Le futur  Galaxy S5 de Samsung comportera un capteur de fréquence cardiaque. À ce titre, la Corée du Sud a étudié la possibilité de reconnaître ce smartphone comme un équipement médical.

galaxys5-2040-8_verge_super_wide

Sous le capteur photo de 16 mégapixels du Samsung Galaxy S5, se trouve un capteur de fréquence cardiaque. Si celui-ci peut se révéler utile lors de la pratique du sport pour surveiller le comportement du corps, il peut également se révéler fort utile pour prévenir des problèmes de santé, un peu à la manière de ce que compte faire Apple avec sa iWatch et son application Healthbook. La Corée du Sud, par l’intermédiaire de son agence de santé, a donc étudié la possibilité de faire du Galaxy S5 un appareil médical, qui puisse, par exemple, être utilisé par les professionnels de santé.

Entre loisir et médical, il faut choisir

Cependant, Séoul vient de faire savoir, à travers la voix de son ministre de la Santé, que le Galaxy S5 ne recevra pas la certification d’équipement médical. Le pays pourrait en effet avoir peur d’ouvrir une boîte de Pandore en reconnaissant comme des équipements médicaux tous les futurs appareils grand public qui contiennent un capteur de fréquence cardiaque. À défaut, le ministre de la Santé fait savoir qu’une nouvelle législation viendra distinguer les appareils médicaux des appareils de loisirs, ce qui se fait déjà aux États-Unis. Le smartphone de Samsung sera donc classé dans la deuxième catégorie.

La concurrence entre les constructeurs de smartphones, tablettes et montres connectées semble de plus en plus reposer sur leur aspect médical et sportif. Si Samsung a l’avantage d’intégrer le capteur de fréquence cardiaque directement sur la coque du Galaxy S5 ou sur sa Gear Fit, Apple semble s’orienter vers une iWatch qui posséderait plus de fonctions comme un capteur de température corporelle ou encore un capteur de pression sanguine. Cela devrait donc ravir les sportifs mais également les personnes souhaitant surveiller le bon fonctionnement de leurs organes vitaux. Couplés à des systèmes d’alertes, on peut même imaginer ces capteurs permettre de sauver des vies.