Après l’annonce de l’Idol X à l’IFA en septembre dernier, Alcatel One Touch nous dévoile le One Touch Idol X+. Nous avons eu la chance de le prendre en main afin de vous livrer nos premières impressions. 

c_CES-2014-FrAndroid-DSC00485

L’Idol X possède tous les attributs d’un smartphone haut de gamme, avec son écran 1080p de 5 pouces jusqu’à son design mince et léger. Malgré le fait qu’il soit tout en plastique, il ne semble pas fragile et les finitions sont très correctes. Il reprend le design des précédents « Idol », avec un corps svelte. Comme l’Idol X, il possède un cadre en titane, qui se prolonge pour former la bande autour du l’appareil.

c_CES-2014-FrAndroid-DSC00481

Le capot arrière est en plastique et possède une finition circulaire (la finition était lisse sur l’Idol X), je le trouve particulièrement glissant si vous maintenez l’appareil avec une seule main. Il est intéressant de noter que le capot arrière n’est pas amovible, ce qui explique en partie comment Alcatel a réussi à concevoir un Idol X+ si mince.

c_CES-2014-FrAndroid-DSC00477

Comme sur l’Idol S que je suis en train de tester, j’ai constaté que la carte microSIM était très difficile à insérer, on doit constamment utiliser un objet pour la pousser jusqu’au fond.

c_CES-2014-FrAndroid-DSC00474

L’écran est assez impressionnant, cela s’explique par les bords très fins : 2,4 mm de largeur, mais aussi par sa définition d’écran : 1080p. Cela ne vaut pas l’écran du HTC One, néanmoins il s’agit d’un écran plutôt bon, avec une gestion des couleurs satisfaisante. J’ai noté tout de même des fuites de lumière assez importantes…

c_CES-2014-FrAndroid-DSC00478

Le premier processeur à 8 coeurs Cortex-A7

La grosse différence avec l’Idol X, c’est son processeur qui se cache sous le capot. En effet, l’Idol X+ intègre un processeur MediaTek (MT6592) cadencé à 2 GHz et composé de huit coeurs (octocœur). Cette architecture a été évoquée à de nombreuses reprises, elle peut faire tourner les huit coeurs simultanément.

278b4ca5999e52f7

A-t-on besoin 8 coeurs ? Bonne question. Selon MediaTeK, ce SoC a été conçu pour faire du multitâche et pour économiser un maximum d’énergie. On pourra donc lancer plusieurs applications sans ressentir de ralentissements. En théorie.

Un des inconvénients de ce SoC, c’est sa non-compatibilité avec les réseaux de quatrième génération (4G), le Idol X+ est cependant compatible HSPA+ (H+).  MediaTeK travaille toujours sur ses puces « 4G », néanmoins pour le moment aucun modèle n’a été annoncé (le MT6290 sera la fameuse puce 4G). Pour la 4G (LTE), il faut aller voir du côté de Qualcomm, avec les S400 jusqu’au S805.

Gravée en 28 nm, la puce MT6592 intègre également une puce graphique ARM Mali à quatre coeurs supportant la lecture de vidéos en Ultra HD et les nouveaux codecs tels que le VP9 de Google et le H.265/High Efficiency Video Coding (HEVC).

c_CES-2014-FrAndroid-DSC00480

Une première impression ?

Une première impression ? Nous avions testé le Idol X, et nous avions trouvé un compromis honnête. La grande inconnue du Idol X+ est son architecture octocœur de MediaTeK. Il est encore tôt pour décréter que les performances sont au rendez-vous, ce SoC est tout jeune et l’on ne peut pas encore certifier que les huit coeurs apporteront une vraie valeur ajoutée.