Review of: Sony Xperia Go
testé par:
Ulrich Rozier
Version:
2.3
Price:
270 €

Reviewed by:
Rating:
4
On 14 août 2012
Last modified:29 juillet 2013

Summary:

Le Go est un pur smartphone de poche qui est destiné à des casses-coup de tout genre. Si vous recherchez un mobile à glisser dans une poche et à emmener à la plage sans avoir de craintes qu'il morde la poussière (littéralement), ou soit rayé par vos clés, le Go peut vous satisfaire. Sony a même pré-chargé avec une sélection d'applications dédiées au sport et à l'aventure très utile, pour le reste Google Play est suffisamment fourni. Notons également les bonnes performances du capteur capable de filmer en HD (720p) à 30 images par seconde. Le matériel du téléphone n'est pas super-puissant, ultra-rapide ou super-tendance, mais on ne peut pas dire qu'il soit à la ramasse. Néanmoins, j'ai noté deux défauts à ce téléphone. Premièrement d'ordre logiciel : Sony aurait du pré-embarquer la version Ice Cream Sandwich (Android 4.0), et non une version GingerBread (Android 2.3.6) désormais dépassée. Deuxièmement, un défaut bien plus embêtant : la résolution de l'écran laisse apparaître un nombre trop faible de pixels, du coup les icônes paraissent pixelisées et le texte trop petit est illisible. Bref, bien loin d'être révolutionnaire, cet Xperia Go pourra tout de même charmer les baroudeurs des temps modernes.

C’est une récidive pour Sony, le Sony Ericsson Xperia Active était déjà un smartphone sous Android certifié IP67. IP67, vous ne connaissez pas ? C’est une protection environnementale qui permet de certifier que votre appareil est protégé contre les infiltrations solides (comme le sable) ou liquides (l’eau et l’alcool, évidemment).

Bref, depuis le rachat de Sony-Ericsson par Sony, nous attendions une mise à jour du Xperia Active – la voici : le Sony Xperia go. Alors, est-ce que ce baroudeur des temps modernes mérite que l’on s’intéresse à lui ? Je me suis rendu près de Mahébourg à l’Ile Maurice pour tester l’Xperia Go dans les meilleures conditions.

Caractéristiques

 

Modèle
Sony Xperia go
VersionAndroid Gingrerbread (2.3.6)
Support Adobe Flash PlayerOui
Ecran3,5 pouces
Résolution(HVGA) 480 x 320 pixels
(165 ppp)
TechnologieTFT LCD en technologie capacitive (dual-touch)
Processeur (CPU)Processeur double cœur NovaThor U8500 Cortex A9 @ 1 GHz
Chipset graphique (GPU)PowerVR SGX531 (OpenGL ES 2.0)
Mémoire RAM512 Mo
Mémoire Interne8 Go
Support micro SDOui, jusqu'à 32 Go (microSD fournie de 2Go)
APN / Caméra5 mégapixels avec flash LED
VidéoHD - 720p à 30 fps
Webcam (caméra frontale)Non
Wi-FiOui, b/g
Boussole/GPS/BluetoothOui / Oui / Oui, 3.0 EDR
GyroscopeNon
RéseauxHSDPA, 7.2 Mbps
AccéléromètreOui
NFC (Near Field Communication)Non
Dolby® Mobile & SRS / DLNA Non / Non
Sortie jack 3,5 mmOui
Capteur de proximité et lumièreOui / Oui
Un port microUSB (standard)
Un port microHDMI
Oui, 2.0
Oui
Tuner FM (Radio)Oui
Support DivXOui
Formats vidéos supportés.MP4, .WMV
Formats audio supportés.MP3, .WAV, .WMA, .eAAC+
Batterie1 305 mAh
Autonomie annoncée650h en veille
8h en conversation (3G)
Dimensions111 x 60.3 x 9.8 mm
Poids110 grammes
Prix269 euros

Présentation vidéo

Edouard, Baptiste et Damien sont venus rendre visite à Samir Yahou (Sony Mobile), voici donc la présentation « officielle » de l’Xperia Go.

Design

Il est beau et mince (seulement 10 mm d’épaisseur) et emballé dans une sorte de plastique caoutchouté avec une inhabituelle texture presque veloutée. Vous retrouverez du microUSB et un port jack 3,5 mm, ainsi que les boutons de réglage du volume et un bouton de verrouillage/de-verrouillage (notez que les boutons sont en métal). Lorsque vous retirez la coque arrière, on a accès à l’emplacement de la microSD et celui de la carte SIM : ces deux emplacement sont protégés par des œillets en caoutchouc.

