Florent Stroppa travaille pour Voxmobili, la société française à l’origine de Phonebook2.0, l’une des applications lauréates de l’Android Developper Challenge.

Bonjour M. Stroppa. Comme à l’acoutumé, je vais vous demander de vous présenter à nos lecteurs en quelques mots.

Je suis actuellement Director of Product Management chez Voxmobili. J’ai volontairement utilisé le terme anglo-saxon car ce genre de poste est finalement assez rare en France. Il consiste à définir les produits, gérer la roadmap, organiser le travail des chefs de produit, des designers, des architectes et des responsables de développement. C’est un poste également assez commercial, je passe en effet la moitié de mon temps à rendre visite aux différents clients que nous avons à l’international. J’ai la chance de pouvoir présenter et vendre les produits dont je suis l’initiateur, comme par exemple le PhoneBook 2.0. J’ai également la chance de travailler avec des collaborateurs talentueux comme Alain Chebassier et Christelle Chauveau.

Pouvez-vous aussi nous présenter VoxMobili, cette entreprise dont on a finalement parlé qu’au moment de son rachat par OnMobile ?

Voxmobili est une société qui est effectivement restée silencieuse pendant assez longtemps malgré un certain succès commercial. Voxmobili a été créé en 2000 par Eric Vieillevigne et Nicolas Frattaroli. La société a commencé par lancer un service en ligne du nom de woozwoo. Ce service était en tout point similaire à celui de Plaxo. Le service n’a pas connu un énorme succès mais la technologie était plutôt bonne. Les fondateurs ont décidé alors de changer de stratégie et de vendre la solution aux opérateurs mobiles. Nous avons alors signé très rapidement nos premiers contrats avec Orange UK et at&t.

La solution Voxmobili de gestion de carnets d’adresse est actuellement déployée sur plus de 25 plateformes dans le monde. Certaines plateformes gèrent plusieurs millions d’utilisateurs avec des centaines de millions de contacts.


Nous avons déjà parlé de votre application (qui a remporté le premier tour de l’Android Developper Challenge) lors d’un récent article, mais peut-être que l’on peut rappeller rapidement le concept.

L’idée du PhoneBook 2.0 date d’au moins 2 ans. A l’époque, le produit n’était pas réalisable avec les technologies de l’époque. La situation est heureusement bien différente maintenant avec les plateformes Android et iPhone.

Le concept du PhoneBook 2.0 est de remplacer le carnet d’adresse existant des téléphones mobiles. Les fonctionnalités d’un carnet d’adresse standard sont assez limitées. L’utilisateur peut passer un appel, envoyer un message texte ou une photo. Dans le cas du Blackberry, il peut également envoyer un email.
Ce que nous proposons avec le PhoneBook 2.0, c’est un carnet d’adresse qui soit à la fois:

  • Un carnet d’adresse sécurisé : les contacts sont perpétuellement synchronisés et sauvegardés sur le réseau. L’utilisateur retrouve automatiquement ses contacts sur son nouveau téléphone.
  • Un carnet d’adresse contextuel : l’interface utilisateur se modifie en fonction du contexte.
  • Un carnet d’adresse social : l’utilisateur peut à la fois s’interconnecter avec les réseaux sociaux internet mais également. La plateforme se base sur des technologies ouvertes.

En terme de business model, de quoi s’agit-il ? Vente du service à l’opérateur ? Au client ?

Voxmobili est spécialisé dans la fourniture de produit « marque blanche » aux opérateurs mobiles. Le PhoneBook 2.0 ne déroge pas à la règle pour l’instant. Nous restons cependant flexibles et à l’écoute du marché.

Beaucoup de développeurs portent leur application Android sur l’iPhone, que pensez-vous du SDK d’Apple ? Peut-il réellement rivaliser avec Android ?

Le SDK d’Apple est excellent. Certains développeurs ne semblent pas être satisfaits mais nous trouvons qu’il est supérieur à la plupart des SDKs que nous avons eu entre les mains. Notre expérience est assez large, cela couvre Symbian, Windows Mobile, J2ME, BlackBerry. Le problème du SDK d’Apple c’est le choix de l’Objective-C, un language très bon, pointu mais malheureusement peu connu et donc rarement maîtrisé.
Le SDK Android nous semble donc être le meilleur.

Cependant si l’on compare les plateformes mobiles, c’est tout de même l’iPhone qui est au dessus de tout ce qui se fait actuellement.

J’avoue être étonné d’un avis si positif sur le SDK de l’iPhone. Le fait de ne pas pouvoir exécuter plus d’une application à la fois et de ne pas pouvoir la mettre en fond ne vous gêne pas dans vos développements ?

Le problème principal est de ne pas pouvoir mettre une application en tache de fond. Cependant, Apple n’est pas encore bien clair sur ce que cela signifie exactement. Il est évident que le fait de ne pas pouvoir tourner en tâche de fond rend problématique la réalisation de client d’Instant Messaging ou VoIP. De notre coté, cette problématique ne nous gène pas pour l’instant. En effet, il est possible de demander à l’OS de réveiller une application sur des événements particuliers.

Et en ce qui concerne le débat Java vs Android, quel est votre avis ?

Ce qui me semble particulièrement intéressant, c’est que l’on essaye de faire croire qu’il y a une seule plateforme Java contre un plateforme Android. En réalité, la plateforme Java J2ME est morcelée, il n’y a aucune garantie qu’une application tournant sur un Nokia fonctionne correctement sur un Motorola. En particulier, sur les applications comme les autres qui font appels à des API critiques comme la JSR-75.
Des tentatives comme MSA (Mobile Service Architecture) vont dans le bon sens mais on est vraiment très loin d’une plateforme unifiée.
La plateforme Android est quant à elle plus ouverte et plus puissante, elle permet notamment:

  • d’accéder à des données très utiles comme les SMS, MMS, CallLogs. Cela n’est toujours pas possible sur J2ME.
  • d’embarquer des composants comme une page Web ou une carte GoogleMaps directement dans les applications.

Quant au fait qu’Android utilise un VM Dalvik, c’est assez transparent pour le développeur d’application. C’est en réalité surtout une problématique entre Google et Sun.
Android compromet par contre, à mon avis, le succès de JavaFX mobile.

Et de Google, justement, ainsi que d’ailleurs des autres membres de l’OHA, qu’attendez-vous ? Du support, du service, ou le simple respect des promesses du SDK ?

Nous souhaitons que Google arrive à imposer Android comme une plateforme majeure au même titre que Symbian. Si Android est un succès, nous espérons également que Google ne laisse pas Android se décomposer en une multitude de variantes.

Enfin, comme à l’accoutumé, le mot de la fin vous est réservé :

Il est très excitant de travailler en ce moment dans le secteur des telecoms et en particulier dans les applications mobiles. Les nouveaux acteurs que sont Apple et Google transforment l’écosystème et forcent les acteurs établis à réagir. Les années qui viennent s’annoncent passionnantes et pleines de rebondissements.