Introduction

Sony commercialise le Xperia 5, un smartphone doté d’une fiche technique digne d’un haut de gamme et du format 21:9, si particulier. Découvrez notre avis dans notre test complet.

Sony Xperia 5

Sony Xperia 5

Sony est toujours dans la course. Pour cette fin d’année 2019, le fabricant propose un nouveau smartphone haut de gamme intégrant un écran 21:9, un Snapdragon 855, un triple module photo à l’arrière et une batterie de 3 140 mAh. Le tout pour la coquette somme de 799 euros. Face à lui se présentent les Samsung Galaxy S10, Huawei P30 ou même l’iPhone 11, déjà installés depuis quelques mois pour certains d’entre eux. Le Xperia 5 peut-il prétendre faire de l’ombre à ces derniers ?

Fiche technique

Modèle Sony Xperia 5
Version de l'OS Android 9.0
Interface constructeur Xperia UI
Taille d'écran 6.1 pouces
Définition 2520 x 1080 pixels
Densité de pixels 449 ppp
Technologie OLED
SoC Snapdragon 855
Puce Graphique (GPU) Qualcomm Adreno 640
Mémoire vive (RAM) 6 Go
Mémoire interne (flash) 128 Go
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 12 Mpx
Capteur 2 : 12 Mpx
Capteur 3 : 12 Mpx
Appareil photo (frontal) 8 Mpx
Enregistrement vidéo 4K
Wi-Fi Wi-Fi 5 (ac)
Bluetooth 5.0
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28)
NFC Oui
Capteur d'empreintes Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Batterie 3140 mAh
Dimensions 68 x 158 x 8.2mm
Poids 164 grammes
Couleurs Noir, Blanc, Rouge, Bleu
Prix 799€
Fiche produit

Ce test a été réalisé avec un smartphone prêté par Sony.

Un agréable format

Peut-être vous souvenez-vous de l’étrange format du Xperia 1, un 21:9 dans un imposant boîtier. Avec le Xperia 5, nous retrouvons le 21:9, mais Sony semble avoir compris que ce dernier n’a pas besoin d’être alourdi par de larges bordures. Très allongé, il tient cependant parfaitement bien en main. L’écran recouvre davantage de surface que sur son prédécesseur et profite d’un poids plume. N’ayons d’ailleurs pas peur des mots : suite à la surprise de son originalité, ce smartphone se trouve très agréable à manipuler.

Sony Xperia 5 de face

Un design tout en hauteur

Les bordures supérieures et inférieures, en symétrie, sont néanmoins toujours là : la signature habituelle de Sony. À l’arrière, un triple module photo se place à la verticale dans le coin en haut à gauche. Les noms de Sony et Xperia se remarquent sur ce dos de verre brillant qui n’est pas immunisé contre les traces de doigts, bien au contraire. La couleur rouge apporte une certaine élégance au terminal, mais ça, il s’agit avant tout d’une affaire de goût. Il est cependant bon de voir que certains smartphones arrivent encore à se démarquer au premier coup d’œil en 2019.

Sony Xperia 5 de dos

Le dos arrive encore à se démarquer un peu

La tranche droite de l’appareil abrite de nombreux boutons. Tout en haut sont intégrés ceux pour le réglage audio. Juste en dessous se logent le capteur d’empreintes, puis la touche de mise en tension/verrouillage/déverrouillage du mobile. Enfin, une dernière touche tout en bas permet de déclencher l’appareil photo. Un côté donc chargé, qui aurait gagné à se débarrasser de quelques boutons et sur lequel on s’emmêle souvent les pinceaux. D’autant plus que celui de la caméra se positionne un peu trop en bas pour être facilement attrapé.

Tranche droite du Sony Xperia 5

La tranche est très chargée

Le bord gauche accueille un tiroir à cartes, capable d’activer simultanément deux cartes Nano SIM ou une Nano SIM et une micro SD. La partie inférieure quant à elle héberge un micro, un port USB Type-C et une grille de haut-parleurs.

4K, tu ne nous manqueras pas

Le constructeur japonais a fait le choix d’une dalle OLED de 6,1 pouces affichant une définition de 2 520 x 1 080 pour une résolution de 450 ppp. Il n’y a donc pas d’écran 4K cette fois-ci. Une absence qui ne choque pas véritablement compte tenu de son utilité limitée, si ce n’est pour la VR. La température des couleurs monte à 7952 K. Résultat : le blanc a tendance à tirer sur le bleu ce qui donne un rendu un peu froid.

L’écran couvre 140 % du spectre sRGB et 93 % du spectre DCI-P3, autant dire que c’est digne de certains des meilleurs smartphones du moment en termes de reproduction des couleurs. L’OLED, lui, offre l’avantage d’un contraste infini. Sa luminosité maximale grimpe timidement à 350 cd/m² sous notre sonde, mais OLED oblige, il atteint des pics quand cela est nécessaire pour maintenir une bonne lisibilité même sous le soleil.

