Introduction

Sony a décidé d’attaquer l’année 2019 avec trois smartphones utilisant un écran 21:9. Nous avons testé le Xperia 10 Plus, au centre de cette nouvelle gamme. Que vaut ce smartphone à l’écran peu orthodoxe ? Voici notre avis complet.

Fiche technique

Modèle Sony Xperia 10 Plus
Version de l'OS Android 9.0
Interface constructeur Xperia UI
Taille d'écran 6.5 pouces
Définition 2520 x 1080 pixels
Densité de pixels 422 ppp
Technologie IPS LCD
SoC Snapdragon 636
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Adreno 509
Mémoire vive (RAM) 4 Go
Mémoire interne (flash) 64 Go
MicroSD Oui
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 12 MP
Capteur 2 : 8 MP
Appareil photo (frontal) 8 MP
Enregistrement vidéo 4K
Bluetooth 5.0 + ADP + aptX + LE
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28)
NFC Oui
Capteur d'empreintes Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Géolocalisation Oui
Batterie 3000 mAh
Dimensions 73 x 167 x 8.3mm
Poids 180 grammes
Couleurs Bleu, Noir, Argent, Or
Prix 397€
Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un smartphone fourni par la marque.

Notre avis en vidéo

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Design tout en longueur

Depuis plusieurs mois, le marché du smartphone a renoué avec l’innovation en matière de design. Les fabricants lancent tour à tour des smartphones à slider ou pliables. De son côté, Sony fait le pari d’un nouveau format d’écran, le 21:9. On reviendra tout au long de ce test sur les spécificités de cet écran. Pour l’heure, discutons de son intégration au design du Xperia 10 Plus.

L’écran du smartphone occupe l’essentiel de la face avant, avec une bordure plus prononcée au-dessus qui cache la caméra, le haut-parleur et la LED de notification. Les tranches et le dos sont faits d’une même pièce en plastique à l’exception du port USB Type-C entouré par deux grilles sous le téléphone, qui repose sur une autre pièce.

On peut également noter la présence d’un port jack 3,5mm au-dessus de l’appareil, et de trois boutons sur la tranche droite, accompagnés par un lecteur d’empreintes. Ce dernier tombe sous le pouce de la main droite, ou l’index de la main gauche, aucun problème avec son positionnement donc. En revanche, les boutons d’alimentation et de contrôle du volume ressortent à peine du téléphone, les rendant difficilement détectables au toucher dans le noir.

Je trouve le plastique choisi par Sony assez peu gracieux, notamment au toucher avec une impression bas de gamme. Pour autant, il semble plutôt bien résister aux rayures et aux traces de doigts. Le revêtement mat utilisé permet surtout d’empêcher le téléphone de trop facilement glisser, le smartphone est donc agréable à tenir en main et j’ai pu l’utiliser aussi bien avec une seule main que deux, car le téléphone est certes long, mais pas trop large, comparé aux autres smartphones que j’ai pu tester.

Écran brillant

L’écran IPS LCD du Xperia 10 Plus est la pièce maîtresse du smartphone, avec son format 21:9 impressionnant. Sa diagonale est de « 6,5 pouces », mais ça ne veut pas dire grand-chose avec ce format. Le fabricant ne précise pas la technologie utilisée, mais à l’œil nu, l’écran Full HD+ flatte la rétine.

Le test à la sonde confirme les bonnes prestations de l’écran avec une luminosité maximale à 550 cd/m² pour un contraste plutôt correct de 1300:1. Les couleurs tirent vers le bleu, avec une température moyenne des couleurs à 8500K. Heureusement il est possible de régler assez finement les couleurs dans les options d’affichages du smartphone. J’ai toutefois noté que l’écran était sensible aux reflets de lumière, au soleil notamment, ce qui limite sa lisibilité même avec la luminosité au maximum.

Le logiciel manque un peu d’adaptation

Le Sony Xperia 10 Plus tourne sous Android 9.0 Pie avec les mises à jour de sécurité de février 2019. Le smartphone intègre une interface développée par Sony, qui se base essentiellement sur celle de Google avec l’ajout de quelques applications, et quelques fonctions supplémentaires. Cela en fait une très bonne interface, qui s’intègre bien à Android, ne dénature pas le travail de Google, et permet de garder une harmonie avec les applications du Play Store.

Tous les ajouts de Sony sont bienvenus, et complètent très bien les lacunes de l’Android tel qu’il est pensé par Google. Certaines applications sont développées par le constructeur (Téléphone, Contacts, E-mail, Album et Musique), d’autres sont celles de Google (Messages, Fichiers, calculatrice), mais la marque japonaise n’a jamais fait l’erreur de créer des doublons. Mentionnons également la préinstallation de certaines applications tierces comme Facebook, Netflix ou Swiftkey, qui sont impossibles à désinstaller. Au premier lancement du téléphone, Sony propose d’ailleurs d’en installer d’autres, mais c’est heureusement optionnel.

