Xavier Niel, le patron de Free, était l’invité ce matin du journaliste Stéphane Soumier sur BFM Business. Le PDG du quatrième opérateur mobile français en a profité pour faire le point sur les annonces à venir de Free.

Free Mobile

Selon Next Inpact et Univers Freebox, qui ont suivi l’émission ce matin, Xavier Niel a discuté de la France, de l’économie française, de la couverture réseau de l’opérateur et surtout des prochaines annonces de Free, lors de l’émission économique de BFM Business. Xavier Niel a ainsi annoncé qu’il tiendra deux Keynotes d’ici le milieu de l’année prochaine. La première aura lieu “entre maintenant et février prochain” et concernera « un petit truc sympa » lié au domaine du fixe. Il semble que cela ne concernera pas la prochaine Freebox, la V7, toujours prévue pour la fin de l’année prochaine, mais ce sera “une surprise pour nos abonnés”. Mystère. La seconde annonce concernera en revanche la téléphonie mobile, domaine dans lequel Xavier Niel avoue s’être “un peu [ou vraiment, selon les sources] endormi. Cette seconde Keynote devrait se tenir entre février et août 2015. Un nouveau forfait mobile ? Un Freephone ? Là encore, mystère.

Évidemment, BFM ne pouvait pas ne pas inviter Xavier Niel sans le laisser parler de la concurrence française dans le domaine de la téléphonie mobile. Si l’on en croit le résumé de Igen.fr, Xavier Niel n’a pas été particulièrement tendre avec ses concurrents. Monsieur Niel a ainsi rappelé que Free tiendra bien son objectif de couvrir 75 % de la population française en 3G avant le 31 décembre prochain et que 95 % de la population sera couverte en 3G d’ici deux ans. Il évalue également la couverture 4G actuelle de Free à 50 % de la population. A ce sujet, Xavier Niel a de nouveau indiqué que sa société était bien candidate à l’appel d’offre des bandes de fréquences en 700 MHz et a précisé qu’il espérait que cet appel d’offre soit lancé rapidement. Rappelons qu’actuellement Free ne dispose que de bandes de fréquences de 2600 MHz, contrairement à ses concurrents qui disposent à la fois des bandes 800, 1800 et 2600 MHz.

Enfin, Xavier Niel a confirmé une fois de plus que Free ne cherchait pas à racheter un autre opérateur français (en l’occurrence Bouygues Telecom). Le PDG de Free semble aujourd’hui certain que le marché français va rester avec quatre opérateurs français. Enfin, Xavier Niel a donné quelques explications – en fait son interprétation – à propos de l’échec du rachat de T-Mobile par Free. Univers Freebox rapporte ainsi :

« On a un vendeur qui s’est dit :  » moi je suis le plus gros en Europe, mon plus gros actif est aux Etats-Unis, si je le vends demain je vais me retrouver avec beaucoup de cash, des dividendes à verser et si un jour les politiques me demandent de fusionner avec Orange, je n’aurais plus le dessus. » »

Pour lui, Deutsche Telekom n’aurait pas voulu revendre T-Mobile par peur de donner trop d’argent à ses actionnaires et de ne plus avoir ensuite assez de réserve en cas de fusion avec Orange. Xavier Niel ajoute également que la taille de son entreprise aurait joué en sa défaveur à cause de préjugés :

« J’ai le troisième ou quatrième opérateur français, vu de l’Allemagne c’est pas grand-chose, qui veut me racheter mon premier actif, imaginez qu’il réussisse et qu’il fasse vraiment ce qu’il dit…»

Xavier Niel précise enfin qu’Iliad recherche toujours des sociétés à racheter pour croître un peu plus et que cela peut passer par un développement à l’international. Toutefois, si rachat à l’étranger il y a, celui-ci n’aura pas lieu avant un ou deux ans.