Le CES 2014 a largement tourné autour des petits et grands poignets, avec des bracelets connectés à foison. Nous en avons essayé bon nombre : voici notre sélection des bracelets à ne pas manquer en 2014.

Bracelet connecté

Les « wearable devices », ce prêt-à-porter connecté, ont été au cœur du CES 2014. Raquettes, brosses à dents connectées mais aussi et surtout bracelets qui se sont fait un devoir d’équiper nos poignets ont fait leur apparition. Voici cinq d’entre eux qui méritent d’être suivis au cours de l’année 2014.

 

Sony SmartBand : le tracker multifonctions

Sony SmartBand

Certainement l’un des plus complets que nous ayons pu apercevoir au CES, ce bracelet a l’avantage d’être animé par un module pouvant être inséré dans tout autre accessoire (et se transformer en broche ou être porté à la ceinture, par exemple). Sony prétend fournir avec ce SmartBand un bracelet capable de monitorer une quantité impressionnante d’activités : le temps de sommeil, de conversation, de pratique de la photo, de surf Internet et tutti quanti… sans oublier la classique fonction podomètre connecté. Le tout renverra à une application capable de noter sous forme de points l’utilisateur, qui sera encouragé à se créer des défis afin d’améliorer son hygiène de vie.  Le bracelet permet en outre de contrôler certaines fonctionnalités du smartphone, comme la musique, et d’être notifié d’appels ou messages entrants. Un bémol : son autonomie modeste d’environ 7 jours.

Le SmartBand de Sony sortira dans le courant du premier semestre 2014, au prix d’environ 100 euros. Il sera compatible avec tous les terminaux Android dotés du Bluetooth Low-Energy.

 

LG LifeBand Touch : le bracelet à écran OLED

LG LifeBand Touch

L’autre constructeur de smartphones de l’histoire à proposer un bracelet connecté n’est autre que LG. La marque coréenne vise plus précisément les sportifs, mais avec un bracelet au look totalement différent. Alors que Sony propose un bracelet sans écran et aux interactions limitées avec les smartphones, LG inclut à son LifeBand Touch un écran tactile OLED capable d’afficher l’heure – un bon point – et diverses informations relatives aux activités sportives de son porteur, le tout communiquant avec un smartphone Android ou iOS.

Le bracelet, disponible en plusieurs tailles, permet de réaliser quelques actions sur le smartphones, par exemple au niveau du contrôle du volume de la sonnerie ou de la lecture musicale. Il pourra être connecté à des écouteurs capables de mesurer le rythme cardiaque du sportif, car c’est essentiellement à cette cible que s’adresse LG. Pour le moment, pas de prix annoncé pour cet appareil qui sortira au moins aux USA au premier semestre 2014.

 

Garmin Vivofit : l’autonomie avant tout

Garmin Vivofit

Le Garmin Vivofit existe en bleu, mauve, vert ou noir.

Ce n’est probablement pas la marque à laquelle on pense en priorité lorsqu’il s’agit de bracelets connectés, mais Garmin a fait son petit effet avec son Vivofit, un bracelet dédié aux sportifs. L’appareil a en effet le mérite d’afficher une autonomie record, soit un an à un an et demi d’utilisation. Il propose une étanchéité à 50 mètres, une compatibilité avec les terminaux Android et iOS utilisant le Bluetooth Low-Energy, une gestion d’objectifs quotidiens… Le tout permettant en somme de mesurer l’activité physique de son porteur mais aussi la qualité de son sommeil. Une fois encore, mention spéciale pour son autonomie assuré par un écran e-Ink toujours allumé.

Grâce à sa compatibilité ANT+, le Vivofit sera compatible avec n’importe quel bandeau de mesure cardiaque. On le trouvera dès 119 euros (149 euros avec un cardiofréquencemètre) au cours du premier semestre et en cinq coloris différents.

Razer Nabu : le bracelet social

Razer

C’était peut-être le moins attendu des produits de type wearable devices au CES 2014. Et pourtant, le Nabu de Razer a su faire naître la curiosité, notamment parce qu’il se présente comme un bracelet connecté croisé avec une smartwatch. Il embarque deux écrans OLED, dont un est capable d’afficher des notifications sous forme de texte de 140 caractères au maximum. L’appareil mesure bien sûr votre activité avec un système de points à la clé, mais aussi envoie des notifications à l’utilisateur lorsqu’il se trouve à proximité d’un ami ou d’un point d’intérêt. Pour cette dimension sociale, Nabu utilise la technologie propriétaire de Razer, Pulse, et permet de détecter les autres porteurs de Nabu à proximité ; mieux, une poignée de main peut par exemple lui permettre d’ajouter un contact sur Twitter.

Pour le moment, on ignore à quel prix Razer commercialisera son Nabu auprès du grand public. La marque a simplement indiqué qu’elle proposerait aux développeurs d’applications son bracelet au prix de 49 dollars, puisqu’il s’appuie sur une plateforme ouverte, avant un déploiement plus large d’ici le mois de mars.

 

Fitbit Force et Flex : les incontournables

Fitbit Flex

L’une des marques les plus connues du monde des trackers d’activité s’est elle aussi imposée au CES 2014. Fitbit a profité de l’occasion pour revenir sur son bracelet dévoilé en 2013, le Flex. Ce dernier, initialement réservé aux terminaux iOS, bénéficie désormais de douze nouvelles références Android compatibles : on compte parmi eux les HTC One, LG G2, Nexus 4, 5 et 7, et certains Motorola dont le Moto X.

Pour le reste, le Fitbit Flex n’a pas varié d’un iota, c’est-à-dire que ce bracelet sans écran se charge de mesurer le nombre de pas effectués et la distance parcourue dans la journée, ou encore la qualité du sommeil. Les cinq LED présentes sur le bracelet permettent de consulter les performances de l’utilisateur, chaque ampoule représentant 20 % de ses objectifs. D’autres informations (poids, alimentation) peuvent en outre être enregistrées dans l’application Fitbit pour compléter ces données. Disponible en de multiples couleurs, le Fitbit Flex coûte actuellement 99,95 euros.

Au côté du Fitbit Flex, le Fitbit Force, disponible depuis quelques semaines aux USA, a fait son apparition du CES. Il dispose d’un écran OLED plus grand et capable d’afficher du texte, mais est compatible avec quelques smartphones sous Android (Samsung Galaxy S4, Note 3…). Facturé 130 dollars aux USA, il arrivera très prochainement au Royaume-Uni et, espérons-le, dans les pays francophones.