Lors de son bilan trimestriel, Apple a annoncé qu’il ne communiquerait plus le détail de ses ventes aux investisseurs et à la presse. Un flou artistique qui pourrait bien cacher une faiblesse du constructeur américain.

Ce 1er novembre, Apple a dévoilé ses résultats trimestriels pour le quatrième trimestre fiscal de l’année 2018. Pour résumer cela, Apple va bien et continue à engranger de l’argent par camions entiers. Une annonce de Luca Maestri, directeur financier de l’entreprise, a cependant retenu l’attention des médias et des investisseurs : à partir du prochain trimestre, Apple « commencera à déclarer les produits et le coût des ventes pour le total des produits et des services ».

Cela signifie que le détail des unités vendues pour chaque catégorie de produits ne sera plus communiqué et que l’on ne pourra plus savoir combien d’iPhone, d’iPad et de Mac ont été écoulés. Rappelons tout de même qu’en les publiant, Apple faisait plutôt figure d’exception sur le marché.

Cette décision est justifiée par le fait que « le nombre d’unités vendues sur un trimestre n’est pas représentatif de l’état des affaires sous-jacent ». Et par extension, il peut montrer des résultats en demi-teinte.

En effet, si l’on examine les chiffres dévoilés ce jeudi, on remarque sur les ventes d’iPad et de Mac sont en recul par rapport à l’année dernière, et que la progression du nombre de ventes d’iPhone est de… 0 %. Ce qui n’empêche pas bien sûr l’entreprise de générer toujours plus de revenus.

En ne dévoilant que les revenus de ses produits d’un côté et ceux de ses services de l’autre, Apple pourra donc continuer à vanter les mérites de ses décisions économiques sans montrer ses possibles faiblesses. Cela n’a bien sûr pas tardé à être moqué sur les réseaux sociaux.

Cela n’a pas tardé à se ressentir sur l’action du groupe qui a chuté de 6 %. Une passade temporaire à n’en pas douter.

À lire sur FrAndroid : Huawei reste numéro 2 mondial devant Apple… avant les fêtes de fin d’année