USB-C et chargeur universel : l’Europe passe à l’attaque contre Apple

Europe vs Apple

 

La Commission européenne propose officiellement son projet de loi pour faire de l’USB-C le port de charge universel sur plusieurs produits (smartphones, écouteurs, tablettes…). Le texte, qui va être soumis au vote du Parlement, vise clairement à ébranler Apple.

Différents types de ports

Différents types de ports // Source : Lucian Alexe sur Unsplash

« La Commission propose un chargeur universel pour les appareils électroniques ». Voici le titre du communiqué annonçant très clairement les intentions de la nouvelle loi qui se prépare en Europe. L’objectif affiché est de lutter contre « la frustration des utilisateurs et les déchets électroniques ». Cette nouvelle n’a rien d’une surprise : le projet était déjà pressenti depuis quelque temps, il est désormais officiel et va être soumis au vote du Parlement européen.

Concrètement, la Commission européenne veut faire de l’USB-C « le port standard pour tous les téléphones intelligents, tablettes, appareils photographiques, casques d’écoute, haut-parleurs portatifs et consoles de jeux vidéo portatives », et ce, d’ici l’année 2024. Apple n’est jamais cité, mais l’entreprise californienne est clairement la cible principale de cette initiative.

L'Europe veut un chargeur universel USB-C pour plein de produits

Tous les produits concernés par le projet de loi européen sur la charge universelle // Source : Commission européenne

La pomme se distingue en effet en utilisant une connectique Lightning propriétaire sur tous ses iPhone, écouteurs et casques ainsi que sur une bonne partie des autres accessoires qu’elle commercialise. Pourtant, dans le même temps, des iPad et des MacBook se rechargent via de l’USB-C. C’est précisément le genre de comportements que l’Europe dénonce, car l’utilisateur se retrouve dans l’incapacité d’utiliser une seule et unique solution de charge filaire pour tous ses appareils électroniques.

Forcer la main à Apple

Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive « pour une Europe adaptée à l’ère du numérique », estime avoir laissé suffisamment de temps aux constructeurs pour proposer des solutions intéressantes, « mais le temps est désormais venu de prendre des mesures législatives en faveur d’un chargeur universel. Il s’agit d’un gain important pour nos consommateurs et notre environnement, conforme à nos ambitions écologiques et numériques ». Entre les lignes, cela veut dire qu’il fallait forcer la main à Apple.

« Avec un nombre toujours plus important d’appareils, un nombre croissant de chargeurs non interchangeables ou inutiles sont vendus. Nous mettons un terme à cette situation », renchérit Thierry Breton, commissaire chargé du marché intérieur.

Vers un iPhone 100 % sans fil ?

Précisons que le projet de loi ne s’intéresse pas pour le moment à la charge sans fil. D’aucuns pourraient alors penser qu’Apple pourrait, dans les années à venir, commercialiser un iPhone sans aucune connectique filaire afin de ne pas avoir à adopter l’USB-C. À cet égard, la Commission européenne explique que « les fabricants restent libres d’incorporer toute solution de recharge sans fil dans leurs produits, parallèlement à la recharge filaire via le port USB-C ».

La phrase est sujette à interprétation, mais on peut penser que l’USB-C est obligatoire uniquement pour les appareils rechargeables via une solution filaire et que rien n’interdirait à Apple et à d’autres fabricants de lancer un produit 100 % sans fil, à l’instar des concepts Vivo Apex 2019 ou Meizu Zero.

Charge universelle union européenne

L’Europe donne quelques exemples d’application de son projet de loi sur la charge universelle // Source : Commission européenne

Sur le papier, la Commission européenne propose plusieurs choses en plus du port USB-C en guise de standard universel. Le texte évoque en effet la mise en place d’une technologie de charge rapide unifiée pour que la vitesse de la recharge ne soit pas ralentie « de manière injustifiée » tant que l’on utilise une solution compatible.

L’Europe et Apple sont d’accord sur un point

Ce n’est pas tout, le projet de loi veut aussi œuvrer pour une meilleure information des consommateurs et « dissocier la vente d’un chargeur de la vente de l’appareil électronique ». Sur ce point, la Commission européenne partage donc la position d’Apple — et dans une moindre mesure de Samsung — qui défend l’idée que retirer le chargeur des boîtes de smartphones contribue à favoriser des comportements écoresponsables.

« Selon les estimations, la réduction de la production et de l’élimination des nouveaux chargeurs réduira la quantité de déchets électroniques de près de 1000 tonnes par an », lit-on dans le projet de loi.

La charge universelle, c’est pour quand ?

Il se murmure que la loi pourrait être appliquée à l’horizon 2024, mais la Commission européenne n’évoque pas de date butoir dans son communiqué. On sait cependant que le texte sera soumis au vote du Parlement européen — qui devrait vraisemblablement l’approuver sans trop de modifications — avant de passer par « une période de transition de 24 mois à compter de la date d’adoption qui donnera au secteur suffisamment de temps pour s’adapter avant l’entrée en application ».

Apple a déjà réagi pour signaler, encore une fois, son désaccord avec la Commission européenne. L’argument avancé reste le même : la firme de Cupertino estime qu’une telle initiative étouffe l’innovation. Les défenseurs du projet de loi estiment au contraire que cela susciterait davantage d’innovation. Le débat est ouvert.

Les derniers articles