Introduction

Sony n’a pas totalement abandonné l’entrée de gamme. Après un Xperia L1 qui ne s’était pas vraiment fait remarqué, le constructeur japonais relance avec son Xperia L2. Avec sa nouvelle batterie plus conséquente et son design typique de la marque, peut-il se démarquer sur un segment toujours plus concurrentiel ? Voyons cela.

Fiche technique

Modèle Sony Xperia L2
Version de l'OS Android 7.1 Nougat
Interface Xperia UI
Taille d'écran 5,5 pouces
Définition 1280 x 720 pixels
Densité de pixels 267 ppp
SoC MT6737T à 1,5GHz
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Mali-T720MP2
Mémoire vive (RAM) 3 Go
Mémoire interne (flash) 32 Go
MicroSD Oui
Appareil photo (dorsal) 13 Mégapixels
Appareil photo (frontal) 8 Mégapixels
Enregistrement vidéo 1080p
Wi-Fi Oui
Bluetooth 4.2 + A2DP + LE
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7)
SIM 2x nano SIM
NFC Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Géolocalisation Oui
Batterie 3300 mAh
Dimensions 150 x 78 x 9,8 mm
Poids 178 grammes
Couleurs Rose, Noir, Or
Prix 169€
Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un smartphone prêté par la marque.

Design

Quiconque connaît déjà les téléphones Sony ne sera pas choqué par le design de ce L2, particulièrement en ayant déjà connu le Xperia L1 juste avant. Le téléphone est toujours assez massif en main, mais avec des bords très arrondis qui facilitent sa préhension. Reste que nous avons affaire là à un grand gabarit, c’est indéniable.

La face avant du téléphone est majoritairement occupée par son grand écran 5,5 pouces. Sony oblige, on retrouve toujours une très grande bordure sur le bas du téléphone qui n’est pas vraiment utilisée sur ce modèle, en prime d’une bordure supérieure qui intègre l’appareil photo avant ainsi que les habituels capteurs de proximité et de luminosité. Le haut-parleur d’écoute est caché dans la tranche supérieure.

Au dos, on retrouve le capteur photo principal situé en haut bien au centre affublé de son simple flash LED. En dessous de celui-ci, placé à l’horizontale, mais bien séparé du capteur, se situe le capteur d’empreintes à la forme arrondie. Le logo Xperia se place dans le prolongement de tout cela, mais reste très discret en adoptant une couleur proche de l’ensemble.

Sur la tranche gauche, on retrouve la trappe destinée à accueillir la carte SIM et la carte SD. Sur la gauche, nos fidèles boutons de volume et de verrouillage. La prise jack se situe sur le haut de l’appareil, le bas étant dédié au port USB type C et au haut-parleur.

Difficile de voir un grand changement pour Sony sur ce Xperia L2 qui continue bille en tête sur ses lignes. Cela le fait ressortir du lot pour sûr, mais pas nécessairement pour les bonnes raisons : sur cette tranche de prix, les concurrents font des téléphones plus fins et ont incorporé le ratio 18:9 désormais.

S’il n’est pas désagréable en soi, il est tout simplement… vieillissant, épais et contraignant. Le nouveau coloris Or est malgré tout réussi, et sa prise en main en mode paysage est très bonne.

Écran

Comme nous le disions précédemment, le Xperia L2 dispose d’un écran LCD d’une diagonale de 5,5 pouces au ratio 16:9. Cette dalle n’est compatible qu’avec une définition HD en 1024 x 720 pixels.

À l’utilisation, on remarque d’emblée que la dalle ne semble pas particulièrement lumineuse avec une mesure à 383 cd/m². Mais surtout, celle-ci est loin d’être vive : un voile blanc semble être affiché en permanence au-dessus de l’image, rendant les couleurs très ternes et pas particulièrement attirantes quand bien même elles semblent relativement bien calibrées. Le contraste est en berne à 1007:1.

Le plus grand défaut de l’écran reste sa bordure. Se rajoute en effet à la bordure naturelle du téléphone un cadre noir qui donne la sensation dérangeante que la dalle est très éloignée du verre. On est loin de ce qui se fait actuellement sur ce segment. Sony ne vous laisse qui plus est que modifier la balance des couleurs et n’offre pas d’autres calibrages d’usine.

Logiciel

Petite déception sur l’aspect logiciel, le Xperia L2 ne profite d’entrée de jeu que d’Android 7.1.1 Nougat couplé à l’interface Sony habituelle. C’est bien dommage, d’autant plus que les Xperia XA2 présentés du même temps disposent eux d’Android 8.0 Oreo. Le patch de sécurité installé à date de ce test est celui de janvier 2018.

L’interface Sony n’a toujours pas changé sur ce modèle et conserve donc autant ses forces que ses faiblesses. On notera en force un moteur de thèmes et une personnalisation générale poussée, en prime de l’inclusion du volet Google Now sur son accueil. Le constructeur japonais reste toujours assez proche d’Android stock dans l’esprit.

