Electronics Arts en dit un peu plus sur Project Atlas, son futur service de cloud-gaming. De quoi jouer à vos jeux préférés sur n’importe quel appareil… même un smartphone.

Lors de l’E3 2018, Electronic Arts (EA) annonçait travailler sur un service de cloud-gaming. L’objectif est de proposer aux joueurs une expérience identique sur les jeux de l’éditeur, quelle que soit la plateforme, qu’il s’agisse d’un ordinateur modeste, d’une bête de course, ou même d’un smartphone. Le tout moyennant un abonnement mensuel ou annuel.

Plus de quatre mois plus tard, Ken Moss, CTO d’EA, se fend d’un long poste sur Medium pour en dire plus sur ce service, désormais connu sous le nom de Project Atlas, un projet d’envergure sur lequel travaillent à temps plein plus de 1000 employés de l’entreprise, ainsi qu’une douzaine de studios à travers le monde.

Serveurs + moteur graphique + IA = Atlas

Le principe est de réunir un moteur de jeu, Frostbite Engine (Battlefield, Fifa, Need For Speed…) à des services basés sur l’intelligence artificielle sur une plateforme dédiée au cloud afin de permettre aux développeurs de créer une expérience complète, sociale et évolutive, comprenant bien sûr le jeu, mais aussi les éléments comme le matchmaking (association de joueurs pour les parties en ligne) ou le marketplace (achat d’éléments supplémentaires).

EA affirme ainsi avoir développé une plateforme permettant d’utiliser le cloud pour traiter à distance et diffuser des « blockbusters », des jeux HD multijoueurs avec la latence la plus basse possible, mais aussi profiter du cross-platform (jouer avec des joueurs utilisant d’autres plateformes). Plus encore, Ken Moss indique que leur travail sur le cloud-gaming cherche en parallèle à permettre une personnalisation profonde de la part du joueur pour obtenir des univers remplis de contenus générés par les utilisateurs eux-mêmes.

L’Intelligence artificielle permettrait quant à elle de pousser les interactions entre les éléments du jeu et le joueur, pour rendre par exemple des PNJ (Personnages Non-Joueur) plus naturels, loin des réactions scriptées que l’on trouve dans les jeux actuels.

La technologie au service du jeu

Ken Moss explique que tout cela est permis par les nombreuses avancées technologiques récentes. Il cite notamment l’Ultra HD HDR, les améliorations graphiques 3D, les algorithmes neuronaux profonds côté serveur, mais aussi les améliorations du WiFi, de la 4G et de la 5G, confirmant que le service devrait être disponible sur nos smartphones.

Ces technologies sont bien sûr accessibles par tous les grands noms du domaine, ce qui explique la déferlante d’annonces de ces derniers temps, avec notamment le Project Stream de Google ou encore xCloud de Microsoft.

Une question reste toujours sans réponse pour le moment : quand est-ce que tous ces services seront officiellement disponibles pour le grand public à travers le monde ? Patience…

À lire sur FrAndroid : On a joué à Assassin’s Creed Odyssey sur Chrome grâce à Google Project Stream