Après le port Lightning, l’Europe va s’attaquer à Apple Pay sur l’iPhone

L'étau se resserre autour d'Apple

 

Apple Pay gêne les autorités françaises et européennes. Selon eux, cela peut créer des risques d’abus de position dominante et fragiliser les banques. La Commission européenne s'apprête à inculper Apple pour sa technologie NFC.

Apple Pay

Apple Pay // Source : CardMapr sur Unsplash

Après le port Lightning, l’Europe veut s’attaquer au NFC de l’iPhone. D’après Reuters, Apple va faire face à une nouvelle accusation antitrust de l’UE sur sa technologie de puce NFC.

Ouvrir son système de paiement mobile

Aujourd’hui, si vous avez un iPhone, il faut obligatoirement passer par Apple Pay pour pouvoir payer par NFC. Sur Android, on peut remplacer Google Pay par un autre système de paiement, comme Paylib par exemple. Le problème est qu’Apple Pay nécessite des partenariats directement avec les banques pour être supporté. Evidemment, les banques n’ont pas le choix… elles ont finalement quasiment toutes adopté Apple Pay en France car leurs clients sont très demandeurs de ce service.

L’enquête, menée par Margrethe Vestager, est en cours depuis juin de l’année dernière, et elle a fini par se concentrer sur cette technologie de puce NFC qui n’est accessible que par Apple Pay. Selon des sources proches du dossier, la Commission européenne prépare une liste d’objections qui sera envoyée à Apple en 2022.

La pratique d’Apple est considérée comme anticoncurrentielle, cela pourrait donner lieu à une amende qui peut aller jusqu’à 10 % des revenus de l’année dernière. Si nous prenons les données financières de l’exercice 2020, cela signifierait une amende hypothétique de 27,4 milliards de dollars (23,6 milliards d’euros environ).

Plus tôt dans l’année, l’Autorité de la concurrence a publié un rapport sur l’état du secteur des paiements pour étudier l’arrivée des grandes plateformes BigTech : « Les acteurs de type plateforme disposent d’avantages considérables à faire valoir : ils contrôlent des écosystèmes s’appuyant sur de vastes communautés d’utilisateurs, ont accès à de vastes ensembles de données et ont la capacité technique de les mettre à profit ». L’étau se resserre autour d’Apple.

Les derniers articles