Le Samsung Galaxy S9 va réimaginer l’appareil photo. Argument marketing ou révolution dans la photo mobile ? En tous cas, il s’agit d’un des derniers vrais signes distinctifs sur le haut de gamme.

Le borderless ? So 2017 !

L’an dernier, Samsung voulait sortir votre smartphone de sa boite, sous-entendu faire sauter les bordures de son écran. Bon, ça, c’est fait. Pour 2018 et le Galaxy S9, l’idée est de réinventer l’appareil photo. Et ce slogan, que l’on peut une fois de plus interpréter comme on veut, est tout de même révélateur d’une tendance.

Cela dit quelque chose sur les smartphones haut de gamme. En 2017, l’écran borderless était « la » fonctionnalité à afficher. Au cours de l’année, elle s’est déjà propagée sur le milieu de gamme. Certains abusent peut-être un peu sur le flou artistique entre « borderless » et « format 18/9e » mais quand on voit un Xiaomi Mi Mix 2 ou un Honor View10 à moins de 500 euros, on se dit que ça n’est déjà plus particulièrement un signe distinctif des fleurons du marché.


Un critère de choix décisif

Du coup, que reste-t-il aux « grands » ? La photo ! Et ça tombe sous le sens : on a toujours envie d’un smartphone qui produit les meilleures photos possible, et la marge de progression par rapport aux meilleurs appareils spécialisés reste significative. Et surtout, c’est un domaine qui nécessite de la R&D, que les constructeurs pourront toujours faire payer au prix fort.

Et si je reviens sur tous mes derniers achats de smartphones ces dernières années, je m’aperçois que la photo a toujours été un critère primordial, qui va a minima me faire éliminer tous les choix en dessous d’un certain seuil de qualité. Je ne pourrais pas acheter un smartphone qui prend de mauvaises photos, même si tout le reste est exceptionnel.

Il y a évidemment des limitations physiques qui font que l’appareil photo d’un smartphone n’aura jamais la même qualité qu’un excellent hybride ou un reflex. Et il y aura toujours quelqu’un pour vous rappeler qu’un smartphone n’est pas fait pour prendre des photos, que si c’est pour poster des images sur Instagram, un modèle d’entrée de gamme suffit… L’idée n’est pas de remplacer complètement un reflex, mais de savoir qu’en n’emportant que son smartphone avec soi, on aura les meilleures images possible. Et c’est pourquoi je n’ai pas emporté un seul appareil dédié en voyage depuis des années.

Réimaginer la photo à défaut de réimaginer le smartphone ?

Comment Samsung peut « réimaginer l’appareil photo » ? D’abord, il faut sans doute nuancer le propos du constructeur et le replacer dans son contexte. Le Galaxy S9 sera, selon toutes les sources concordantes, une évolution « mineure » du S8. Et on ne peut pas faire deux fois de suite le coup de l’écran borderless. Du coup, il n’y a pas grand-chose à vendre, et il se peut tout simplement que Samsung appuie sur l’appareil photo pour cette simple raison.

On parle d’une ouverture variable même sur le S9 « classique » dépourvu de second capteur. Ce serait pour la peine une vraie nouveauté, qui irait d’ailleurs dans le sens de l’effet à la mode : la simulation du bokeh. Plusieurs constructeurs s’y sont frottés avec des résultats et des techniques variables, matérielles ou logicielles. On peut dire que personne n’y est vraiment parvenu de manière vraiment satisfaisante. Il faut toujours un peu de chance et des conditions optimales pour qu’un contour qui devrait être net ne soit pas flou.

Et flou, c’est le mot qui convient pour décrire les innovations apportées par certains concurrents de Samsung qui ont, eux aussi, réinventé l’appareil photo. Quand Huawei annonce que le Mate 10 Pro est capable d’adapter son comportement face à la détection de certaines scènes grâce à l’intelligence artificielle, on est un peu forcé de le croire sur parole. Et on a vu et revu la manière dont certains fabricants réinventent la façon de faire passer des photos prises avec un reflex pour des images produites avec leur fleuron, ou jouer sur les scores obtenus par des benchmarks comme DxOMark, dont on sait qu’il faut savoir en lire les détails avec des pincettes.

C’est pourquoi à défaut de réinventer l’appareil photo, nous n’en demanderons pas tant : un Galaxy S9 qui prend des photos au moins aussi belles que celles de ses meilleurs concurrents nous suffira amplement.