L’Essential Phone est enfin disponible à la commercialisation aux États-Unis et les premiers tests américains viennent d’être publiés. Nous les avons tous lus.

Annoncé il y a moins de trois mois, l’Essential Phone s’est déjà fait un nom. Il nous vient d’une startup qui vaut déjà bien plus d’un milliard de dollars, après une levée de fonds de près de 300 millions de dollars, dirigée par une des personnes ayant créé Android, Andy Rubin. Le téléphone a également été retardé, il s’est fait attendre, un signe que cette petite entreprise n’a pas encore compris qu’il va falloir livrer plusieurs milliers d’exemplaires ces prochaines semaines.

Bien qu’il fonctionne avec une version d’Android standard, il est destiné à servir d’avant-garde pour le nouvel écosystème d’appareils et services intelligents d’Essential, connecté par le mystérieux système d’exploitation Ambiant OS. En attendant, intéressons-nous à l’Essential Phone.

Plus sur le même sujet : Voici l'Essential Phone : caractéristiques, photos,...

Disponible sur le marché américain pour le moment, chez l’opérateur Sprint, il est vendu 699 dollars (596 euros). C’est un produit ambitieux, avec son design et surtout son écran bord-à-bord, il a une façon unique de connecter des accessoires modulaires, comme une caméra à 360 degrés.

Le soin apporté aux photos des tests de The Verge, c’est toujours impressionnant

Design

Comme vous pouvez le voir, l’Essential Phone possède un design atypique : sa caméra frontale est directement intégrée dans le haut de l’écran. The Verge, n’est pas dérangé par cette caméra : « Cet œil de cyclope semble être le genre de chose qui peut déranger, mais dans mon expérience, il est devenu invisible presque immédiatement. Quatre-vingt-quinze pour cent du temps, Android n’utilise pas cette partie de l’écran de toute façon, et le smartphone affiche habilement les applications en plein écran, comme une vidéo Netflix. De temps en temps, il se peut qu’une image soit coupée par la caméra, mais c’est rare ».

AndroidCentral a tout de suite remarqué qu’aucun logo n’était apposé sur la coque du smartphone « Andy Rubin n’a pas souhaité placé le nom de l’entreprise (l’entreprise se nomme Nascar, mais peu de communication est réalisée dessus), encore moins les autres éléments de conception superflus qui n’ajoutent pas de fonction ». C’est finalement une bonne chose, surtout pour cette face avant où l’écran occupe une bonne partie de la surface.

Pas de port casque, Essential fournit un adaptateur USB-C

The Verge regrette la présence d’un écran IPS LCD, au lieu de l’OLED : « L’écran est en LCD IPS au lieu de OLED, ce qui signifie que l’Essential Phone ne fonctionnera pas bien avec les casques VR (il ne fonctionne pas avec Google Daydream, par exemple) ». Les ingénieurs de l’Essential n’ont pas réussi à trouver un fournisseur qui pourrait faire la découpe demandée. D’ailleurs, ils auraient pu aller encore plus loin selon The Verge, le rétro-éclairage LCD demande une alimentation, ce qui ne permet pas de réduire encore la taille des bordures de l’écran et ce qui explique la présence de bordure en bas de l’Essential.

Le capteur d’empreintes digitales est à l’arrière

De l’USB-C, mais pas de port casque

Il n’empêche que les bordures impressionnent les médias américains qui ont eu la chance d’avoir l’Essential Phone entre les mains : l’écran de 5,7 pouces est plus grand et confortable que celui d’un iPhone 7 Plus ou d’un Pixel XL, mais le téléphone lui-même est beaucoup plus petit. Le ratio 19:10, rend plus grand que ces deux smartphones, mais un peu plus carré que le Galaxy S8. Pour Engadget, l’Essential Phone ressemble au monolithe dans 2001 : une Odyssée de l’espace : « une grande dalle noire ».

La caméra est intégrée dans l’écran

Modularité

The Verge a également pu mettre la main sur la caméra à 365 degrés qui se connecte à l’arrière du smartphone via une connectique aimantée. Vendue à 199 dollars (170 euros environ), il est possible de l’acheter pour 50 dollars de plus avec le smartphone pendant le lancement. Les premiers essais n’ont pas encore convaincu les testeurs : le logiciel qui contrôle la caméra est bugué et les premiers clichés ne sont pas à la hauteur des attentes. La modularité est un pari audacieux : Motorola (Lenovo) a fait le même avec les Moto Mods.

