Carl Pei, le PDG de OnePlus One, est présent à Las Vegas, pour le CES 2015. Il en profité pour donner quelques interviews et revenir à la fois sur l’année passée et les projets de 2015 de OnePlus.

OnePlus

Carl Pei s’est notamment entretenu avec le site américain PCWorld, qui lui a posé des questions sur les projets de la jeune marque chinoise pour 2015. La première information intéressante à retenir de cet entretien, c’est que le OnePlus Two (le nom supposé du successeur du OnePlus One) devrait être disponible dans moins de 6 mois. Ce qui n’est pas franchement une surprise, puisque OnePlus avait déjà annoncé par le passé travailler activement au successeur du OnePlus One. Plus intéressant encore, OnePlus travaille actuellement sur un deuxième appareil. Carl Pei le décrit ainsi :

Je pense que ça va être un téléphone destiné à un autre public. Peut-être pour ceux qui préfèrent le design aux performances.

Serait-ce le mystérieux OnePlus One Mini dont certaines rumeurs parlaient l’année dernière ? Difficile à dire. Le reste de l’interview accordée à PCWorld est également intéressant à lire. Carl Pei revient rapidement sur l’année 2014 telle qu’elle s’est passée chez OnePlus. On apprend ainsi que OnePlus ne s’attendait pas à rencontrer un tel succès, particulièrement sur les marchés occidentaux. « Pour faire simple, nous n’étions pas prêts pour ce qui allait se passer. Nous pensions que la première année, toutes nos demandes proviendraient de Chine ». Et d’expliquer que OnePlus prévoyait initialement de vendre entre 30 000 et 50 000 OnePlus One, ce qui a forcé l’entreprise chinoise à mettre en place un système d’invitation. Un chiffre explosé en novembre 2014 avec des ventes qui ont franchi la barre du million.

Carl Pei explique également que ce même système d’invitation sera de nouveau mis en place pour le lancement des prochains appareils de la marque. La raison invoquée est la petitesse et la fragilité financière de OnePlus. Comme les marges sur chaque smartphone vendu sont très minces, la petite société ne désire pas produire trop d’exemplaires afin de limiter les risques. Carl Pei ne le précise pas, mais c’est également un formidable moyen d’amener de la frustration et donc de la demande.