en cas de danger