Une adaptation à l’écran 21:9 en demi-teinte

Malheureusement, le téléphone n’intègre pas d’options particulières qui tirent parti de l’écran 21:9 du smartphone. Les applications Android ont la faculté de s’adapter à l’écran de l’appareil, mais on aurait aimé plus de réglages système, permettant de mieux utiliser le partage d’écran ou le mode Picture-In-Picture qui s’y prête particulièrement. Par exemple, Netflix n’est toujours pas compatible avec l’écran partagé proposé nativement par Android.

Heureusement, si le contenu est 21:9, l’application n’a pas besoin de s’adapter. C’est par exemple le cas de la plupart des films sur Netflix, ou de certaines vidéos ou bandes-annonces sur YouTube. De même, l’écran 21:9 s’adapte très bien aux services utilisant des timelines comme Twitter ou Facebook, ou encore un site d’actualité comme FrAndroid.

L’écran 21:9 pousse à utiliser l’affichage de deux applications sur Android

Dans l’ensemble, je n’ai jamais vraiment vécu de moment où l’écran 21:9 devenait handicapant ou un défaut du téléphone à l’usage. J’ai au contraire été séduit par le format choisi par Sony et ce qu’il apportait à la navigation au quotidien sur smartphone. Si ce format devenait plus populaire, nul doute que les applications et le partage d’écran seraient mieux adaptés.

Performances en retrait

Le Sony Xperia 10 Plus intègre un Qualcomm Snapdragon 636 avec 4 Go de RAM et 64 Go de stockage eMMC extensible par micro SD. Pour un smartphone vendu à ce prix, on attendait clairement mieux. D’autant qu’à l’usage, le smartphone a quelques problèmes de performances. J’ai noté à plusieurs reprises des ralentissements, par exemple en passant d’une application à une autre ou en tentant d’utiliser le Pictures-In-Pictures. C’est peut-être l’un des points qui m’a le plus déçu dans mon expérience avec le Xperia 10 Plus, la fluidité n’était pas assez souvent au rendez-vous, même en dehors d’applications gourmandes.

  Sony Xperia 10 Plus Nokia 8.1 Honor Play Sony Xperia XA2 Ultra
SoC Snapdragon 636 Snapdragon 710 Kirin 970 Snapdragon 630
Antutu 7 117 897 170 113 208 573 88 925
PCMark 2.0 6091 7 056 7 509 4 990
3DMark Sling Shot Extreme 944 1 828 3 003 816
3DMark SSE (Graphics) 807 1 699 3 051 710
3DMark SSE (Physics) 2 318 2 491 2 845 1 713
GFX Bench Car Chase (onscreen/offscreen) 5 / 6,3 FPS 12 / 13 FPS 21 / 23 FPS 5,9 / 5,5 FPS
GFX Bench Manhattan (onscreen/offscreen) 13 / 16 FPS 31 / 33 FPS 53 / 58 FPS 14 / 14 FPS
Lecture / écriture séquentielle 278 / 210 Mo/s 287 / 201 Mo/s 890 / 185 Mo/s 273 / 146 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire 19K / 4K IOPS 17,5k / 1,83k IOPS 42,4k / 34,7k IOPS 18,8K / 2,6K IOPS

Face à un Nokia 8.1 commercialisé au même prix, mais intégrant une puce Snapdragon 710, le Xperia 10 Plus fait pâle figure. On note quand même une belle amélioration des performances brutes par rapport au Xperia XA2 Ultra sur notre batterie de tests.

Sur le jeu Arena of Valor, le Xperia 10 Plus est réglé pour afficher les détails élevés, mais avec l’affichage HD désactivée. Le jeu tient sans problèmes les 30 images par seconde constantes, mais n’offre pas la possibilité de débrayer à 60 images par seconde. Notons que le jeu utilise tout l’affichage 21:9, mais en termes d’adaptation, le joystick de déplacement est situé un peu loin du bord du téléphone.

Cette adaptation dépend évidemment du jeu, et on ne la retrouve pas avec PUBG Mobile. Le jeu s’affiche donc en 16:9 avec une jolie marge noire sur un côté de l’écran. Ici, par défaut le jeu est configuré avec une qualité graphique basse. Quand tout va bien, le jeu se montre plutôt fluide, et on a l’impression de le voir tourner autour des 30 images par seconde (le jeu n’intègre pas un compteur précis).