Clip de Deutschland par Rammstein Sony Xperia 5

Du contenu 21:9 sans bandes noires

Au quotidien, l’écran 21:9 donne l’impression d’avoir un grand écran sans que celui-ci ne soit trop massif. C’est agréable à utiliser et c’est un bonheur pour la consommation de fichiers multimédia, comme les films, souvent pensés dans ce format à l’origine.

Android quasi stock

Le Xperia 5 fait tourner Android 9 Pie dans une version presque stock. Sony a depuis un moment lâché son interface maison pour quelque chose de plus discret. Lors du premier démarrage, la marque propose l’installation de quelques applications supplémentaires. Un choix plutôt bienvenu qui ne vient donc pas alourdir dès le départ le logiciel.

Les habitués et les amoureux d’Android ne peuvent pas être dépaysés, l’appareil ne s’encombre d’aucune frivolité et respecte l’organisation de l’OS de Google. Les bords de l’écran ouvrent un menu flottant affichant des prédictions d’applications et quelques raccourcis. Un nouveau geste à apprendre qui peut s’avérer pratique à utiliser. Pour atteindre le tableau de notifications, il suffit d’un glissement de doigt n’importe où sur l’écran. Un plus pour un si long format.

Enfin, ajoutons que le jeu Fortnite est préinstallé, ce qui évitera aux fans du battle royale d’avoir à en télécharger l’APK.

Notons qu’à ce jour, le dernier correctif de sécurité Android est celui d’octobre 2019, le dernier en date. Avec Sony, il y a peu de soucis à se faire quant au suivi des mises à jour de sécurité, c’est généralement un bon élève.

Un smartphone puissant

Sous le capot, ce nouveau Xperia embarque sans surprise un Snapdragon 855 en guise de SoC. Celui-ci est couplé à 6 Go de RAM. Il fait preuve d’une grande fluidité au quotidien et il exécute sans sourciller la grande majorité des tâches que nous pouvons lui demander. Les résultats aux benchmarks nous montrent par ailleurs qu’il tient la route et fait même un peu mieux que la concurrence.

  Sony Xperia 5 Samsung Galaxy S10 Apple iPhone 11 OnePlus 7 Pro Huawei P30 Pro (perf ON)
SoC S855 Exynos 9820 Apple A13 S855 Kirin 980
AnTuTu 7.x 426 490 316 966 424 355 373 182 315 754
PCMark 2.0 8 926 7 781 nc 9 744 9 173
3DMark Slingshot Extreme 5 279 4 357 4 664 5 577 4 243
3DMark Slingshot Extreme Graphics 6 350 5 260 6 127 6 228 4 374
3DMark Slingshot Extreme Physics 3 319 2 752 2 540 4 084 3 841
GFXBench Aztec Vulkan/Metal high (onscreen / offscreen) 22 / 16 FPS 20 / 16 FPS 60 / 29 FPS 15 / 16 FPS 16 / 13 FPS
GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen) 34 / 42 FPS 37 / 39 FPS 60 / 60 FPS 21 / 42 FPS 29 / 33 FPS
GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen) 42 / 59 FPS 58 / 86 FPS 60 / 156 FPS 55 / 101 FPS 59 / 89 FPS
Lecture / écriture séquentielle 757 / 201 Mo/s 815 / 194 Mo/s nc 1 436 / 388 Mo/s 903 / 232 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire 36,7k / 5,9k IOPS 35,5k / 6,3k IOPS nc 43k / 7,2k IOPS 43,4k / 66k IOPS

Sur un jeu comme Arena of Valor, le Xperia 5 affiche 60 fps quasi constant avec quelques petites chutes à 59 fps. L’expérience de jeu est agréable et fluide, l’appareil ne semblant pas souffrir de faire tourner des jeux 3D gourmands et n’aura aucun mal à suivre vos parties de Fortnite ou de CoD Mobile par exemple.

Le seul hic, c’est qu’il a tendance à rapidement chauffer sur l’ensemble de la face arrière. Sans devenir impraticable non plus, cela peut provoquer un peu de gêne pendant une partie et montre une limite de l’utilisation du SoC de Qualcomm.

Une triple caméra

Côté photo, nous retrouvons la même organisation que celle du Xperia 1, à savoir trois caméras de 12 mégapixels. Le triple module photo se compose d’un capteur principal ouvrant à f/1,6, un deuxième capteur doté d’un objectif très grand-angle ouvert à f/2,4 et enfin, un troisième capteur surmonté d’une optique à f/2,4.

