Introduction

Le LG V30 était la grande star de l’IFA l’été dernier à Berlin. Mais son constructeur a tellement tardé à le commercialiser que le smartphone est presque tombé dans l’oubli. À quelques semaines de sa commercialisation, nous l’avons testé afin de savoir s’il méritait une si longue attente.

Le LG V30 a pris son temps pour sortir après son officialisation lors de l’IFA à Berlin. Et ce n’est pas un euphémisme : presque une demi-année s’est écoulée entre sa présentation et l’écriture de ces lignes. L’attente a donc été bien longue, mais valait-elle le coup ?

La question peut être posée différemment : le LG V30 mérite-t-il d’ignorer le Samsung Galaxy Note8, officialisé peu de temps avant lui, le Huawei Mate 10 Pro ou l’iPhone X, présenté et commercialisé entre-temps ? Nous avons eu l’occasion de tester ce smartphone afin d’apporter quelques éléments de réponse à cette interrogation.

Fiche technique

Modèle LG V30
Version de l'OS Android 7.1 Nougat
Interface LG UX 6.0
Taille d'écran 6 pouces
Définition 2880 × 1440
Densité de pixels 537 ppp
SoC Snapdragon 835 à 2,45GHz
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Adreno 540
Mémoire vive (RAM) 4 Go
Mémoire interne (flash) 64 Go, 128 Go
MicroSD Oui
Appareil photo (dorsal) Capteur 1:16 Mégapixels, Capteur 2: 13 Mégapixels
Appareil photo (frontal) 5 Mégapixels
Enregistrement vidéo 4K
Wi-Fi Oui
Bluetooth 5.0 + ADP + aptX + LE
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7)
SIM nano SIM
NFC Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Géolocalisation Oui
Batterie 3300 mAh
Dimensions 151,7 x 75,4 x 7,4 mm
Poids 158 grammes
Couleurs Rose, Bleu, Noir, Argent
Prix 469€
Fiche produit

Un superbe design

Satisfaction. C’est le premier mot qui m’est venu à l’esprit une fois que le LG V30 était dans ma main. L’ensemble est bien équilibré : ni trop gros, ni trop lourd. La prise en main est vraiment très agréable. Un collègue de bureau qui le découvrait en même temps que moi a déclaré, un peu taquin, « si Apple avait sorti ce téléphone, les gens auraient crié au génie ». Une affirmation un brin exagérée — et qui m’a fait rire —, mais elle véhicule un ressenti positif sur ce téléphone estampillé du logo LG.

Le design borderless offre une esthétique très élégante, malgré quelques bordures qui persistent en haut, en bas et plus fines sur les côtés. À noter que les angles de l’écran sont arrondis. Rien de particulier à signaler en dehors de cela sur la face avant.

À l’arrière, l’impression positive dégagée par le smartphone est toujours aussi présente. Le dos est complètement plat, mais ça ne pose pas de problème à la prise en main. Le double appareil photo s’étale beaucoup en largeur, mais a le mérite de ne dépasser que très peu en relief. En dessous, on trouve deux éléments : le lecteur d’empreintes, cliquable, qui fait également office de bouton pour allumer ou éteindre l’appareil et le logo B&O de Bang & Olufsen, le partenaire audio de LG sur ce modèle.

Nous reviendrons plus tard sur les résultats de cette collaboration, mais en termes de design, je vous avoue que, personnellement, je suis pas très fan de cet ajout. Heureusement, la pastille n’est pas trop grande, mais elle reste toute de même bien visible. Notons que le dos n’est pas des plus salissant, mais des traces de doigts ne manqueront pas d’apparaître si on oublie de passer un coup de chiffon pendant quelques jours.

Pour revenir rapidement sur le lecteur d’empreintes, celui-ci fonctionne extrêmement bien et rapidement. Les personnes qui ne sont pas habituées aux smartphones LG, devront prendre un peu le temps de s’accoutumer au fait d’éteindre l’appareil en appuyant sur le bouton à l’arrière. Pendant les premières heures d’utilisation, on peut avoir le vieux réflexe de chercher à tâtons cette touche sur la tranche du téléphone.

