100 milliards de dollars, Facebook vient de les dépasser en Bourse. La société est désormais mieux cotée que lors de son introduction en Bourse au mois de mai 2012.

Facebook Ads

Que ceux qui ont investi dans Facebook l’année dernière se rassurent. Pendant toute une année, l’action Facebook n’était franchement pas rassurante pour les investisseurs. Après son entrée en Bourse en mai 2012 à 38 dollars (l’entreprise était alors valorisée à 104 milliards de dollars), l’action du plus grand réseau social au monde a connu une descente aux enfers pour atteindre son plus bas niveau en septembre de la même année à 17,73 dollars, perdant par là plus de la moitié de sa valeur d’introduction. Plus d’un an plus tard, l’action, qui a fait l’objet des plus vives critiques à ses débuts, a retrouvé son niveau d’introduction en dépassant les 38 dollars, le 31 juillet dernier. Hier, l’action a atteint son plus haut niveau à 41,94 dollars à la Bourse de New York, avant de clôturer à 40,55 dollars. Ce résultat qui permet à l’entreprise de dépasser les 100 milliards de dollars de capitalisation boursière, a été atteint grâce à un redressement graduel couplé aux bons résultats publiés par l’entreprise et portés par la publicité sur les plate-formes mobiles. Selon Mark Zuckerberg, fondateur et patron du groupe, 41% des revenus publicitaires proviennent des smartphones et des tablettes.

Editer des jeux pour mobiles

Rappelons aussi que si Facebook connaît un tel succès en Bourse, c’est essentiellement grâce à la confiance des investisseurs. Ces investisseurs étaient initialement inquiets de voir une grande majorité des membres du réseau social (plus de 800 millions sur 1,1 milliard) se connecter sur mobile alors que Facebook n’était pas vraiment présent sur les jeux propres destinés aux smartphones et tablettes avant son divorce avec Zynga. Or, le réseau social a annoncé à la fin du mois de juillet dernier commencer à explorer des pistes dans l’édition de jeux mobiles. « Un nouveau programme pilote pour aider les développeurs de taille petite et moyenne à mondialiser leurs jeux mobiles« , écrit Facebook sur son blog destiné aux développeurs. Et d’ajouter : « en échange d’une partie de leurs revenus, nous coopérerons étroitement avec les développeurs (…) en les aidant à attirer des joueurs de haute qualité et pour le long terme.” De quoi rassurer les investisseurs !