L’équipe de rédaction de FrAndroid met en place un nouveau rendez-vous hebdomadaire. A partir de cette semaine, vous pourrez retrouver l’éditoid tous les mercredis midi. L’éditoid c’est quoi ? C’est un article voué à polémique. A travers une humeur, une analyse ou une problématique un membre de l’équipe de rédaction vous proposera un sujet de questionnement autour d’Android et des smartphones plus généralement. Cette semaine c’est moi qui me lance.

Si vous avez Internet, que vous regardez la télévision ou que vous écoutez la radio, vous n’avez pas pu passer à coté de la conférence de Copenhague. Tous les pays du monde ont décidé de se donner rendez vous dans un lieu commun pour débattre et espérons-le, trouver des solutions pour que l’être humain apprenne à vivre durablement avec lui-même et sa planète.

208px-COP15_Logo.svg

Le bôôô logo

Alors posons nous quelques minutes sur l’impact écologique de nos habitudes de téléphonie mobile.

Après quelques recherches, on peut obtenir la composition standard en éléments chimiques d’un téléphone mobile. « Un portable contient 63?% de matières plastiques et des métaux de toutes sortes. Nickel, zinc, fer, cuivre… » Et vous le voyez, pour la planète, le bilan n’est pas merveilleux. De plus, d’après certaines études, la durée de vie d’utilisation d’un téléphone est d’un an et demi. Pour un parc français de plus de 60 millions d’appareils, ça représente 40 millions d’appareils à recycler tous les ans. Donc le premier état des lieux est peu glorieux pour la téléphonie. Pour cette problématique, pensez à ne pas jeter votre téléphone et à l’apporter à un organisme capable de le recycler. Nos opérateurs se sont engagés à s’en occuper, pensez-y. Sachez aussi que les fabricants travaillent sur des téléphones écologiques, que ce soit par les composants ou par la gestion de l’énergie. Et pour ceux qui ne le connaissaient pas, voici le classement annuel des constructeurs selon les critères écologiques.

Ensuite, il est possible de calculer la consommation électrique de nos appareils. Certes le calcul est compliqué, mais des chercheurs ont bien réussi à calculer l’empreinte énergétique d’une recherche Google. C’est une bonne unité de départ pour s’imaginer l’impact d’une navigation Internet. N’allez pas chercher en moi l’hypocrisie de stopper Internet pour sauver la planète, mais l’information est assez intéressante pour la curiosité et l’apprentissage. De tout façon, pour régler ce problème d’énergie, nos amis tandonautes ont testé une installation pour recharger nos mobiles à l’énergie solaire ;).

00013_P04-e55fb

Pour finir sur les défauts de la téléphonie mobile, les sceptiques diront que nous n’en avons pas besoin. Que c’est un simple bonus produit par notre société de consommation. C’est un raccourci bien grossier mais il y a du vrai la dedans. Le marché des téléphones Android en est le premier exemple. Qui, possesseur d’un mobile exploitant la plateforme, ne s’est pas encore posé la question de changer son téléphone car les modèles de début 2010 paraissent très alléchants ? Je ne jetterai pas la pierre, je ne suis pas un bon exemple.

Malgré tous ces reproches, le mobile est un fabuleux média et le smartphone est encore plus puissant, il serait idiot de ne pas en profiter. Nous voyons dans les nouveaux usages ces préoccupations être prises en compte. Voyez par exemple l’application Ecologie développé par un membre du forum. De même, les applications de covoiturage prennent une dimension de temps réel fortement intéressantes.

75

Ekologeek parle pour moi

L’écologie est un concept malheureusement utilisé à toutes les sauces! Il peut-être employé à bon escient pour parler de développement durable est nous permettre d’apprendre à mieux vivre sur notre planète. Mais il peut tout aussi être un argument politique ou commercial incroyablement hypocrite. Mais essayons de déceler la manipulation et ne retenir que la bonne démarche proposé par les associations spécialisées.

Alors vous amis lecteurs, pensez vous que l’écologie est compatible avec nos smartphones ? Ou doit-on jeter cette technologie pour communiquer à la voix, média non pollueur ?

Dernière ligne pour vous donnez un lien vers le site EkoloGeek qui réfléchi à ce genre de problématiques bien plus souvent.