En revanche, j’ai noté à de trop nombreuses reprises des chutes de fluidité, notamment en véhicule à grande vitesse, comme si le jeu passait sous les 10 images par seconde l’espace d’un instant, avant de reprendre sa fluidité. Le phénomène était suffisamment fréquent pour être frustrant.

Appareil photo

Le Sony Xperia 10 Plus est équipé de deux appareils photo au dos. Le premier utilise un capteur Sony Exmor RS de 12 mégapixels (capteur 1/2,8 pouce et photosite 1,25µm) avec un objectif f/1,75 (76,3°). Le second appareil utilise un capteur 8 mégapixels (1/4 pouce et photosite de 1,12 µm) avec objectif f/2,4 (44,6°). Le zoom optique proposé est du x2.

Par défaut, le smartphone capture des photos au format 4:3, mais propose également un mode 21:9 pour prendre des photos adaptées au téléphone. Point de tour de magie ici, le smartphone se contente de couper dans la photo 4:3 pour obtenir une image 21:9.

La même séance photo, d’abord en 4:3 puis en 21:9. On remarque facilement les bords coupés de la photo.

De jour

Le Xperia 10 Plus s’en sort très correctement sur les photos de jour, ce qui est attendu pour un smartphone à ce tarif. Le rendu des photos est dans l’ensemble très plaisant à l’œil, avec un beau jeu sur les lumières et des détails bien conservé, même sur la distance. On peut quand même relever un ciel surexposé qui cause des nuages blancs brûlés sur deux des photos de rues. C’est clairement des cas où le HDR a fait défaut, alors qu’il est plutôt réussi sur les autres clichés.

De nuit

Sur les photos de nuit, les choses se gâtent considérablement. La balance des blancs est problématique, et vire trop facilement au jaune (même si l’éclairage public n’aide pas), et le rendu manque beaucoup trop de précision. Dans ces conditions, les photos sont difficilement exploitables.

Selfies

Les autoportraits du Xperia 10 Plus sont assurés par une caméra 8 mégapixels (capteur 1/4 pouce, photosites de 1,12 µm) avec un objectif f/2,0 grand-angle 84°. De jour avec de bonnes conditions de luminosité, on peut une nouvelle fois noter des difficultés avec le HDR, l’arrière-plan est très nettement surexposé. C’est heureusement un peu meilleur en intérieur. De nuit, le Xperia 10 Plus a du mal à faire une mise au point correct en situation de basse luminosité. Quand le cliché est exploitable, on obtient une photo qui manque de précision, avec un lissage assez marqué.

Son

Malgré les apparences, et de façon assez classique sur un smartphone milieu de gamme, le Xperia 10 Plus n’intègre qu’un seul haut-parleur principal, à droite du port USB Type-C. De l’autre côté du connecteur, la grille ne sert essentiellement qu’à faire une jolie symétrie esthétique.

Difficile de louer les performances de ce haut-parleur pour la musique. Il a le mérite de ne pas saturer à haut volume, mais pour le reste on retrouve vraiment une piètre qualité sonore.

On imagine donc mal regarder des clips sur le smartphone avec un son agréable. En revanche, la prestation est suffisante pour jouer à des jeux ou regarder des séries ou des films et profiter au maximum de l’écran.

Autonomie un peu trop moyenne

Le Sony Xperia 10 Plus intègre une batterie de 3000 mAh. Le fabricant est connu pour généralement proposer une bonne optimisation logicielle, avec le fameux mode STAMINA, permettant d’étendre l’autonomie de ses smartphones. Malheureusement, le Xperia 10 Plus est loin de briller dans ce domaine.

À plusieurs reprises, j’ai été surpris de retrouver le smartphone avec 30% ou moins de batterie, au bout de quelques heures d’utilisation seulement. Le téléphone semble particulièrement mal tenir la charge dans des usages de lecture vidéo, ce qui me laisse suspecter une surconsommation de l’écran 21:9. Le Snapdragon 636 est une puce connue pour consommer peu, et je ne pense donc pas que le processeur soit en cause ici.

J’ai au mieux été capable de tenir pendant 40 heures entre deux charges complètes du téléphone, avec essentiellement 2h30 de streaming vidéo (Netflix, Plex, Molotov) et 2 heures de navigation sur le web (Twitter, Chrome). Sur notre test d’autonomie personnalisé ViSer, le Xperia 10 Plus a tenu 9 heures et 32 minutes avant de tomber à 10%. Ce score le place en dessous de la moyenne des smartphones que nous avons testée depuis le début de l’année dernière.

Sony annonce que le smartphone est compatible avec le chargement rapide USB Power Delivery, mais la marque fournit un simple chargeur de 7,5W avec l’appareil. Très concrètement, il permet de regagner 24% en 30 minutes et de charger complètement le téléphone en un peu plus de 2 heures, merci la batterie peu volumineuse.

