La plus vendue des électriques se prépare à la déferlante à venir de la concurrence, à commencer par la Tesla Model 3. Pour sa 2e génération, la Nissan Leaf progresse en autonomie, en puissance et gagne un design plus agressif. Nous sommes à Tokyo pour la révélation de cet acteur majeur des EVs.

Tesla Model 3, Opel Ampera-e, futures Renault Zoe, Mini, Mercedes, VW, etc. Les prochaines années vont voir arriver une nouvelle vague de modèles électriques d’une ampleur jamais vue. Pour les affronter, mais aussi profiter au mieux de la dynamique qui s’annonce, Nissan renouvelle sa Leaf, numéro un des ventes en électrique au monde.

Un défi que la marque relève avec un modèle au look plus agressif, mais aussi moins distinctif qu’avant. De quoi la rendre plus facile à assumer que le modèle précédent dont le dessin un peu cartoonesque était très particulier. De quoi aussi revendiquer des performances en hausse avec 150 chevaux sous le capot (109 pour l’ancienne). La conduite devrait être assez ludique, avec une récupération au lâcher de pied tellement forte que la force de freinage peut atteindre 0,2 g et amener la voiture à l’arrêt complet, de quoi conduire 90 % du temps avec une seule pédale selon le constructeur. Une fonction baptisée e-Pedal que le constructeur avait déjà détaillée.

À lire aussi : e-Pedal : la Nissan Leaf se conduira sans pédale de frein, et...

Pilote automatique

Un mode semi-autonome nommé ProPilot est aussi proposé, avec la gestion de l’accélération, le freinage et la direction pour le maintien de file, ainsi que la circulation en stop and go dans les bouchons. Il faudra cependant toujours conserver les mains au volant, tout comme dans les systèmes existants. La voiture sait aussi se garer toute seule, prenant en charge entièrement les manœuvres.

400 km théoriques

L’autonomie progresse elle aussi, double même avec 400 kilomètres revendiqués selon les normes japonaises, ce qui reste en deçà de ce qu’offre Opel (mais une version à plus forte autonomie est déjà annoncée). Les batteries atteignant 40 kWh désormais (au lieu de 30) ont gagné en densité avec de nouveaux matériaux pour les électrodes et des bains chimiques, sans prendre de volume. En charge rapide, il ne faut que 40 minutes pour passer de la réserve à 80 % de charge, mais une charge complète peut prendre jusqu’à 16 h en charge lente.

Une petite familiale

Cette grande auto de presque 4,50 m accueille jusqu’à 5 personnes et le coffre de 435 litres (370 auparavant) se montre très généreux. Les habitués du modèle actuel reconnaîtront certains éléments de la planche de bord qui, pourtant, a changé sa structure et se veut plus qualitative. L’écran de 7 pouces sur la console centrale est compatible Apple CarPlay, mais Nissan ne mentionne pas Android Auto, nous nous empresserons de vérifier avec les experts sur place un peu plus tard.

L’interface embarquée Nissan Connect et l’application smartphone offrent la possibilité de connaître le niveau de charge et les emplacements des stations. Il est aussi possible de programmer la charge et/ou la climatisation ou le chauffage à bord avant de partir, employant l’énergie du chargeur et non des batteries. Classique et efficace.

Prix et disponibilité

Le lancement en Europe est attendu pour le début 2018 à des tarifs qui devraient être très compétitif au vu de la capacité de la batterie, plus limitée que chez d’autres concurrents.

Nous ne manquerons pas d’enrichir cet article de toutes les infos que nous glanerons sur place au fur et à mesure des discussions avec les experts qui ont travaillé sur le projet.

À lire sur FrAndroid : Test de l’Opel Ampera-e, l’anti-Tesla Model 3