En faiblesse, on notera surtout comme cette interface reste bloquée dans le passé. Alors que le launcher Android de base a beaucoup évolué, celui de Sony reste très similaire à ce qui se faisait il y a trois/quatre ans sans rien proposer de plus. Il serait temps de se retrousser les manches et de suivre les évolutions de la plateforme : les concurrents le font, eux.

Sony a également toujours tendance à installer par défaut des applications publicitaires type Amazon Kindle ou AVG Protection. Pire encore : celles-ci ne peuvent pas être désinstallées, seulement désactivées. Il pousse encore quelques unes de ses applications comme Dessin ou Actualités par défaut qui n’ont jamais vraiment réussi à conquérir les utilisateurs et sont bien dépassées face à ce qu’il se fait sur le Play Store : là encore, on désactivera bien vite.

Performances

Pour ce qui est de la puissance brute, le Sony Xperia L2 est équipé d’un SoC MT6737T qui dispose d’un processeur 4 cœurs supportant une cadence maximale de 1,5 GHz ainsi qu’un GPU Mali-T720 MP2. Tout ceci est couplé à 3 Go de RAM.

Sur le papier, cette configuration n’a pas vraiment de quoi nous faire rêver, même sur de l’entrée de gamme. D’ordre général, les processeurs Kirin et Snapdragon font bien mieux…

C’est exactement ce que l’on retrouve à l’utilisation. Si l’expérience est relativement fluide au quotidien, le téléphone subit quelques accrochements çà et là qui demandent de faire preuve d’un peu de patience. Quand on veut faire vite et bien, c’est frustrant.

La même expérience se retrouve en jeu. On constate sur Arena of Valor en réglage moyen un framerate tentant de rester stable à 30 FPS, mais restant surtout en moyenne à 28 FPS. Dans les faits, on subit souvent des drops secs nous convaincant très vite de revenir à un réglage faible, graphiquement peu travaillé, mais bien plus stable.

Or, à ce prix, d’autres téléphones font bien mieux. Sans être des monstres de puissance, ils arrivent à offrir une expérience fluide et équilibrée : ici, on sent le goulet d’étranglement. Le téléphone sait au moins rester froid même sur de longues sessions.

Appareil photo

Le Sony Xperia L2 s’équipe d’un capteur dorsal de 13 mégapixels à objectif ouvrant en f/2.0. Il s’agit-là donc d’un capteur s’inscrivant dans la moyenne de ce qu’il se fait actuellement sur le marché.

Ses performances sont toutefois très bonnes en plein jour. On remarque d’entrée de jeu, comme c’est souvent le cas sur les smartphones Sony, que l’équilibre des couleurs est bien respecté avec un bon contraste qui plus est. Le piqué de l’image est dans l’ensemble très bon, même si les éléments d’arrière plan se dégradent assez vite.

Dans l’ensemble tout de même, ce capteur remplit bien son office. Sur cette gamme de prix, c’est souvent l’élément qui est le plus dégradé : ici, il est satisfaisant. On notera tout de même une vitesse d’obturation assez lente forçant à bien rester immobile pour conserver une netteté correcte, particulièrement lorsque l’on tente de capturer un sujet proche de soi.

En condition de basse luminosité, le piqué de l’image en prend un sacré coup et le bruit apparaît très vite. Surtout, le capteur aura tendance à trop forcer la luminosité ou trop assombrir l’image, au détriment de la cohérence de l’ensemble. Reste que les couleurs sont bien conservées.

À la tombée de la nuit, le capteur s’essouffle et abandonne. S’il rend toujours une photo correcte sur un plan large, agréable si l’on ne se penche pas trop dessus, c’est loin d’être le cas sur des plans rapprochés où le bruit est si présent qu’il déforme le sujet. C’est honnêtement attendu sur ce type d’appareil.

Le capteur photo avant dispose de 8 mégapixels et d’un objectif ouvrant en f/2.4. Autant dire qu’on ne l’attend pas au tournant en basse luminosité, mais son grand-angle de 120° devrait être plus qu’apprécié, bien que la distorsion des coins de la capture est très marquée.

Effectivement, dans la pratique… le capteur ne brille pas en basse luminosité, loin de là. Le cliché est blindé de bruit, ce qui ne le rend pas très agréable à l’œil. En conditions normales, les couleurs ont tendance à être un peu délavées par rapport à la réalité. Reste que ce grand-angle est très amusant à l’utilisation.

Réseau et communications

Le Sony Xperia L2 est compatible avec la majorité des bandes importantes pour la 4G en Europe, à savoir : 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3) et 2600 MHz (B7). La 700 MHz est cependant absente, mais c’est souvent le cas sur cette tranche de prix : on ne lui en tiendra pas rigueur donc.