En noir, il est assez sobre. Il existe également en blanc.

Assez fin, à peu près 10 mm

Trois boutons tactiles « classiques » sous l’écran, retour en arrière, home et menu.

A l’arrière, le flash LED et le capteur de 5 mégapixels. La coque arrière possède un toucher légèrement granuleux, ce qui est plutôt rassurant une fois en main.

Epreuve : l’Eau !

J’ai eu l’occasion de plonger avec jusqu’à 6 mètres de profondeur, alors que la norme IP6ne garantit pas une protection après 1 mètre de profondeur. Bref, oubliez le Xperia Go si vous avez décidé de passer des niveaux en plongée, néanmoins il peut vous accompagner sous la douche, au bord de la mer, dans la cuisine et encore dans la piscine… sans soucis. Le compagnon idéal des malchanceux et aux autres angoissés de la vie.

Sony a annoncé que l’écran réagissait aux doigts mouillés, néanmoins cette capacité a une certaine limite. En effet, l’écran réagit dès lors que ce ne sont que quelques gouttes, néanmoins on a rapidement tendance à perdre le contrôle. Notez également que l’eau peut provoquer des commandes tactiles, on voit souvent des applications s’ouvrir une fois dans l’eau. ;-)

Glouglouglou…

Comme vous pouvez le voir, la dalle provoque un phénomène de superhydrophobie causé par une rugosité nanométrique comme le Lotus (oui oui la plante)

Epreuve : le Sable !

La norme IP67 garantit une protection totale contre la pénétration de poussière. J’ai donc trempé l’Xperia Go dans du sable très fin, résultat très convaincant : le smartphone est sorti du sable, certes sale, mais je n’ai noté aucune conséquence sur son fonctionnement.

Dans le sable…

Jusqu’à l’enterrer…

Par derrière…

Allez, un coup d »eau et tout le sable disparaît !

IP67

Juste pour information, voici ce que dit cette norme de Protection Environnementale. Pensez tout de même à bien fermer les petits capuchons des différents ports, sinon Sony ne pourra rien faire pour vous !

Certains téléphones sont IP57, comme le Xperia Acro S.

Ecran

Avec un écran de 3,5 pouces, l’Xperia Go possède sûrement une des plus petites dalles du moment (qui au passage fait la même taille que l’écran de l’iPhone 4S). En fait, cette taille est suffisante pour la navigation web, les e-mails même si les textes peuvent paraître assez petits. Le clavier Android peut tout de même paraître assez frustrant par moments, surtout que je n’ai pas des doigts très fins. Propulsé par la technologie Sony Bravia Engine Mobile, les couleurs sont naturelles et la luminosité est assez bonne, même en plein soleil.

Le gros point noir concerne la résolution, de 480 par 320 pixels. Du coup, cela devient assez désagréable et frustrant de regarder des vidéos en HD@720p ou encore des photos 5 mégapixels.

Effectivement, avec seulement 165 ppi et sans sous-pixels… On voit les pixels à l’oeil nu !

Enfin, notez que l’écran a été traité « anti-rayures et anti-reflets ». D’après le peu de recherche sur ce domaine, l’Xperia Go semble être équipée de la technologie Gorilla Glass, un traitement devenu « assez commun » qui permet de protéger l’écran des rayures occasionnelles.

Interface

Malheureusement, le Sony Xperia Go débarque avec la version GingerBread – Android 2.3, qui, compte tenu de la récente disponibilité d’Android 4.1 alias Jelly Bean semble désormais assez ancienne.Toutefois, Sony a promis que le téléphone sera mis à jour vers Android 4.0 Ice Cream Sandwich, bientôt… Mais les promesses constructeurs et opérateurs, on s’en méfie chez FrAndroid.

« 

Sur le Xperia Go, nous retrouvons l’interface utilisateur personnalisée (IU) de Sony, qui m’a paru assez fonctionnelle et facile à utiliser. Néanmoins, il y a du superflu, dont quelques applications pré-chargées, qui comprennent un agrégateur de réseaux sociaux que j’ai trouvé extrêmement difficile à utiliser.

Cependant, Android 2.3 alias Gingerbread est une version très complète d’Android, elle fournit toutes les fonctionnalités d’un smartphone grand public, y compris Sony Music Unlimited et les services de vidéo illimités et l’accès à la boutique Google Books.

