Facebook vient d’introduire Paper, un agrégateur de news. Effectivement, oubliez tout ce que vous savez sur Facebook et son interface, Facebook Magazine est une application autonome aux allures d’agrégateur RSS.

Paper-app-2

L’application est une nouvelle manière de naviguer et utiliser Facebook. La première section de Paper ressemble à un simple flux RSS, en mettant en avant ingénieusement les galeries de photos, des vidéos et les discussions. Cela ressemble beaucoup à Google+ : je m’explique. De loin, du moins, il semble que Facebook Paper reproduit quelques mécanismes que l’on retrouve sur Google+. Il permet, entre autres, d’utiliser le réseau social d’une plate-forme pour poster de courts et simples messages de blog – à la manière d’une plateforme de microblogging. Cette application rend également plus facile le partage de contenus et vous montre des aperçus en plein écran de vos messages avant leur envoi.

Vous pouvez ensuite personnaliser Paper en vous abonnant à diverses catégories, afin de s’assurer que le contenu qui vous intéresse vous atteigne. Pour le coup, cette partie ressemble à Flipboard. Chaque section contient un mélange des photographies, d’articles et d’opinions. Certains contenus seront poussés par la seule force algorithmique, sur la base du nombre de partages ou de « like ».

screen-shot-2014-01-30-at-4-05-19-am

Un produit sorti tout droit du tout nouveau Creative Labs de Facebook, une nouvelle branche du géant du social censée nous présenter régulièrement des nouveautés.

 

Un air de Facebook Home

Facebook Paper a clairement un air de Facebook Home sur Android , mais est il semble beaucoup plus rapide et plus riche en fonctionnalités. Pour rappel, Facebook Home est la tentative ratée de launcher sur Android. En effet, Facebook Home permet de remplacer votre écran de verrouillage ainsi que votre bureau traditionnelles, par une interface entièrement dédiée à Facebook. Cette application a été vivement critiquée lors de sa sortie, malgré des scores honorables concernant le nombre de téléchargements, les critiques n’ont jamais salué le travail de Facebook.

Capture d’écran 2014-01-31 à 09.50.56

Bref, vous aurez compris : Facebook Paper est la prochaine mise à jour de Home. Ce n’est qu’une question de temps. 

 

Pourquoi Facebook Paper ?

Facebook possède un tas de valeurs différentes. Au fond, il s’agit d’une structure de données, un énorme graphe social de personnes interconnectées, d’objets et de concepts. Améliorer ce graphe social, augmenter son ampleur et sa densité, telle est l’ambition du dirigeant et co-fondateur de l’entreprise, Mark Zuckerberg. Le graphe social est la finalité, il désigne “le réseau de connexions et de relations entre les gens sur Facebook, qui permet la diffusion et le filtrage efficaces de l’information”.

Facebook Paper semble être une sorte de désaveu, le réseau social ne s’en sort pas avec le sujet de la vie privée. La liberté de lire et de partager du contenu privé est essentiel au développement de Facebook, car le cœur de la proposition de Facebook est que lorsque nous construisons collectivement le graphe social, tout le monde en profite. Mais la nature exacte de ces gains est complexe, et Facebook montre clairement l’ambivalence de la vie privée. D’un autre côté, la confidentialité abaisse la valeur du graphe social.

Le modèle de Facebook est unique dans le monde monde, Mark Zuckerberg est en train de régir les relations entre plus d’un milliard d’êtres humains. Si l’entreprise veut continuer à se développer, elle doit s’insérer entre les gens et leur smartphone. En effet, il y a encore de trop nombreux moments passés à regarder des choses, ou lire des choses ou faire des choses hors de Facebook.

Voilà une façon d’expliquer l’arrivée de Facebook Paper ou encore Home. Facebook ne pouvait pas se limiter à une seule application. En tant qu’entreprise axée sur la publicité qui se développe en acheminant les signaux sociaux grâce à son énorme réseau propriétaire, l’entreprise a besoin de capturer encore plus l’attention des utilisateurs de smartphones.

 

Facebook arrive sur un marché encombré

En termes de services de curation sur mobile, Paper entre dans un marché assez bondé. Flipboard a déjà plus de 100 millions d’utilisateurs, et il vient de terminer lever 50 millions de dollars pour assurer son développement (bien sûr, Facebook a des revenus de 7 milliards de dollars). On cite également Google Currents (Flux d’Actu), néanmoins Google n’a pas encore eu la bonne idée de le mixer à Google+. Pulse, même si ce dernier n’est pas dans les mêmes métriques. Sans oublier Zite ou encore Float ou Flud News, des agrégateurs de news qui ont plus ou moins échoué à passer les barres symboliques des gros réseaux sociaux.

Pour le moment, Facebook Paper se limite au monde d’iOS, puisque l’application sera disponible uniquement sur iPhone le 3 février prochain. La prochaine étape pour l’application sera naturellement Android, via une mise à jour, pourquoi pas, de Facebook Home.