Swype a su apporter une manière innovante de saisir du texte avec un clavier virtuel, mais Swype n’est plus selon son développeur Nuance. Entre temps, sa fonctionnalité phare a été reprise par à peu près tous ses concurrents, et même par Google.


Un coup de balai sur la saisie virtuelle

On a tendance à oublier qu’on a appris à utiliser un clavier virtuel. On prend pour acquise la saisie prédictive, mais les claviers virtuels, même les meilleurs, étaient beaucoup plus basiques avant que des développeurs se penchent sur des solutions de saisie plus intuitives, faisant le malheur des Tumblr à base d’erreurs de correction automatique (elles étaient bidons, de toute façon).

L’une de ces innovations a été apportée par Swype, dont on oublie d’ailleurs qu’il n’a pas vu le jour sur Android, mais sur Windows Mobile. Racheté depuis par Nuance, Swype est basé sur un principe astucieux : plutôt que de taper un mot, on balaye, même approximativement, son doigt vers les lettres qui le composent, et l’application interprète (dans le meilleur des cas) ce que vous avez voulu saisir.

clavier-swype-tablette

Personnellement, je n’ai jamais été efficace avec Swype. Peut-être parce que je suis gaucher, peut-être parce que je ne faisais pas assez confiance à la marge d’erreur de l’application, mais je connais suffisamment d’utilisateurs conquis par cette app pour me dire que le problème vient sans doute de moi. Car tous les fans de Swype vous diront qu’ils ne pourraient même pas utiliser un clavier virtuel « standard », et c’est vrai que c’était une idée géniale, au moins sur le papier.

Sympa cette fonctionnalité, on la prend !

Le problème, c’est que cette idée est tellement géniale que le « swipe » s’est retrouvé partout, en particulier sur l’autre clavier virtuel star : SwiftKey, racheté il n’y a pas si longtemps par Microsoft.

Swiftkey

À la base, SwiftKey ne proposait pas de « swipe », mais intégrait déjà un moteur de saisie prédictive d’une efficacité assez bluffante. Capable d’apprendre à partir de vos mails, SMS ou posts de réseaux sociaux (bon, c’est un peu intrusif, j’avoue), de basculer d’une langue à l’autre et vice versa sans s’emmêler les pinceaux… SwiftKey a longtemps été la référence du clavier prédictif. Son adoption du swipe, pardon, du Flow, était une évolution naturelle. Tout le monde s’inspire de tout le monde, et tout est un remix.

À tel point d’ailleurs que Google, à partir d’Android 4.2, a intégré le swipe à son clavier virtuel maison. Dans le monde Apple, on appelle cela le « Sherlocking », du nom d’une fonctionnalité de MacOS. Sherlock plagiait intégralement une app tierce, Watson, juste parce qu’Apple avait estimé que c’était une bonne idée et qu’elle lui appartenait par conséquent. Apple a continué, et continue, à « sherlocker » régulièrement des développeurs tiers.

Des habitudes pas si faciles à changer

Dans le cas de Swype, Nuance Communications avait sans doute d’autres chats à fouetter de toute façon. Reste que les utilisateurs de l’original n’ont plus qu’à basculer vers Swiftkey, qui continue à être activement développé, ou Gboard, ou rester sur une app qui risque de devenir obsolète. Certains semblent s’orienter vers le second choix, le « swipe » de Swype étant selon eux trop différent des alternatives qui leur nécessiterait de revoir leurs habitudes.