Vous ne trouverez rien sur la tranche droite du téléphone à part le tiroir de la nano SIM et de la microSD. De l’autre côté, on trouve les boutons de volume. Notons que la sortie jack est bien présente sur le haut de l’appareil et que le téléphone se recharge évidemment via son port USB-C placé en bas, à côté du haut-parleur.

Un bon écran, mais un petit défaut inquiétant

Le LG V30 a un écran POLED de 6 pouces avec une définition de 2 880 x 1 440 pixels pour un ratio 18:9. Grâce à l’OLED, il affiche des noirs parfaits, profonds, offrant ainsi un contraste excellent. En plus, la luminosité maximale atteint un très bon score de 692 cd/m², ce qui est très largement suffisant, même dans les environnements les plus éclairés.

La température des couleurs avoisinant les 7 700K reste un peu trop froide, mais ce paramètre peut être réglé dans les options du téléphone en optant pour le mode optimisé pour les films, qui balance vers des tons plus fidèles à la réalité, mais moins vivaces, certes.

On se dirige donc vers la quasi-perfection, non ? Pas vraiment. Il y a quelque chose qui dérange un peu à l’utilisation, mais au début, il est bien compliqué de savoir de quoi il s’agit tellement le défaut est discret. En réalité, l’écran du LG V30 souffre d’une qualité un peu trop inégale entre ses bords et son centre. Le mieux, pour s’en rendre compte, est d’afficher un écran gris foncé et de le regarder dans une pièce sombre sous toutes ses coutures. On se rend compte qu’une sorte de halo clair entoure la dalle. Et en modifiant l’angle de vue, on observe des changements disgracieux des couleurs affichés à l’écran.

Ce n’est pas joli du tout, mais on nuancera ce propos en rappelant qu’il faut vraiment des conditions bien particulières pour vraiment s’en rendre compte. Du moins c’était le cas sur notre modèle. Le souci parait bien plus important sur le modèle de nos confrères américains d’Ars Technica.

Une interface qui souffle le chaud et le froid

Le LG V30 a été officialisé presque en même temps que les Xperia XZ1 et Xperia XZ1 Compact, également dévoilé lors de l’IFA à Berlin. Les deux smartphones de Sony profitent nativement d’Android 8.0 Oreo, mais pas le LG V30. Et c’est une déception. Par ailleurs, dans l’intervalle, le Huawei Mate 10 Pro est également sorti en profitant de cette version. On peut donc reprocher à ce téléphone commercialisé en fin d’année de ne pas proposer tout de suite la dernière mouture du système d’exploitation de Google, et il faudra espérer que la mise à jour soit rapidement effectuée.

On est donc toujours sur Android 7.1.2 Nougat. L’OS est couplé à l’interface maison de LG et celle-ci a le don de diviser. Certains l’aiment beaucoup et d’autres ont vraiment du mal avec. Personnellement, je trouve qu’elle souffle entre le chaud et le froid.

Les icônes d’applications ne sont pas très jolies — et heureusement qu’on peut enlever ce satané carré blanc autour des applications tierces. Évidemment, cela reste un avis très subjectif et, du coup, pour vous donner une idée de ma grille d’évaluation, je trouve Samsung Experience plus élégante et soignée.

Par défaut, l’interface ne propose pas de tiroir d’application, mais il est fort heureusement possible de changer cela en cherchant bien dans les options. Et justement, parlons des options. LG a divisé ses paramètres en onglets : Réseau, Son et Notification, Écran et Général. L’idée est plutôt intéressante, mais quand on est habitué aux menus en liste classique, on doit prendre le pli. Au début, on est un peu perdu, car ce n’est pas aussi intuitif qu’on pourrait le croire au premier abord. Même après une grosse semaine d’utilisation, j’étais encore un peu paumé.

Autrement, les personnalisations possibles sont nombreuses. On peut évidemment changer le fond d’écran, la barre de navigation, la taille des icônes, la grille, les effets de défilement, le type et la taille de police ou encore la définition d’affichage. Malheureusement la foultitude d’applications dispensables préinstallées et rangées dans différents dossiers agace prodigieusement. D’autant plus qu’on ne peut pas les supprimer du système et que la mémoire interne est de 64 Go.