En appel, le micro de réduction de bruit fait très bien son travail et la qualité d’écoute est très bonne. Pour ce qui est du GPS, on constate que l’accroche est relativement rapide… mais que la boussole n’est pas son fort par défaut et perd souvent le nord. Mieux vaudra faire attention à sa direction avant de se diriger à l’aide de ce smartphone.

Autonomie

Le Sony Xperia L1 n’avait qu’une batterie de 2620 mAh qui ne l’avait pas aidé à se démarquer sur le terrain de l’autonomie. Passé à une batterie de 3300 mAh, le Xperia L2 devrait lui offrir bien mieux que cela.

Sur notre test Viser, ce n’est pas forcément le cas. En terminant sa course à 7 heures et 21 minutes, le Xperia L2 se place dans la moyenne constatée sur la nouvelle génération de smartphones d’entrée de gamme de l’année. Le champion en titre de l’entrée de gamme, le Moto G5S et son Snapdragon 430, est toujours loin d’être battu.

Test d'autonomie Viser
  • Xperia L2 : 441
  • Honor 9 Lite : 401
  • Huawei P Smart : 424
  • Moto G5S : 701

À l’utilisation, on retrouve la même tendance. Le Xperia L2 tiendra bien une journée sans trop forcer, mais ne fera pas de merveilles sur le plan de l’autonomie. De plus, il ne dispose pas de la recharge rapide et ne gagne que 22 % de batterie en 30 minutes.

Notons que le Xperia L2 profite de la technologie Qunovo qui vient maîtriser en douceur la recharge de la batterie afin d’en optimiser la durée de vie. Il dispose également du mode Stamina qui permet de gagner en autonomie en cas de coup dur, quitte à sacrifier certaines fonctions.

Galerie photo

Prix et date de sortie

Le Sony Xperia L2 est d’ores et déjà disponible en France au prix conseillé de 229 euros. Il est sorti en trois coloris : noir, or et rose. A ce prix, on conseillerait plutôt un Honor 9 Lite ou un Huawei P Smart.

Test Sony Xperia L2 Le verdict

design
6
Sony continue sur sa lancée avec des téléphones très épais et très arrondis, toujours au format 16:9 avec de grosses bordures. Une formule qui était passable auparavant, mais est désormais très en retard sur la concurrence.
écran
5
L'écran du Xperia L2 ne brille pas par ses capacités. Si son taux de luminosité est satisfaisant, l'image manque de contraste et sa définition en 720p est aujourd'hui dépassée depuis bien longtemps.
logiciel
6
Le Sony Xperia L2 est livré sous Android 7.1.1 Nougat et l'interface classique du constructeur japonais. D'autres concurrents au même prix sont déjà passés à Oreo d'entrée de jeu et leur interface permet bien plus que celle fournit ici qui reste très sommaire. À minima, Sony reste très proche d'Android AOSP.
performances
6
Le MediaTek MT6737T est loin d'être un point fort de ce téléphone. Si l'expérience reste relativement fluide, des petits accrocs frustrants apparaissent çà et là qui rendent le tout crispant. Son manque de stabilité en jeu est également agaçant.
caméra
6
Le capteur dorsal du Xperia L2 est capable de fournir de très belles photos avec des conditions parfaites, mais sa vitesse d'obturation forçant à rester très immobile ne le rend pas forcément très viable. Ses performances se dégradant très rapidement sorties d'un contexte parfait, il reste un bon appareil photo... mais pas à la hauteur de ses concurrents.
autonomie
7
Le Sony Xperia L2 n'est pas particulièrement endurant ni particulièrement mauvais : il se contente de rester dans la moyenne de ce qui se fait sur cette gamme de prix. Au moins dispose-t-il de la technologie Qunovo qui permet d'améliorer l'endurance d'une batterie.
Note finale du test 5/10
Le Sony Xperia L2 propose sur l'entrée de gamme en 2018 un design vieillissant et très épais avec d'énormes bordures. S'il n'est pas désagréable à utiliser, il est loin d'être dans les canons de ce qu'il se fait actuellement et ne transforme pas son grand format en atout. Le pire est qu'il intègre une dalle 16:9 en définition 720p qui est aujourd'hui véritablement à la traîne face à sa concurrence.

Le SoC MediaTek le propulsant est lui aussi décevant puisque ne réussissant pas à rester stable face à sa concurrence directe. Ses capteurs photo sont bons, mais pas meilleurs que les autres et sa lenteur perceptible à la capture le rend un brin plus frustrant que les autres à utiliser.

Ajoutez à cela une autonomie dans la moyenne, et vous avez le Xperia L2 : un téléphone banal, ni bon ni mauvais, dont l'offre n'est pas à la hauteur de ses concurrents ayant réussi à se démarquer sur certains grands aspects. On recommandera plutôt le Honor 9 Lite à ce prix.
  • Points positifs
    • Interface proche d'Android AOSP
    • Haut-parleurs bien placés
    • Port USB type C
  • Points négatifs
    • Dalle 720p mal calibrée
    • Design vraiment vieillot
    • Mediatek à la traîne