Difficile de savoir si le Fire Phone était un désastre, mais Amazon n’a sûrement pas obtenu les résultats escomptés. Son smartphone était cher, trop cher. Le spécialiste du e-commerce a cependant un plan B, selon The Information qui nous dévoile des détails des dernières négociations menées.

amazon-appstore-featured

Comment Amazon peut-il conquérir le marché du smartphone ? Avec son produit, c’est plutôt raté. Il a été retiré des ventes. Le plan A est pour le moment mis de côté. Néanmoins, il existe un moyen de pivoter (terme utilisé par les startups qui échouent) : le développement des tablettes Fire et du Fire Phone ont permis à Amazon de recréer tout un écosystème de services et d’apps, de façon à être en très grande partie autonome vis-à-vis de Google.

Fire OS est un fork, sans les Google Play Services

En effet, Fire OS est basé sur AOSP (Android Open Source Project), comme de nombreux autres OS. Cependant, à l’image de beaucoup de systèmes chinois, Amazon a souhaité se séparer de toutes les applications Google – pour pouvoir vendre son propre contenu (musiques, vidéos, apps, etc.).

Exit le Play Store, voici l’App Store d’Amazon. Dit comme ça, ça semble plutôt simple. Néanmoins ce développement est coûteux, il nécessite de développer tous les services dédiés aux apps, comme les services de géolocalisation par exemple. Cela demande d’entretenir des relations avec les développeurs et éditeurs, qui doivent déployer leurs apps sur le Play Store ainsi que l’App Store d’Amazon. D’ailleurs, il est possible d’installer ce dernier sur votre appareil Android, en plus du Play Store.

 

Le fameux plan B

La stratégie dévoilée par The Information permettrait donc à Amazon de pivoter. En effet, Amazon discuterait avec quelques constructeurs – aucun nom n’a été dévoilé à ce jour – pour pré-embarquer les services d’Amazon, au lieu de ceux de Google. Amazon pourrait ainsi développer son parc, sans avoir à concevoir directement des produits. Nous imaginons que ces négociations tourneront essentiellement autour des montants de commissions reversés par Amazon aux constructeurs, ainsi que la visibilité auprès des consommateurs que pourrait offrir la première plate-forme de e-commerce.

Nous pourrions donc retrouver sur le marché des smartphones Android sans Google, ce qui ne serait pas si mauvais pour la concurrence. N’est-ce pas ?