Le ministère russe des télécommunications et l’entreprise Jolla plancheraient sur un système d’exploitation basé sur Sailfish OS et destiné à la Russie, afin de réduire les parts de marché de Google et Apple sur le territoire.

sailfish os

Avec un marché mobile où les systèmes d’exploitation sont dominés par Google, Apple, et Microsoft, la Russie commence à montrer des signes de lassitude vis-à-vis de cette trop grande dépendance envers des entreprises américaines. D’ailleurs, 95 % des mobiles actifs en Russie sont soit sous Android, soit sous iOS, ce qui va à l’encontre du programme économique de Vladimir Poutine, qui souhaite réduire importations et dépendances. Le ministre russe des « Télécoms et Communications de masse », a d’ailleurs un plan sur dix ans pour donner plus de poids à la Russie dans le domaine du mobile, du moins sur son territoire. Cela peut passer par le développement de smartphones russes, à l’image du Yotaphone 2, mais c’est surtout l’élaboration d’un OS russe qui semble passionner le gouvernement.

Plusieurs médias russes rapportent d’ailleurs qu’une réunion s’est tenue il y a quelques jours entre le ministère russe, des acteurs de l’informatique, et une jeune start-up que l’on connait déjà un peu : Jolla. L’entreprise fondée par des anciens de Nokia est à l’origine de Sailfish OS, un système d’exploitation mobile open-source basé sur Linux. Quant au contenu des discussions, il reste un mystère, mais certains évoquent un partenariat sur un fork de Sailfish OS destiné à la Russie. Une démarche qui n’aurait rien de surprenant.

Pour le gouvernement russe, le nerf de la guerre concerne aussi l’hébergement des données. Avec un système d’exploitation tenu par des entreprises américaines, la Russie s’inquiète de laisser trop de liberté aux Etats-Unis vis-à-vis des données de ses concitoyens.