L’événement qui a forcé HTC à suspendre les échanges d’actions est officiel : Google rachète une petite partie de l’entreprise.

Finalement, Google n’aura pas eu un appétit aussi vorace qu’escompté concernant le rachat de HTC. Alors que l’on pouvait imaginer un rachat complet de la division mobile du fabricant taïwanais, comme ce qui a pu arriver à Nokia et Motorola ces dernières années, il n’en sera rien.

Google renforce sa division hardware

Pour 1,1 milliard de dollars, Google a annoncé le recrutement d’une partie des employés de HTC : « Une équipe de talents va rejoindre Google », a déclaré Rick Osterloh, en charge du hardware chez Google.

Ces employés étaient déjà en relation avec le géant de Mountain View puisqu’il s’agit de l’équipe qui travaillait avec Google sur les smartphones de la gamme Pixel. Cela peut sembler étrange alors que le Google Pixel 2 XL n’est pas développé avec HTC, contrairement à la première génération, mais avec LG.

Cette acquisition comprend également une licence (non exclusive) d’exploitation des brevets d’HTC.

Avec cette acquisition, Google sera capable de se rapprocher d’un Apple, et concevoir plus d’éléments de ses futurs appareils en interne, au lieu de les sous-traiter. Les fans des produits Google peuvent se réjouir, c’est un signe fort que le groupe Alphabet veut investir davantage dans cette stratégie.

On imagine que Google en reparlera lors de sa conférence Ask More le 4 octobre, où la firme dévoilera de nombreux nouveaux produits.

Le Google Pixel 2 XL est développé avec LG, et non avec HTC.

HTC reçoit 1,1 milliard de dollars

De son côté, HTC continuera donc le développement de smartphones, mais aussi, et surtout, de produits pour la réalité virtuelle. Avec 1,1 milliard de dollars, le fabricant pourra investir dans sa division Vive. Le groupe déclare que « les meilleurs talents de l’industrie » sont déjà en train de travailler sur le prochain fleuron taïwanais.

HTC va pouvoir investir davantage dans sa division Vive

Un petit événement

C’est donc une petite acquisition qui semble positive pour les deux groupes, mais qui ne devrait pas chambouler le marché mobile dans les mois à venir.