C’est un peu l’Arlésienne des télécoms, qui pourrait toutefois finir par se concrétiser pour de bon. La rumeur d’un rachat de l’opérateur SFR par le câblo-opérateur Numericable traîne dans le couloirs depuis de longs mois, et fait son retour aujourd’hui sur le devant de la scène par le biais d’une information relayée par Bloomberg.

Numericable

SFR et sa maison-mère Vivendi, c’est une histoire toujours un peu compliquée. Depuis 2011, l’opérateur appartient à 100 % à la société Vivendi, et l’on s’attend depuis de longs mois à une cession de SFR. Mais auprès de qui ? Numericable, régulièrement évoqué, et proche de SFR puisqu’il s’appuiera sur les antennes du carré rouge pour lancer ses propres offres 4G, semble en tête de peloton. Le président du FAI avait, il y a près d’un an, évoqué un rapprochement des deux entités dans la presse comme un « scénario […] étudié« , SFR souffrant comme les autres de la concurrence menée par les formules à petit prix, Free Mobile en tête.

Il est de notoriété publique que Vivendi souhaite revoir ses activités, notamment en se tournant vers ses activités musicales et médias, l’affaire passant par la cession de SFR. Selon les sources de Bloomberg, Numericable serait intéressé par l’acquisition, et notamment son principal actionnaire, Altice, présidé par Patrick Drahi. L’opération viserait essentiellement à consolider la place de Numericable dans les télécommunications européennes.

Les diverses démarches entreprises aussi bien par Numericable que par Altice convergent vers la possibilité de ce rachat. De fait, Numericable a procédé à une entrée en bourse en septembre 2013, tandis qu’Altice prépare depuis le début janvier une entrée à la bourse d’Amsterdam d’environ 20 % de son capital, dans le but de d’obtenir près de 1,5 milliard d’euros. Comme l’indique Capital, le CEO d’Altice a indiqué que « le produit ira uniquement au remboursement de la dette car nous ne croyons pas qu’il faille conserver du cash au bilan dans la perspective d’acquisitions« . Pour rappel, Altice détient 30 % des parts de Numericable qui pourrait éventuellement, suite à ces opérations financières, être en mesure d’acquérir SFR, dont le chiffres d’affaires pour l’année 2012 s’élevait à 11,03 milliards d’euros.