Avec 8 Go de données et la possibilité de rajouter une carte microSD jusqu’à 32 Go, vous ne devriez pas avoir de soucis pour stocker tous vos fichiers (MP3, photos, vidéos, etc.). Notez également que le téléphone est compatible Radio (RDS).

Comme à son habitude, la couleur d’interface est personnalisable

Exemple sur le navigateur web avec un petit écran, il faut constamment zoomer

L’application météo et les fonctionnalités d’alarme

L’intégration des réseaux sociaux

TimeScape que je trouve bien trop encombrant…

L’application musique, sobre et simple

Performances

Avec un processeur double-coeur NovaThor cadencé à 1GHz, l’Xperia Go se débrouille bien, le Sony Xperia Go n’est en aucun cas un smartphone lent, les applications sont ouvertes, exécutées et fermées assez rapidement. Néanmoins, il m’a paru assez poussif sur certaines actions comme l’affichage d’une gallerie de plus de 100 photos. Les photos se chargeaient alors bien trop lentement… des miniatures de photos de 5 mégapixels.

Autonomie

Pas grand chose à redire, malgré une batterie d’une petite capacité (un peu plus de 1300 mAh), l’Xperia Go est dans la moyenne grâce à un écran et un processeur assez économes.

Caméra

Utiliser la caméra est une expérience relativement bonne sur le Xperia Go. Un capteur de 5 mégapixels, un zoom numérique, l’autofocus et un flash LED vous permettent d’atteindre une bonne qualité dans des conditions lumineuses correctes. Le contraste est fort et les couleurs semblent assez précises, et j’ai aimé la façon dont le système a très vite détecté les visages lors de la prise de photographies de portraits. Par contre, dès que la nuit se lève, le flash LED est très mauvais – 4 photos sur 5 étaient floues à cause d’une mise au point désastreuse. Le capteur a vite tendance à laisser passer du bruit, ce qui prouve qu’on est en deçà des capteurs d’appareils haut de gamme comme le Sony Xperia S ou le Samsung Galaxy S3.

Toutes les photos ont été prises au format 16/9ème

Dans l’eau, nous pouvons bien évidemment filmer. J’ai testé l’Xperia Go en immersion totale. Néanmoins, je n’ai trouvé aucun moyen de prendre des photos, Sony aurait du prévoir un bouton physique, car l’écran tactile ne fonctionne pas une fois immergé. Dommage…

Conclusion

Note :

Le Go est un pur smartphone de poche qui est destiné à des casse-coups en tous genres. Si vous recherchez un mobile à glisser dans une poche et à emmener à la plage sans avoir de craintes qu’il morde la poussière (littéralement), ou soit rayé par vos clés, le Go peut vous satisfaire. Sony a même pré-chargé avec une sélection d’applications dédiées au sport et à l’aventure très utile, pour le reste Google Play est suffisamment fourni. Notons également les bonnes performances du capteur arrière capable de filmer en HD (720p) à 30 images par seconde.

Le matériel du téléphone n’est pas super-puissant, ultra-rapide ou super-tendance, mais on ne peut pas dire qu’il soit à la ramasse. Néanmoins, j’ai noté deux défauts à ce téléphone. Premièrement d’ordre logiciel : Sony aurait du pré-embarquer la version Ice Cream Sandwich (Android 4.0), et non une version GingerBread (Android 2.3.6) désormais dépassée. Deuxièmement, un défaut bien plus embêtant : la résolution de l’écran laisse apparaître un nombre trop faible de pixels, du coup les icônes paraissent pixellisées et le texte trop petit est illisible.

Bref, bien loin d’être révolutionnaire, cet Xperia Go pourra tout de même charmer les baroudeurs des temps modernes. A moins de 269 euros, vous trouverez assurément moins cher et plus puissant, en faisant impasse sur les capacités résistantes du Xperia Go.

Les alternatives ? C’est Motorola qui a déjà deux modèles similaires : le Defy+ et le Defy Mini. Concernant le Defy+, il me paraît beaucoup plus fragile que le Xperia Go – en effet, la coque arrière s’ouvre trop facilement, du coup l’eau s’infiltre par l’arrière. L’Xperia Go ne souffre pas de ce soucis, car même si la coque arrière est enlevée, il reste résistant à l’eau – néanmoins la batterie est inamovible sur ce dernier.