Il y a quelques jours, Micron a dévoilé sa gamme de mémoire vive LPDDR4. Elle n’est pas destinée aux smartphones et aux tablettes comme la LPDDR4 de Samsung mais aux voitures connectées et autonomes. La société en a profité pour annoncer des puces de mémoire NOR spécialement adaptées à cet environnement.

Micron automotive

Le monde des voitures connectées et autonomes est particulièrement spécial puisqu’il requiert une énorme puissance de traitement et surtout une latence ultra faible pour les prises de décision. Micron vient d’annoncer sa gamme de mémoire vive (RAM) et de mémoire NOR (ROM) à destination des voitures connectées. Après Samsung qui était le premier constructeur à proposer de la LPDDR4 en décembre, Micron est le premier à proposer ce type de mémoire pour les voitures. Leur spécificité : les puces de LPDDR4 peuvent fonctionner de -40 à 95°C et Micron prévoit d’augmenter la plage de températures jusqu’à 125°C d’ici 2016.

LPDDR4 oblige, la bande passante sera multipliée par deux par rapport à la LPDDR3 (à fréquence de fonctionnement identique) alors que la consommation sera réduite. Micron n’a pas précisé les fréquences de fonctionnement utilisées, se contentant d’indiquer que la LPDDR4 peut atteindre actuellement 3200 Mbps. Couplé à un bon GPU, ces puces pourront sans problème prendre en charge des écrans haute définition avec une interface en 3D, à l’image de ce que Nvidia nous a montré lors du CES.

Micron a aussi dévoilé sa gamme de puces flash NOR (que l’on peut comparer aux puces flash NAND de nos smartphones malgré un fonctionnement différent) G18. Si la vitesse de lecture séquentielle n’atteint « que » 266 Mbps, la très faible latence en lecture aléatoire permet un boot en 200μs. Ce point est crucial dans les voitures où le (re)boot d’un système doit être imperceptible pour le conducteur et le comportement de la voiture.