Du fait de l’écran 18:9, vous aurez toujours la possibilité d’afficher une application en plein écran au moment où vous l’ouvrez. Notez par ailleurs que dans les paramètres, vous pouvez configurer au cas par cas les apps qui doivent s’adapter à l’écran. Comme toujours, faites bien attention sur les vidéos en streaming. La grande majorité est tournée en 16:9 et, par conséquent, si vous les regardez en 18:9, l’image sera en partie tronquée, comme c’est le cas sur YouTube.

Enfin, avec un lecteur d’empreintes/bouton de déverrouillage situé à l’arrière, le double tap pour réveiller ou mettre en veille le LG V30 est toujours bienvenu, tout comme l’Always-On Display (désactivable) pour afficher l’heure et les notifications sur l’écran de veille. Ainsi, hormis les quelques égarements esthétiques que l’on peut lui reprocher, la partie logicielle de ce téléphone est convaincante, en plus d’être parfaitement fluide.

Always-On Display

Merci le Quad DAC !

Le LG V30 mérite qu’on s’intéresse tout particulièrement à sa partie audio. Si son haut-parleur est ultra-classique et ne vaut pas la peine de s’attarder dessus, l’expérience auditive que propose ce téléphone pendant une écoute au casque est excellente. Il s’agit sans doute de l’élément principal qui permet de le différencier des concurrents et, sans contexte, de l’une de ses principales qualités.

En effet, le LG V30 profite d’un quadruple DAC pour assurer la conversion du signal audio du numérique (du smartphone) à l’analogique (au casque filaire). Je pense que seule une oreille fine saura remarquer la différence apportée par le son Hi-Fi sur des musiques jouées depuis Play Musique, Spotify ou YouTube. Le Quad DAC étant plus pertinent sur les fichiers FLAC.

Cependant, l’amateur de musique le plus profane pourra apprécier de l’égaliseur, une fois le Quad DAC activé. Vous pouvez manuellement gérer la balance entre l’oreille gauche et droite et — ma partie préférée — opter pour des modes d’écoute pré-réglés différents. Mentions spéciales à l’option Basses qui m’a fait redécouvrir Another One Bites The Dust de Queen sous un tout nouvel angle. J’ai également beaucoup apprécié le mode Direct qui donne l’impression d’être tout proche des musiciens.

Notons que le Quad DAC est une option qui épuise la batterie un peu plus rapidement qu’en temps normal.

Photo : la nuit, c’est trop flou

Pour la photo, le LG V30 repose sur un double capteur de 16 et 13 mégapixels. Ce dernier a la particularité d’offrir un mode grand-angle qu’il est très plaisant à utiliser. Pour réussir à capturer la totalité d’une scène, pas besoin de reculer de je ne sais combien de pas. Il suffit simplement d’appuyer sur un bouton à l’écran pour switcher sur l’appareil photo adéquat. Et on ne se lasse franchement pas de passer du mode normal au grand-angle.

Par ailleurs, quand on regarde les photos directement sur l’écran du téléphone, on a vraiment l’impression qu’elles sont d’excellente facture. Ce phénomène s’observe avec tous les smartphones, mais je tenais à le préciser ici, car avec le LG V30, ce ressenti était particulièrement marqué, tout particulièrement sur les photos en 18:9 et grand-angle. D’ailleurs, n’hésitez pas à prendre ce genre de cliché qui offre un rendu très original, pour peu que vous ne prêtiez pas trop d’attention à la baisse de définition que cela implique fatalement par rapport au format 4:3.

Photo grand-angle de la station de réparation de TGV au sud de Charenton-Le-Pont.

Le magnifique — ahem — tag ci-dessus peut être admiré dans son entièreté grâce au mode grand-angle.

J’ai écrit que les photos paraissaient très belles sur l’écran de l’appareil. C’est vrai. Elles le sont un peu moins affichées à taille réelle sur un écran d’ordinateur. Mais le LG V30 s’en sort bien, voire très bien dans des conditions normales. Il n’y a rien de particulier à redire dans ces cas-là : les couleurs sont bien retranscrites et la netteté est suffisante, du moins quand on utilise le capteur principal. Avec le grand-angle, la précision des détails est sensiblement moins bonne.

Le ciel était tristement gris à Paris dernièrement.