Le triple module photo du Sony Xperia 5

Le triple module photo

Avec le premier capteur, les clichés se montrent relativement satisfaisants… quand la scène le permet. Attention aux zones trop baignées de lumière, le risque de surexposition est accru. Mis à part cela, les photos ne manquent pas de piqué, avec une bonne reconstitution des détails et effets de textures. Nous regrettons cependant un contraste parfois trop prononcé et la présence d’un léger bruit électronique même de jour, en extérieur.

De nuit nous assistons à une baisse de détails par rapport aux clichés pris en hautes lumières. Les sources lumineuses sont mal gérées et laissent apparaître des halos assez grossiers. Les photos profitent d’un traitement logiciel qui tente de donner un peu plus de lumière aux scènes, mais cela n’offre pas toujours un bon résultat.

Le très grand-angle s’encombre d’une forte présence de bruit. Les détails et la variété des couleurs sont moins nombreux qu’avec ce que propose le capteur principal. Aussi, nous observons des déformations à la « fish eye » sur les bords de l’image.

Pour les portraits, le Xperia 5 déçoit. Même s’il réussit assez bien à détourer le visage, le reste du sujet est souvent passé à la trappe. Les couleurs sont blafardes et le bruit pollue la qualité de l’image. Ce n’est pas avec lui que vous prendrez de jolis portraits.

Sony Xperia 5 - mode portrait

En mode portrait, ça manque de finesse

La caméra avant et ses 8 mégapixels profite d’un éditeur de selfies pour améliorer et personnaliser les autoportraits. Malheureusement, le rendu n’offre rien de très naturel. L’effet peau lisse efface les moindres détails du visage et le détourage fait quelques erreurs, notamment du côté des mèches de cheveux.

Réseaux et Communication

Le smartphone de Sony est compatible avec l’ensemble des bandes de fréquences 4G françaises. Il dispose d’une connexion Bluetooth 5.0 et NFC. Pour le GPS, rien à dire, la boussole se repère aisément dans la ville. Vous pouvez lui faire confiance pour vos itinéraires !

Autonomie

Notre test d’autonomie personnalisé SmartViser révèle une endurance de 8h02. Un score parmi les plus faibles que nous avons enregistré à ce jour, ce qui est très décevant pour le gabarit du téléphone. Sa batterie de 3 140 mAh lui permet de tenir une journée maximum avec une utilisation un peu intensive et ne dépassera pas la journée et demie dans le reste du temps.

Il lui faut environ une heure et demie pour retrouver 100 % de batterie avec le chargeur de départ fourni par la marque.

Prix et Disponibilité

Le Sony Xperia 5 est commercialisé au prix de 799 euros. Disponible un peu partout, il existe en différents coloris : noir, rouge, gris et bleu.

Galerie Photo

Test Sony Xperia 5 Le verdict

design
8
Le format tient parfaitement dans le creux de la main. Seul bémol, la disposition des boutons qui gâche un peu l'expérience.
écran
7
Son écran reste perfectible. Il profite de l'OLED pour un contraste infini, mais il manque un peu de chaleur dans les couleurs.
logiciel
8
Sony reste très discret sur la partie logicielle, nous rapprochant un peu d'un Android Stock. Nous aurions aimé un peu plus d'éléments de personnalisation comme le calibrage de l'écran par exemple.
performances
9
Le Xperia 5 est un smartphone très performant, digne de n'importe quel haut de gamme. Il fait tourner les applications et jeux les plus gourmands sans problème. Mais il chauffe assez rapidement, en contrepartie.
caméra
7
Petite déception du côté de la photo. On observe du bruit même en hautes lumières et le très grand-angle peine à faire illusion.
autonomie
6
Côté batterie, le Xperia 5 ne fait pas des miracles, surtout si vous avez une utilisation intensive du téléphone.
Note finale du test 7/10
Sony nous livre ici une bonne révision de son Xperia 1. Toutes les caractéristiques haut de gamme d'un smartphone de 2019 dans un format 21:9 moins imposant. Finalement, en réduisant les dimensions du boîtier, nous nous retrouvons presqu'avec un smartphone compact. Le Xperia 5 est vraiment agréable à tenir en main. Dommage que la répartition des boutons ne soit pas plus équilibrée.

Si vous êtes à la recherche d'un haut de gamme avec un format un peu spécial et puissant, le Xperia 5 pourrait vous convenir. Mais attention, il ne faudrait pas être trop pointilleux sur la photo, ni regardant sur la batterie.
Points positifs
  • Son format 21:9 pas trop imposant
  • De hautes performances
  • Proche d'Android Stock
Points négatifs
  • Le placement des boutons
  • La partie photo en retrait
  • Un écran perfectible
  • La batterie un peu trop faiblarde