Ce soir lors d’une réception donnée par Sony à Paris, nous avons aperçu le XPERIA Sola, qui a été dévoilé peu de temps après le Mobile World Congress de Barcelone.

Le XPERIA Sola se démarque des autres de la gamme par une taille d’écran intéressante qu’un grand nombre d’utilisateurs recherchent, une dalle tactile de 3.7 pouces (~ 265ppi) dotée des technologies Bravia et Floating touch (autocapacitif qui détecte l’emplacement du doigt sans avoir besoin de toucher l’écran jusqu’à 2 centimètres), avec une définition de 480 par 854 pixels. Le point commun que l’on peut qualifier de très bon avec les autres de la gamme d’XPERIA 2012 est que le Sola embarque une architecture double-coeur mais de marque ST-Ericsson NovaThor U8500 cadencée à 1 GHz avec une puce graphique Mali-400 (du Galaxy S II), qui le place dans les rangs des smartphones milieux-hauts de gamme, tout en gardant un tarif d’achat final assez attractif.

La vue de dos.

En mémoire, on est sur une base de 512 Mo de RAM et 8 Go de ROM, avec un emplacement pour les cartes microSD que les autres de la gamme d’XPERIA 2012 ne possèdent pas. Un appareil photo dorsale de 5 mégapixels (de bonne qualité mais pas Exmor R) avec un flash et la capacité d’enregistrer de la vidéo en HD (720p) à 30 images par seconde, avec l’autofocus en continu, la détection des visages et des sourire. Les connectivités physiques sont également assez complètes, dont l’intégration d’un port microUSB (2.0), un port jack audio (3,5 mm) et un port microHDMI, qui viendra se compléter avec l’intégration de la technologie sans-fil DLNA. Les connectivités sans-fil présentent sont le Bluetooth 2.1 avec A2DP et EDR, le Wi-Fi dans les normes b/g/n, le NFC pour les Sony SmartTags et autres transferts sans-fil, ainsi que la 3G (HSPA+).

Le ruban lumineux (entre autres LED de notifications).

Un smartphone vraiment complet qui jouit également d’un Tuner FM intégré avec une application qui y est spécialement dédiée. Evidemment si vous souhaitez écouter la radio, vous devrez y brancher un kit mains libres pour qu’il soit en mesure de capter les fréquences FM. Dans la main, il est bien mince avec seulement 11.6 cm en hauteur, 5.9 cm en largeur et 9.9 mm en épaisseur avec une masse assez légère de 107 grammes, pour une batterie un peu faiblarde mais suffisante de 1,320 mAh. Soulignons que les architectures ST-Ericsson sont réputées pour leur faible consommation énergétique tout en prodiguant des performances satisfaisantes, et je dois avouer que le Sola ne présente réellement aucun ralentissement logiciel. Un mobile très bien optimisé pour un prototype de démonstration, j’ai personnellement été emballé.

La vue de face.

Pour en revenir brièvement à la partie logicielle, il supporte la version d’Android Gingerbread (2.3.7) qui n’est qu’un pont de transition avant le passage définitif à la version d’Ice Cream Sandwich qui est prévue dans le courant du mois de juin 2012, pour arriver au plus tard cet été. Il supporte aussi la lecture de DivX/Xvid en 720p (et peut-être 1.080p pas testée) avec une compatibilité avec les codecs vidéo .mp4, .h.263, .h264, .wmw et les codecs audio .mp3, .eaac+, .wma, .wav.

Une petite photo souvenir de la gamme d’XPERIA 2012. Dans l’ordre, le XPERIA U, le XPERIA Sola, le XPERIA P et le XPERIA S.

On l’a compris, on est face à un mobile mature qui se fera sans aucun doute une place forte sur le marché des smartphones, qui sera disponible de ce mois d’avril (mi-mai au plus tard) en trois couleurs : blanc, noir et rouge ..pour un tarif qui s’annonce à 329 euros sans abonnement.

A la suite, vous pouvez retrouver les quelques photos prises à la soirée, notamment quelques unes de la présentation des services que proposent Sony sur l’ensemble de sa gamme multimédia.

Note : le mobile était un prototype, les caractéristiques finales peuvent encore changer.