On notera également que, par moment, il arrive que le capteur se comporte étrangement et que la finesse des détails soit un peu moyenne, même quand les photos sont prises dans des conditions relativement clémentes.

La mise au point a été faite sur le haut du tissu, mais ce n’est pas excellent.

Les images sont de très bonne facture lorsqu’on s’approche de l’objet pris en photo et que la scène baigne dans la lumière naturelle du jour. On peut obtenir des résultats très bons.

Par contre, dès que l’on confronte l’appareil photo à des conditions plus compliquées, celui-ci montre des limites indignes d’un haut de gamme. Juste en dessous, on peut voir une photo d’un assortiment de mets libanais faiblement éclairé par la lampe d’un restaurant. Et le LG V30 a éprouvé beaucoup trop de mal à faire la mise au point. On se retrouve donc avec une image très floue.

C’est tout flou !

Cela est d’autant plus surprenant que le LG V30 est le premier smartphone à proposer une ouverture de diaphragme allant jusqu’à f/1,6. Autrement dit, son appareil photo est capable de laisser entrer beaucoup de lumière dans les environnements les plus sombres. Malheureusement, il semblerait que le capteur ne suive pas correctement derrière. Et une grande ouverture ne sert à rien sans un bon capteur…

La nuit, on ressent encore plus ces limites. Le bruit augmente drastiquement. C’est loin d’être catastrophique, mais le LG V30 n’est clairement pas le meilleur téléphone en photo en faible luminosité. C’est dommage, car on l’attendait quand même au tournant.

Performances : rien à redire

Le LG G6 n’avait pas pu profiter du Snapdragon 835 à sa sortie. Avec le V30, le constructeur se rattrape enfin et se met au même niveau matériel que ses concurrents. La puce de Qualcomm est ici couplée à 4 Go de RAM. Avec cette combinaison, on atteint des performances parfaitement dignes du haut de gamme. Sur les jeux les plus gourmands, le LG V30 réussit, sans fausse note, à déployer toute sa puissance.

En me basant uniquement sur les ressentis personnels, je serais bien incapable de voir des lacunes sur ce smartphone par rapport à ses concurrents en termes de stabilité et de fluidité.

 LG V30Huawei Mate 10 ProSamsung Galaxy Note 8 (FHD+)LG G6
SoCSnapdragon 835Kirin 970Exynos 8895Snapdragon 821
AnTuTu169 715 points172 499 points174 296 points139 568 points
PCMark 2.05 783 points7 028 points5 159 points5 397 points
3DMark Sling Shot Extreme2 895 points2 818 points2 659 pointsn/c
3D Mark SSE (Graphics)2 919 points2 874 points2 721 pointsn/c
3D Mark SSE (Physics)2 799 points2 638 points2 463 pointsn/c
GFX Bench Car Chase (onscreen / offscreen)13 / 24 FPS20 / 21 FPS21 / 25 FPS
GFXBench Manhattan (onscreen / offscreen)35 / 59 FPS51 / 54 FPS54 / 58 FPS24 / 41 FPS
Lecture / écriture séquentielle652 / 204 Mo/s800 / 230 Mo/s783 / 205 Mo/s417 / 120 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire21k / 3,7k IOPS45,6k / 44,1k IOPS 32,2k / 3,8k IOPS22,8k / 4,4 IOPS

Sur les benchmarks ci-dessus, on peut voir que le LG V30 fait plus ou moins aussi bien que le Huawei Mate 10 Pro ou que le Samsung Galaxy Note 8, malgré des résultats sensiblement moins bons sur sa rapidité de lecture de la mémoire. Rien de grave, cela dit. Par ailleurs, la différence avec le LG G6 est bien nette.

Une autonomie correcte et sans folie

Le LG V30 est loin d’être incroyable en termes d’autonomie. Il tient la route de manière convenable, mais ce n’est pas une bête de compétition. Sa batterie de 3 300 mAh ne déçoit pas, loin s’en faut, mais on aurait aimé être un peu plus ébahi.

Au lieu de cela, le LG V30 ne s’épuise jamais trop vite, certes, mais il est dommage qu’il perde quelques pourcentages de batterie en trop quand il est en veille. Lors de protocole de test SmartViser, il a tenu 8 heures et 11 minutes, ce qui le place en dessous de ses concurrents les plus directs tels que le Galaxy Note 8 et le Mate 10 Pro. Il s’agit là d’un score un peu trop juste, mais qui reste tout de même très correct.

Gros bémol cependant : l’Always-On Display, fonctionnalité toujours intéressante, consomme en fait pas mal de batterie, malgré l’écran POLED où les pixels noirs sont éteints. Quand je désactivais cette option, la batterie résistait plus longtemps.

Réseau et communication

Je n’ai jamais éprouvé le moindre problème à capter la 4G d’Orange à Paris avec le LG V30. Le téléphone fonctionne toujours très bien à ce niveau-là. Côté GPS, rien à signaler non plus, la géolocalisation marche à merveille. Par contre, en ce qui concerne la qualité des appels, il est de bon ton de préciser que mes interlocuteurs pouvaient savoir quand j’étais dehors. Le bruit ambiant ne couvrait jamais ma voix, mais il était tout de même bien audible.

Prix et disponibilité

C’est longtemps resté un mystère, mais on sait désormais que le LG V30 sera commercialisé au prix conseillé de 899 euros. Il est déjà référencé sur Amazon et Boulanger. Les ventes devraient démarrer le 19 décembre.

Galerie photo

Test LG V30 Le verdict

design
9
Le design du LG V30 est vraiment proche de la perfection. Agréable en main, très fin, sobre et élégant, le téléphone est très convaincant dans son esthétique. C'est un grand « oui ! », malgré des bordures qu'on aurait aimées un peu plus fines encore autour de l'écran.
écran
7
Globalement, l'écran 18:9 de 6 pouces ne déçoit pas, parfaitement contrasté et profitant d'une luminosité maximale élevée. Néanmoins, il souffre d'un petit défaut sur les contours qui altère la qualité d'affichage. Légèrement, certes, mais cela n'augure pas forcément du bon sur le long terme.
logiciel
8
Les applications inutiles préinstallées, l'absence d'Android Oreo et les paramètres un peu fouillis sont heureusement atténués par une très bonne fluidité, de grandes possibilités de personnalisation, des fonctionnalités intéressantes et une partie audio très bien soignée pour les casques filaires grâce au quadruple DAC.
caméra
7
En conditions normales, le double appareil photo du LG V30 fait honneur à son statut de haut de gamme, néanmoins son comportement laisse trop à désirer dès que la lumière ambiante est plus complexe à gérer. Notons que le mode grand-angle est vraiment intéressant à utiliser.
performances
9
Grâce à un Snapdragon 835 bien exploité, le LG V30 fait jeu égal avec ses concurrents et ne semble jamais en difficulté. En jeu, l'expérience est toujours de grande qualité, fluide et stable.
autonomie
7
L'autonomie du LG V30 est loin d'être mauvaise, mais n'est pas excellente non plus. C'est correct, mais il faut admettre que l'on attendait plus d'un tel téléphone. Étonnamment, l'Always-On Display semble consommer plus qu'on ne pourrait le penser. C'est dommage.
Note finale du test 8/10
Le LG V30 est un très bon smartphone qui a le mérite d'avoir fait de la qualité audio sur la sortie jack sa principale marque de distinction par rapport à la concurrence grâce à son quadruple DAC. En plus de cela, il offre un design bien difficile à critiquer, un mode photo grand-angle très chouette et des performances de très haut niveau.

Malheureusement, la copie n'est pas parfaite et le téléphone pêche sur certains aspects. Son appareil photo n'est pas si bon que ça en faible luminosité et son autonomie est trop quelconque pour un appareil de cet acabit.

On ajoutera à cela une interface qu'il faut prendre le temps d'utiliser pour savoir l'apprécier. Il ne fera sans doute pas beaucoup d'ombre à ses concurrents, mais il représente toutefois une alternative qui est loin d'être dénuée d'intérêt.
  • Points positifs
    • Un design très convaicant
    • Son quadruple DAC pour un son Hi-Fi
    • Un mode grand-angle pratique
    • De grosses performances
  • Points négatifs
    • Une interface à améliorer
    • Une qualité photo trop faible en faible luminosité
    • Une autonomie trop peu impressionnante