Par rapport au système modulaire concurrent de Motorola, l’installation d’un module Essential possède un défaut assez important : vous ne pouvez pas simplement attacher un module et placer votre smartphone dans votre poche comme vous pouvez le faire avec un Moto Z. Mais il y a quelques avantages. Cela ne limite pas le format des futurs modèles de smartphone, par exemple. Le prochain Essential pourra placer les « bits » du module ailleurs sur la coque sans compromettre la compatibilité des modules existants.

Photographie

Le module de caméras fonctionne en combinant deux capteurs de 13 mégapixels, le premier est en couleur et l’autre est en noir et blanc (il s’agit d’une approche similaire aux systèmes à deux caméras utilisés par Huawei et Motorola). Il semble qu’il s’agisse de deux fois le même objectif associé à deux capteurs identiques (à l’exception du filtre RGB). Concernant ce point, les médias américains sont mitigés : il semble, après avoir lu quelques commentaires, qu’il s’agit d’exemplaires qui ne sont pas équipés d’une version finale du logiciel. Les mises à jour logicielles s’enchaînent et cela semble s’améliorer au fur et à mesure, avec l’apparition d’un mode HDR manuel. Android Central s’est retrouvé avec de nombreuses photographies floues et ratées, mais ils ont noté des couleurs assez justes. Ils ont tous noté l’absence de stabilisateur optique (OIS), une caractéristique essentielle selon eux.

Performances et logiciel

En ce qui concerne les performances, Essential a semble t-il fait les choses de façon évidentes et correctes. Le Qualcomm Snapdragon 835, 4 Go de RAM et 128 Go de stockage sont un combo gagnant dans le haut de gamme de 2017.  Enfin, le logiciel est un pur Android 7.1 Nougat, cela ressemble à l’Android Open Source Project (AOSP) avec les Google Apps préinstallées. Venant d’Andy Rubin, tout semble logique.

Conclusions

Conclusion de The Verge :

L’Essential Phone est un artéfact d’un avenir qui n’existe pas encore. Comme tout artéfact culturel, il a une histoire riche et convaincante (…) Vous pouvez apprécier les artéfacts pour ce qu’ils sont : un objet d’artisanat humain comme un vase (le téléphone est en céramique, après tout). Et pourtant : il n’y a aucun moyen de juger si cela correspond bien à la vision de Rubin pour une maison connectée, car nous sommes encore à des mois de savoir vraiment à ce que cela ressemblera. En regardant le connecteur du module sans fil et en supposant qu’il importe, c’est comme regarder un autel ancien et essayer de deviner les rituels d’arme pour lesquels il était vraiment destiné.

(…)

L’Essential Phone fait tellement droit : design élégant, grand écran, bonne autonomie et logiciel propre. Et en plus de cela, il a des ambitions de faire encore plus avec ses modules. Si vous demandez aux utilisateurs d’Android ce qu’ils voulaient dans l’abstrait, je pense qu’un grand nombre d’entre eux décriraient ce périphérique. Mais alors que la caméra est assez bonne, elle n’atteint pas le niveau de ses concurrents.

Conclusion d’Android Central :

Il est vraiment cool de voir une nouvelle entreprise débarquer avec de nouvelles idées, et Essential a réussi à exécuter sa vision de manière surprenante. L’Essential Phone est bon, peut-être même génial, mais en dehors du matériel solide et de la partie logicielle propre, il n’apporte rien de spécial pour attirer les clients. Sa plus grande force n’est pas ce qu’elle a, mais ce qu’elle n’a pas : il n’y a pas de fonctionnalités inutiles, de fonctionnalités superflues, de matériel inutile ou même d’image de marque pour pouvoir l’utiliser.

Conclusion de CNET US

Dans l’ensemble, je trouve que ce smartphone est vraiment élégant et sympathique à utiliser, mais trop dépouillé par sa caméra, un logiciel bugué qui rend le téléphone difficile à utiliser. Essential a annoncé que les bugs de cette version pré-finale du logiciel du téléphone seront corrigés, et il mettra à jour les appareils à distance, en particulier le traitement photo et l’appareil photo à 360 degrés. Par conséquent, nous refusons de vous donner notre évaluation finale jusqu’à ce que le téléphone soit complètement prêt.

Conclusion d’Engadget

Essential a mis en place un smartphone remarquablement impressionnant — ce qui n’est pas pas un petit exploit pour une startup, peu importe qui est à la barre. Ce n’est certainement pas parfait, alors je vais passer les prochains jours à l’utiliser pour me faire un avis définitif.

 

Vidéos

Nous avons également sélectionné quelques vidéos de tests.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid