D’après une récente étude de l’Environmental Working Group (EWG), les téléphones récents flirteraient beaucoup trop avec la limite d’émission de radiations.

Les ondes émises par les téléphones sont calculées en watt par kilogramme et représentent un indice appelé DAS, débit d’absorption apécifique, qui correspond au niveau de radio-fréquences que le portable émet lorsque ce dernier est utilisée à pleine puissance.
En France, les mobiles doivent présenter un DAS inférieur à 2 W/kg contre 1,6 W/kg au Etats-Unis.

On remarque, d’après cette étude, que le Blackberry Bold 9700 a un taux de radiations de 1,55 w/kg. Le Motorola Droid (Milestone) est à 1,50 w/kg, suivi du LG Chocolate (1,46 w/kg) et du Nexus One (1,39 w/kg).

On notera également que le HTC Magic possède également un fort taux d’émissions de radiations, évalué à 1,55 w/kg.

Afin de palier ces mauvaises statistiques, la Commission du Développement Durable a demandé aux constructeurs d’indiquer plus clairement le taux d’émission sur leur produits. L’Agence nationale des fréquences (ANFR) doit également présenter une carte de France où seront identifiables les zones où les antennes-relais émettent le plus d’ondes.

Même si rien n’a été prouvé concernant la dangerosité des ondes émises par les téléphones portables, il faut toutefois s’en préoccuper et c’est aux constructeurs d’agir afin de préserver la santé de leurs clients.