Réseau et communications

Le Sony Xperia 10 Plus que nous avons en test (modèle I4213) est compatible avec toutes les fréquences 4G utilisées en France, même la fameuse B28 700 MHz souvent omise sur les smartphones bon marché. Sony indique une compatibilité 4G LTE Cat12/Cat13 permettant d’atteindre un débit théorique de 600 Mb/s en téléchargement, et 150 Mb/s en envoi.

Dans les faits, j’ai trouvé que le smartphone pouvait avoir des difficultés à accrocher le réseau dans des environnements difficiles comme le métro parisien, même en cas de couverture 4G. Dans ces cas, il est souvent difficile de charger correctement une page web ou continuer à lire une vidéo en streaming.

Le smartphone est par ailleurs compatible avec le Wi-Fi 5 (802.11 ac) et le Bluetooth 5.0. Le NFC est également pris en charge, une bonne nouvelle pour le paiement sans contact, même si la zone est forcément un peu petite comparé à la longueur du téléphone.

Prix et date de sortie

Le Sony Xperia 10 Plus est commercialisé au tarif de 429 euros en France.

Il fait notamment face au Nokia 8.1 qui propose un meilleur niveau d’équipement pour le même prix.

Nos photos du Sony Xperia 10 Plus

Test Sony Xperia 10 Plus Le verdict

design
9
Le nouveau design employé par Sony et centré autour de l'écran 21:9 est une réussite. Le smartphone est bien conçu, agréable à utiliser grâce à sa relative minceur, et propose USB-C et jack 3,5mm. Seul bémol, la matière au dos n'est pas du plus bel effet, mais c'est très subjectif.
écran
8
L'écran FullHD+ de 6,5 pouces flatte la rétine avec son contraste et sa luminosité maximale. Dommage que les couleurs tirent un peu trop vers le bleu, et que la dalle soit un peu trop sujet aux reflets. On attendait mieux de la pièce maîtresse du téléphone.
logiciel
8
Sur le papier l'interface Xperia a tout pour plaire : reprendre le logiciel de Google et lui ajouter quelques fonctionnalités et applications bienvenues. On aurait aimé un peu plus d'efforts de la marque pour mettre à profit l'écran 21:9.
performances
5
C'est le point le plus décevant de mon utilisation du Xperia 10 Plus. Son écran appelle une utilisation du multitâche, mais c'est là où le téléphone enchaîne les ralentissements. Cela se confirme en jeu, ou le populaire PUBG Mobile n'est pas fluide. À ce prix, on trouve beaucoup plus performant.
caméra
6
Comme la plupart des smartphones milieu de gamme, le Xperia 10 Plus s'en sort bien avec les bonnes conditions de lumière (même si le HDR peut se montrer capricieux), mais s'effondre en basse luminosité. Difficile dans ce cas d'obtenir des photos vraiment exploitables pour autre chose que les réseaux sociaux.
autonomie
6
La batterie de 3000 mAh ne permet pas de tenir une journée entière d'utilisation avec mon usage mêlant web et vidéo en streaming. En 2019, on s'attend à mieux pour ce tarif. Heureusement, la recharge rapide est bien là : compter 2 heures pour revenir à 100%
Note finale du test 7/10
En 2019, Sony a décidé de miser sur les écrans 21:9 sur smartphone. Avant la sortie de son fleuron le Xperia 1, ce Xperia 10 Plus montre que c'est une très bonne idée. L'intégration réussie et quasi sans bordures permet de profiter des contenus 21:9 en vidéo, mais aussi de jouer avec le multitâche pour afficher plus d'informations à l'écran que sur un appareil classique.

Malheureusement, le Xperia 10 Plus est une déclinaison milieu de gamme de cette idée, et Sony a trop rogné sur les performances pour proposer une expérience convaincante. Le téléphone multiplie les lenteurs dans l'interface, autant que dans les jeux à la mode comme PUBG Mobile. À cela s'ajoute un appareil photo vraiment moyen, et une autonomie trop limite pour recommander facilement ce téléphone.

C'est dommage, car avec une puce plus performante, et une batterie un peu plus volumineuse, Sony aurait pu proposer ici un excellent smartphone. Le fabricant a en tout cas trouvé la bonne idée pour se démarquer sur le marché, et ce n'est pas un gimmick.

  • Points positifs
    • Ecran 21:9, une bonne idée
    • Design réussi
    • Interface Xperia réussie
  • Points négatifs
    • Écran 21:9, une idée mal exploitée
    • Des ralentissement dans l'interface et les jeux
    • Autonomie trop juste