L’Echo Moon a été dévoilé au MWC de Barcelone de 2017. Un smartphone d’entrée de gamme qui peut se targuer de proposer un design correct, une connexion 4G LTE ainsi qu’un capteur d’empreintes, le tout sans excéder les 130 euros. Compatible également 4G LTE, le smartphone aurait de quoi séduire pour un premier achat. Cependant, l’appareil n’est pas sans défauts.

Design

Manu a trouvé le Moon « tout doux, tout mignon ». Il est vrai que pour un prix si bas, l’appareil n’est pas si mal. Sa coque en plastique arrière est mate et plutôt agréable au toucher. Et qui dit coque en plastique, dit moins de risque de surchauffe, ce qui s’est vérifié pendant la prise en main. Difficile néanmoins d’échapper, une fois entre les mains, à l’effet cheap de l’appareil. Celui-ci ne peut être nié, sur plusieurs aspects, que ce soit visuellement ou au contact de la peau, le smartphone d’Echo transpire l’entrée de gamme. Très léger, c’est surtout la façade avant qui le trahis. Les bordures noires très larges qui entourent l’écran n’arrangent pas cette impression de lourdeur et de mauvaise gestion de l’espace de l’appareil.

Les boutons de déverrouillage d’écran et du volume sont accessibles très facilement et d’une seule main sur la tranche droite du Moon. Enfin, le fameux « capteur contact » est placé sur la façade arrière de l’appareil, juste en dessous de la caméra principale. Ce lecteur est plutôt réactif, et bien placé, même si j’ai toujours une forte préférence pour ceux positionnés sous l’écran.

Écran

Le Moon possède une dalle de 4,7 pouces IPS HD avec une résolution de 312 ppp. L’écran est l’un des points noirs de cet Echo. Les couleurs sont plutôt baveuses et ternes. Cela donne juste envie de pousser au maximum la luminosité, mais celle-ci n’aura d’autres effets que de nous bruler les yeux sans améliorer la lisibilité et le confort de lecture de l’appareil.

C’est d’autant plus dommage que l’écran est assez sensible aux reflets, ce qui n’est pas l’idéal dans un environnement très éclairé, et que ses angles de vision rendent rapidement l’affichage encore un peu plus terne.

Logiciel

La partie logicielle est sans surprise et ce n’est pas tant un mal puisque le Moon ne compte que sur la version d’Android 7,0 Nougat en version stock. Pas d’interface maison donc, mais Android dans toute sa simplicité et avec toutes les bonnes features qui rendent agréable l’utilisation quotidienne d’un smartphone.

Il n’y a donc pas de mauvaises surprises, ni d’ajouts futiles qui viendraient surcharger la mémoire de stockage de l’appareil dès son premier lancement.

Performances

L’Echo Moon intègre une puce MediaTek très moyenne, à savoir le SoC MT6737 quad-core ARM Cortex-A53 cadencés à 1,3 GHz. Son GPU est un Mali-T720 MP2. Il compte également et 2 Go de RAM et une mémoire interne de 16 Go qui peut être étendue grâce à une carte microSD. Cela devrait cependant être suffisant pour faire tourner le principal des applications qu’on utilise quotidiennement. Côté jeu, il est clair qu’une œuvre 3D aura plus de difficulté à proposer une expérience fluide qu’un jeu moins gourmand, comme L’Aventure Layton qui n’a posé aucune difficulté.

Photo

C’est un smartphone d’entrée de gamme, donc nous n’avions aucune attente côté photo. Avec une caméra principale de 8 mégapixels, les clichés manquent cruellement de détails et accueillent bien trop de bruit. Si déjà les photos sont de très médiocre qualité en plein jour, elles ne devraient pas être très impressionnantes non plus quand la lumière vient à baisser. La mise au point n’est pas non plus très convaincante, tout comme la gestion de l’exposition. Avec seulement 2 Mégapixels sur sa caméra frontale, l’Echo Moon ne propose pas vraiment de beaux selfies, transformés en bouillie de pixels. Le strict minimum pour la partie photo, donc.

Autonomie

L’Echo Moon embarque une batterie de 1 800 mAh seulement. Cela ne laisse rien présager de très compétitif côté autonomie. Comme il ne s’agit là que d’une prise en main, nous n’avons pas fait de tests poussés de ce côté-là. Nous imaginons cependant qu’avec cette petite batterie, l’appareil pourrait nécessiter une recharge à la fin de la journée, voire dans l’après-midi si son utilisation est assez conséquente.

Bien entendu, pas de recharge rapide, il faut composer avec un port micro-USB, mais on peut espérer qu’avec un accumulateur aussi petit, il ne faudra pas attendre trop longtemps afin de le remplir complètement.

Le packaging du bon goût.

Réseaux et connexions

Le mobile d’Echo est compatible avec la 4G LTE ce qui est un très bon point. Il peut aussi accueillir une carte SIM + microSD ou bien deux cartes SIM. Nous avons essayé de passer quelques appels en région parisienne et l’expérience, du moins pour la connexion, s’est avérée concluante. Dommage que les haut-parleurs soient de piètre qualité tout de même.

Notre avis

Finalement, l’Echo Moon propose un design assez agréable, avec un capteur d’empreintes, mais nous découvrons assez vite sa face cachée… un écran vraiment médiocre, une batterie ridicule, des performances vraiment basses… Bien entendu à moins de 130 euros il ne fallait pas s’attendre à ce qu’Echo décroche la lune.

En outre, il n’est pas le seul dans la course des smartphones d’entrée de gamme, avec des marques déjà plutôt bien installées comme Wiko et son Tommy, Meizu avec le M2 — bien que ce dernier ne soit pas exempt de défaut — ou même Samsung et le J3 2016 qui a notamment baissé son prix original.

À lire sur FrAndroid : Quel smartphone s’offrir à moins de 200 euros en 2017 ?

Echo prépare néanmoins un smartphone nommé Horizon au format 18:9 et muni d’un double capteur photo. La marque visant des prix attractifs, il pourrait se montrer bien plus intéressant…