La 4G+ fait son entrée dans l’univers des Nexus. Les deux smartphones annoncés hier par Google, les Nexus 5X et Nexus 6P, sont en effet dotés d’un SoC incluant un modem les autorisant à se connecter en 4G de catégorie 6, soit en 4G+.

Dos du Nexus 5X

C’est l’un des points qui auraient pu passer inaperçus tant ils semblent désormais acquis. Les nouveaux Nexus 5X et Nexus 6P, officialisés hier soir par Google, sont en effet dotés d’une compatibilité avec les réseaux 4G LTE de catégorie 6, autorisée par leur SoC Snapdragon 808 pour le premier et Snapdragon 810 pour le second. C’est une première dans le monde des smartphones Nexus puisque malgré son Snapdragon 805, le Nexus 6 conçu par Motorola se contentait de s’appuyer sur de la 4G de catégorie 4.

Avec son support de la 4G de catégorie 6, également baptisée LTE-Advanced, la nouvelle gamme Nexus promet des débits théoriques de 300 Mbps en download et de 150 Mbps en upload. Toutefois, on notera que les deux puces Snapdragon 808 et 810 incluent un modem Snapdragon X10, selon la nouvelle dénomination choisie par Qualcomm, lequel autorise le support de la 4G de catégorie 9. Malgré une nette montée en performances, les tout derniers Nexus restent donc en retrait par rapport aux standards autorisés par le matériel qui les équipe.

À lire : Nexus 5X : ce qu'en pense la presse américaine

Notez bien que même en achetant ces deux téléphones en France – la version américaine du Nexus 6P n’est pas compatible avec les fréquences 800 MHz – vous ne pourrez pas profiter pleinement de ce réseau mobile, encore peu développé dans nos contrées, même s’il fonctionne beaucoup mieux sur des territoires tels que la Corée du Sud. Les trois opérateurs historiques Bouygues Telecom, Orange et SFR se sont lancés dans la course dès l’an dernier, avec des débits légèrement inférieurs (environ 223 Mbps chez Orange au maximum). Quant à Free Mobile, il teste depuis quelques semaines l’agrégation de porteuses sur les bandes 1800 MHz et 2600 MHz. De premiers résultats affichant du téléchargement dépassant les 160 Mbps ont déjà pu être observés début septembre.